Mort et renaissance d’une étoile (lettre ouverte à Mélie, Michèle et Ma)…


Image à la une: la comète Lovejoy (découverte par l’astronome australien Terry Lovejoy) qui est passée à 70 millions de kms de la terre en janvier dernier. C’est à cette période (après la pleine lune qu’elle est visible à l’oeil nu). Elle voyage à une vitesse d’environ 24 kms seconde….

 

khol

 

“C’était une nuit tellement silencieuse qu’on aurait cru entendre au creux de ses oreilles la rumeur des étoiles qui se déplaçait dans le ciel. Les gorgées d’eau imprégnaient lentement mon coeur desséché.” –Banana Yoshimoto (la biographie de…)

 

Afficher l'image d'origine

Et puis, soudain, dans le silence de mon désert affectif et de cette nuit du 17 au 18 août 2017, il s’est gonflé de larmes, redevenu plaie béante qui saigne encore sans comprendre pourquoi il bat toujours. J’ai cherché des réponses là haut dans le ciel et à la fois dans les mots de Mélie,  “Si tu regardes longtemps une étoile, l’étoile regarde aussi en toi””*… étoiles et nuages, je n’ai trouvé que d’autres questions, encore et toujours des questions!!

« S’agit pas d’s’en aller sinon qui va m’aider ?
Me dire qu’il faut manger puis aussi respirer
Je ne sais plus rien faire que de penser à toi
Nan c’est vrai, j’exagère, je veux parler de toi … »

Ah Mélie, si tu savais! A cet instant-là précisément où tu m’a mis ce commentaire, j’écoutais en boucle A L’infini, la chanson d’ Emel Mathlouthi*, ma Diva… “le bourreau de mon âme est un salaud”….

 

Emel Mathlouthi, Festival international de Carthage le 12 août 2017

Kelmti Horra

(Juste magique!)

 

Il est des chagrins qui dureront plus longtemps que les étoiles, parce qu’on ne pourra jamais faire le deuil, parce que… parce que… “J’aurais aimé quelques mots de vous, ces mots qui vous habitaient, qui vous animaient, que vous aimiez tant…

Toute mort, vous en conviendrez, doit s’accompagner d’un deuil, et pour faire ce deuil, il faut comprendre, ne serait-ce que pour accepter tout comme pour retrouver la lumière, d’autres lumières qui nous éclaireront sans nous aveugler comme le font les miroirs aux alouettes.”…

Michèle* à raison:

Il est des lâchetés qui abîment la confiance en soi, la confiance en l’autre.
Vous éloigner, partir doucement, dans ce silence qui suit un corbillard sans les larmes qui accompagnent le cortège fut l’une de celles-ci…

Et oui, parfois, les mots des autres viennent se coller à nos maux et deviennent le miroir de notre vie. Certains diront que j’ai voulu mourir, que ça n’en valait pas la peine, qu’il ne méritait pas ce geste etc etc!! Mais c’est juste que je ne pouvais plus vivre avec ça…. le poids de cette souffrance infinie et sans fond qui ne dit pas son nom…

J’ai pensé à toi, Mélie, et à toi, Ma…. Et j’ai eu honte, mais honte! En plus de me sentir sale, mais sale (de m’être donnée corps et âme)! Et conne… conne intégrale d’y avoir cru!!! Car les mensonges comme les promesses n’engagent que celui (ou celle) qui y croient. Je suis donc seule responsable de mon naufrage dans l’océan du désespoir, alors que vous, non, vous n’êtes responsables de rien…

 

Ausssi après avoir lu cette nuit  « La mort d’une étoile »* (un texte poignant de Mélie) je veux ce matin vous dire: haut les coeurs! On ne lâchera pas (plus) la barre; même si les vents et les étoiles sont contraires… Et finir sur ces mots de Michèle, cette “invitation au voyage, à la liberté”…. « la liberté enfin retrouvée, pas la liberté qui accompagne ou nourrit la solitude mais la liberté d’aimer, de grandir, de prendre son envol pour enfin toucher son étoile.”

Quant à vous, très cherS  **, si vous nous avez lues, il ne vous reste plus qu’à prendre vos plumes. Il en va de la renaissance d’une étoile quelque part…

SOlène

 

Où que j’aille…


« L’amour ne s’altère pas en heures ou
en semaines
Mais survit jusqu’ à la pointe de la fin
des temps.
Et si ceci est faux et qu’on me le prouve,
Je n’ai jamais écrit, et personne n’a
Jamais aimé »


-Quel est le con qui a écrit ça ?


-William Shakespeare


-Ah, OK. Oui quand même, enfin, y’a un style…


« L’amour dure 3 ans », le film de Frédéric Beigbeder

(Lac de Neuchâtel, Suisse)

 

Peut-être suis-je destiné à errer
D’un endroit à l’autre
Le ciel sait pourquoi
Mais dans ce lieu céleste sauvage
Ton étoile est fixée dans mon ciel

 

Il y a un endroit dans mon cœur
Même si on est éloignés
Puisses-tu toujours savoir
Peu importe depuis combien de temps je ne t’ai pas vu
J’y garderai la flamme pour toi
Où que j’aille

 

“Si tu dois vivre parmi le tumulte, ne lui livre jamais ton corps. Garde ton âme calme et retirée.

C’est un sanctuaire où tu trouveras, quand tu le voudras le bonheur.”…

Alexandra David-Néel

 

www.kizoa.com_20293987_102593147106410_1730504745511652023_n

(Le phare des baleines, au bout de l’île de Ré)

 

BLOG EN PAUSE:

Et si on profitait des vacances pour relire « Le petit prince »?

Le petit prince, l’essence des choses et de l’être….

 

product_3260050887199_195x320
Une belle leçon de philo!

 

Afficher l'image d'origine

Sur ce, nous allons faire une pause Facebook (elle s’impose!) et nous éloigner un peu de la toile jusqu’à la fin août. On s’y retrouvera dans les premiers jours de septembre, ou, éventuellement, un peu avant ici sur le blog dont la gestion est assurée (tour à tour) par les administrateurs de la page Facebook, pendant l’absence de SOlène *. Profitez bien du mois d’août; bises à toutes et à tous. Merci, un tout grand MERCI du coeur pour votre fidélité.

Prenez soin de vous.

L’équipe du monde de SOlène sur Facebook