En mode: « I’m not there, but you can leave your message after the beep »…


(Back to La Rochelle)

Se concentrer, ne faire qu’une seule chose à la fois. Caresser la beauté du silence. Profiter de la lenteur. Entendre le parfum des couleurs. Tous ces trucs que le monde voudrait nous interdire –Frédéric Beigbeder….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’était une petite immersion  dans les paysages du bout du monde du dernier chapitre de Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne * (Clic*)

Afficher l'image d'origine

Hello everyone !

Mais non, bien sûr, je ne vous abandonne pas encore une fois. Je passerai sur vos blogs le soir en semaine. C’est juste que je ne publierai rien de nouveau sur mon blog pendant un certain temps. Le temps qu’il va me falloir pour préparer la sortie du 3e bébé. D’abord l’envoyer à l’éditeur comme je l’avais dit à ce dernier pour la rentrée. Je passe  directement par lui, donc je pense que ça ne sera pas trop long.  Et comme, en plus,  il se charge des corrections et de la mise en page, ça me retire une grosse épine du pied.

Voilà voilà pour l’essentiel des news. J’espère que vous allez bien, tous autant que vous êtes. Plus qu’à vous souhaiter une belle semaine et bon courage pour aujourd’hui qui n’est pas un lundi comme les autres puisque c’est la rentrée des classes et la reprise du travail pour beaucoup d’entre nous.

Bisous bisous… A bientôt.

SOlène

WHAT ELSE ?

Dans une ville maritime comme la Rochelle, une des plus importantes de la Côté atlantique, avec 17 000 habitants et des brouettes  aux quels s’ajoutent les 7000 étudiants de l’université – et je ne compte pas les touristes, c’est quand même fort de café de se retrouver tous les quatre matins nez à nez avec Aymeric qui pourrait au moins faire semblant d’être tombé sur moi par hasard. Non, même pas ! Monsieur me regarde genre on se connaît pas, on s’est jamais vu –d’accord ?!  Et pareil à chaque fois : ça a l’air de lui faire ni chaud ni froid (argh !), comme si pour lui, j’étais soudain  devenue la femme invisible.  Ou bien alors,  il s’est entraîné à me la jouer le grand stoïcien tel Marc Aurèle, cet empereur romain qui se livrait à des exercices d’anticipation : « Dès l’aurore dis-toi d’avance que tu vas rencontrer un indiscret, un insolent, un fourbe, un envieux, un égoïste »…. Sauf que lui, Aymeric, ce matin encore il a dû se dire, « tout à l’heure je vais sûrement croiser l’autre conne ». Et du coup il se balade parce que c’est un truc d’humain ça de se balader les deux mains dans les poches en sifflotant et en se fichant pas mal de qui on va croiser en chemin…

LIRE LE CHAPITRE EN ENTIER:

Guérir le mal par le mâle *

(Clic*)

A bientôt ! Prenez soin de vous ♡

« Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité » (1)…. suivi de « A l’infini »


Parler du désert, ne serait-ce pas, d’abord, se taire, comme lui, et lui rendre hommage non de nos vains bavardages mais de notre silence ? – Théodore Monod

Naturaliste, Scientifique (1902 – 2000)

20842157_111212019587315_2884146198987315_n

 

« Il n’y a pas de plus grande émotion que d’entrer dans le désert. » JMG Le Clezio….

20663706_10214267516901283_1549642374608052354_n

“Le recul permet toujours de mieux apprécier les choses, et de redonner à certains évènements la place qu’ils méritent.” Samuel Blumenfeld….

 

(Si vous arrivez par la page d’accueil, attendre que la chanson du blog soit terminée pour écouter celle-ci. On adore!)

 

 

WHAT ELSE?

Juste magique!

&

كلمتي حرة (Kelmti Horra)… Je suis libre, ma parole est libre

 

20748174_10214272747912055_8840175627508059117_o
Your dreams are calling you….

 

Il n’y a que le désert qui guérisse le désespoir: on peut y pleurer sans crainte de faire déborder un fleuve. -Ahmadou Kourouma