A l’encre bleu nuit…. Suivi de « Need you now »


 

C’est par l’écriture que l’on pénètre  le mieux les gens. La parole éblouit  et trompe parce qu’ elle est mimée par le visage, parce qu’on la voit sortir des lèvres et que les lèvres  plaisent, et que les yeux séduisent, mais les mots noirs sur le papier blanc, c’est l’âme  toute nue – Guy de Maupassant….

Ce qui fait la nuit en nous peut laisser en nous les étoiles – Victor Hugo…

Deux jours qu’on était là… peut-être  trois, je ne sais plus exactement, le temps s’est arrêté  lorsqu’on est arrivé . C’était le matin  à  l’heure du petit déjeuner. Et l’ on songeait déjà  à  ne jamais repartir d’ici. Il y avait le ciel, le soleil et la mer. Les grands bols de café noir servis en plein air fumaient encore sur la table en bois, et tout le vert alentour gazouillait de concert.

Ah! Et puis je me suis souvenu plus tard, que la nuit j’avais rêvé de toi. De nous. Que c’est ton âme  que je respirais en dormant.

Personne – je crois, ne peut prévoir  le tsunami qui va tout emporter l’instant d’après, ni le tremblement de terre qui fait s’effondrer ta vie entière. Le malheur frappe toujours en plein bonheur sans crier gare.

(…)

Love ❤ this song 🎶

Il est un peu plus d’une heure du matin comme dans la chanson de Lady Antebellum. Comme dans la chanson…. ( je ne suis pas saoule, mais ) Need You Now….

 

 

Aussi là tout de suite je suffoque. Alors je trempe ma plume à l’encre bleu nuit, je cherche l’air en t’écrivant mes silences …. J’ arrive à  toi, l’âme  complètement  nue, mais sur la page blanche, je n’ai rien d’autre que ces silences-là à déposer.

Juste quelques lignes écrites à l’encre bleu nuit, avec entre elles,  les larmes qui telles des gouttes de pluie tombées  d’un plafond qui fuit pour unique signe de vie… Je voudrais te dire ces mots que tu sais déjà, que je t’ai dit mille fois; ces mots qui ont fini par remplacer tes nom prénom…. Mais à  l’encre bleu nuit, oui, il ne s’écrit  que les larmes. Et la grande douleur muette. C’est pourtant là  que je cherche et que je vais trouver ta lumière – je le sais. Comme tout à  l’heure dans le ciel, ton étoile que j’ai cru voir.

SOléne

( Pour Lally dans  » Betail intime)

Merci à tous ! Pour vos commentaires, vos étoiles… merci d’être là, merci pour tout. A bientôt chez vous. 😉❤

Ecrire et voir, c’est pareil, et pour voir, il faut la lumière. Le paradoxe, c’est qu’on peut trouver la lumière  dans le noir de l’encre. C’est comme la nuit sur la page et c’est pourtant là  dedans qu’on y voit clair. – Christian Bobin….

WHAT ELSE ?

« Fuis-moi je te suis; suis-moi je te fuis »

(Clic*)