« JE L’ AIME », un livre d’amour à vous couper le souffle !


Je l’attendais, elle aussi !

Dans « Je l’aime », son quatrième roman chez Julliard,  Loulou Robert fait le récit à couper le souffle d’un amour sacrificiel, tragique et sublime, un amour du quotidien, taillé pour l’éternité

Peut-on se représenter l’intensité de l’amour que sa propre mère a voué à son père ? C’est le pari qu’a fait Loulou Robert en se glissant ici dans la peau de cette femme à la fois proche et étrangère. Cette femme qu’elle connaît intimement et pourtant qu’elle invente en empruntant sa voix. Une femme née sans amour, d’une mère qui ne la regarde pas. Une femme qui grandit endormie. Léthargie du cœur et de l’esprit. Qui, pour survivre, doit ne pas penser, mais aspire à quelque chose de plus grand et de plus beau. Elle l’attend. Il arrive un matin. Elle le voit et son monde change. Lui, sa voix, son visage, elle le regarde et se fait la promesse de consacrer sa vie à l’aimer. Elle l’appelle M. C’est tout ce que nous saurons de lui. Il n’existe pour le lecteur qu’à travers son regard, à travers son amour sans limites. Elle tient sa promesse, risque sa vie pour qu’il la remarque. Il lui prend la main. Ne la lâche pas. Elle le suit à Paris. Il devient journaliste. Elle, sa groupie. Elle n’existe que pour lui, à travers lui. Elle l’aime, le hurle, le pleure. Rien d’autre n’a d’importance. Elle est jalouse, dangereuse, prête à tout. Elle le supplie. Elle veut qu’il la regarde encore, qu’il l’aime comme elle l’aime. Pour arriver à ses fins, elle se prête à tous les excès… Pour la première fois, Loulou Robert se penche sur un personnage féminin plus âgé qu’elle. À coups de phrases courtes, sans artifice, elle raconte les failles, la folie, et la dévotion qu’une femme peut éprouver pour un homme. Elle dit la vérité d’un corps et de ses cicatrices. Elle dit la maternité, la vieillesse, la solitude. L’usure d’un couple. Toute une vie à aimer. Envers et contre tout.

 ✍

Parce que son livre à Loulou, il est sorti  avant hier, aussitôt  acheté, je l’ai lu. Parce que je l’attendais, elle aussi ! Je l’ai lu en une nuit. Parce que Loulou, elle écrit  exactement comme j’aime. Avec des phrases courtes sans un mot de trop. Elle appelle un chat un chat. Ce qui n’est pas pour me déplaire, au contraire. Car elle écrit vrai ces choses-lâ de la vraie vie, comme l’amour. Et même que ça lui sort des tripes aussi naturellement qu’elle respire. D’ailleurs, je crois savoir que L-F C est l’un de ses auteurs préférés  avec « Mort à crédit » – c’est dire ! Du coup on vibre. A mort ! Et pas à crédit ! Et je sais de quoi je cause ! ( Louis-Ferdinand, si tu nous regardes… )

Bref, tout ça pour dire que cette nuit, ça a été grave chaud, par moments… à  fleur des mots, les mots dans la peau. A coups de hache !  Parce que les mots, elle les mâche pas, Loulou, il faut le savoir. Et parce qu’il n’y a pas de lumière  sans ombre, c’est à  la fois sombre et lumineux, fievreux, haletant…. orgasmique…. euh, littérairement parlant, s’entend.

Vous l’aurez compris: j’ai aimé « Je l’aime ». Mais – car oui, j’y mets un « mais », un tout petit « mais », mais quand même : est-ce vraiment cela l’amour ? Parce qu’en lisant, il m’est parfois arrivé de m’identier à  cette femme, certes. Peut-être même un peu plus souvent qu’à mon tour. N’empêche qu’au sortir de ma lecture, et alors que je rédige ce billet, je ne suis pas sûre du tout qu’aimer à  ce point-là, aimer jusqu’a s’oublier, ça me fasse vraiment rêver. Et quand bien même, ça me la coupe !

Coeurdialement

SOlène

PS: ce n’était pas une bonne idée, finalement, de vouloir mettre ce blog en pause au moment de la rentrée littéraire 😉

Loulou Robert a 26 ans. Elle s’est lancée dans l’écriture à l’âge de 22 ans avec un premier roman très remarqué, Bianca, paru en 2016.

WHAT ELSE  ?

Un caffé con me ?

Buona dominica

Protégé : Aujourd’hui lundi 1er avril… sur « Shirley Horn – Do it again »


Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :