J’AI ENVIE 2 (Attention chaud devant au départ!)


J’ai envie de toi à peine réveillée, comme ça en pyjama polaire,  direct sous mon plaid polaire, lui aussi…
J’ai envie de toi dans la cuisine, sur la toile cirée… J’ai envie de toi sous la table où je cherche un truc, parterre sur le carrelage… j’ai envie de toi debout devant la fenêtre où je mate l’humeur du ciel, j’ai envie de toi aux quatre coins de la pièce, dans l’entrebaillement de la porte et même aux toilettes, prise d’une autre envie soudaine (celle de faire pipi)… J’ai envie de te nommer désir et volupté… de te humer… de sentir la chaleur de ton liquide à l’intérieur de moi… Oooh ouiiiiiiii, j’ai envie de toi, mon p’tit caf’ du matin !!! -SOlène….

 

Afficher l'image d'origine

 

Voila voila, pour tout vous dire: je me suis endormie assez tôt pour le soir devant la télé (Rien vu d’ « Enquêtes criminelles » que pourtant je rate rarement, friande de faits divers, que je suis)…. Bref, j’avais la tête posée sur le plus gros de mes coussins d’habitudes et comme ça, bien au chaud dans mon pyjama polaire et sous mon plaid polaire lui aussi, je suis partie au pays des rêves, à la lueur dansante d’une grosse bougie parfumée.
Ce sont les vibrations de mon smartphone que j’avais sous le nez qui, je crois, ont dû me réveiller.
Moi, j’ai cru qu’on était le matin. Mais pas du tout! Il était à peine minuit.
Le smartphone vibrait de notifs incessantes de WordPress et de Facebook. J’ai répondu à des commentaires ici et là…. lu et partagé deux ou trois posts qui m’intéressaient…. Dont « La casse-couilles »* de mon amie Lydie;  Que j’ai d’ailleurs aussi commenté. Et ce, malgré l’heure tardive.
J’ai partagé sur Facebook (et vous mets le lien ici) parce que j’aime comme tout ce que Lydie écrit. Et pour relire tt ça au réveil. L’occasion de me reprendre un peu d’émotion avec my first coffee… ☕
Résultats: suis en train de vous écrire, mes chers vrais amis de my real life et aminautes de cette merveilleuse planète WordPress et a vous aussi mes nombreux contacts Facebook.. Je vous écris dans le noir et le silence de la nuit, juste éclairée par l’écran de mon Smartphone Je suis toujours allongée sur le canap’ bien au chaud dans mon pyjama polaire et sous mon plaid polaire lui aussi…
J’écris parce que c’est souvent comme ça quand je suis réveillée en pleine nuit par les idées qui se bousculent au portillon en ne demandant qu’à sortir de ma tête bien trop bouillonnante.
Aussi vous savez quoi? Ben c’est clair que je ne me rendormirai plus maintenant. Trés très envie d’un bon café et de me mettre au travail sur l’ordi
Belle journée a vous tous. Bisous et merci à celles et ceux qui auront pris le temps de me lire jusqu’au bout. Du reste, les autres…. je m’en fous 😃
Re- bisous 😘 A bientôt. Si ce n’est pas demain ce sera un autre jour (puisque, je vous le rappelle, je serai sur Paris dans les prochains jours. Ensuite j’ai prévu un p’tit séjour en Auvergne)

 

Bien à vous ❤

 

SOlène*

 

 

En ce moment je procraféine et procrastine…. Grave! La totale: comme un blocage. J’attends. Quelque chose de nouveau, de beau…. Mais je ne sais pas quoi exactement. Un peu perdue ( j’avoue) dans mes nostalgies automnales…. C’est bizarre comme état, la saudade*….

SOlène

(Mais c’était le 27 septembre dernier)

 

WHAT ELSE?

 

CHAUD FROID MAL AUX PIEDS*

 

« Besoin d’un petit coup de pouce avant que PARALLÈLE… ne paraisse.

Me reste encore quelques exemplaires de CHAUD, FROID, MAL AUX PIEDS…« 

Ludivine

 

 

Alors je ne sais pas trop dans quel sens organiser mes mots pour décrire le livre de ta maman mais juste j’ai adoré ! Tout est spontané et parfois même dit très crûment mais moi c’est ce que j’adore et c’est vrai que comme j’ai pu suivre vos péripéties je n’ai pas eu de difficultés pour comprendre… c’est une leçon de force, d’espoir et d’amour, d’accepter ses peurs et ses faiblesses mais de les transformer en positivité et de faire juste comme on a envie car tout est possible tant qu’on s’écoute… j’adore ses jeux de mots, de maux, elle fait des magnifiques descriptions et j’ai pu grave ressentir les émotions. Enfin bref je l’ai commencé aujourd’hui je l’ai fini aujourd’hui et je vais te l’acheter parce qu’il y a beaucoup de phrases qui m’ont fait tilte aujourd’hui et qui sont porteuses de beaux messages mais que j’aurai envie de relire plus tard c’est sur haha 

Sarah à Julie (la fille aînée de Ludivine)

22007845_10214682960607116_3353377353251262093_n
Et même à New-York, on lit Ludivine….

 

Je viens de lire un truc qui m’a inspiré une réflexion profonde:

« L’ homme passe la moitié de sa vie dans son lit et l’autre moitié dans ses chaussures »

Y passe pas un peu de temps dans les Madames aussi ???

#ouaisjesaiscestnul

Mais les jours graves… faut bien rire un peu… parce que y’a vraiment de quoi chialer sur le rebord du monde aujourd’hui !!!!!

 

Ludivine

 

(Encore et toujours! Je l’Adore ma Coccinelle. Et s’il existe sur notre bonne vieille planète terre un homme digne de ce nom, bien sous tous rapports, qui tombe éperdument, sincèrement, profondément amoureux d’elle, qui l’épouse et la rend la plus heureuse du monde, il sera mon pote à la vie à la mort.  -Solène… PS: je suis en paix avec la terre entière, et J’AI ENVIE de voir tout le monde heureux, voilà! )

 

 

« Spécial dédicace pour toi mon p’tit coeur. Tout me fait penser à toi »

Ludivine, SMS du 2/10/2017

(Voilà, c’est ça l’amitié, que dis-je « l’amouritié » selon Ludivine)

 

20190126_094720-768x960.jpg

L’écriture  est un voyage…. 🛩

Girls In The City *🇱🇷

Comme quatre mots sur un piano…. Suivi de “Just SO” (Par Ludivine)


 

🖋

Elle avait remis les compteurs à zéro.
Enfin en paix avec elle-même, son coeur et son cerveau étaient réconciliés, elle pouvait enfin lui pardonner.
Accepter qu’il ne soit que son ami, quelle douce ironie, mais avec les conflits elle en avait fini.
Le pardon chez elle avait toujours raison.
Elle lui dirait un jour que certaines choses pour elle riment avec toujours.
D’un été dont elle se souviendrait, elle ne pouvait pas oublier que le fond elle avait touché pour mieux remonter…
Elle était toujours la même, toujours là m’aime… car paix dit aime…
Le prof ces derniers mois n’avait pas rempli ses devoirs mais demain en retiendrait-il toutes les leçons ?
Saurait -il redécouvrir en elle toute la lumière et comprendre que d’un amour tel… on en fait pas de copiés-collés…
4 ans comme 4 mots sur un piano …

Un jour il saurait que jamais il ne pourrait la remplacer…
L’aurait il à ce jour déjà deviné …

 

Featured Image -- 26519

JUSTE SO

SO… what ?
What elle ´s ?
SO… laine comme ses écrits qui sont comme un doux chandail qui vous enveloppe le coeur.
SO… l’aime … oui elle en aime des choses… ce premier café à l’aurore qui la réchauffe de sa nuit blanche consentie ou de ses pages blanches bien remplies pendant la nuit…
ses balades virtuelles sur ses blogs chouchous ou elle laisse partout des traces d’amour et d’amitié…
Sa mer, son océan qui lui rappelle le ressac des douces heures de bonheur. Et le calme après la tempête.
Toutes les couleurs du ciel et tout en mots elle t’en fait du miel.
SO… cute quand elle se fait mignonne derrière ses petits émoticones et ses bulles de savon.
Sauvage… quand le temps des sentiments la mette en tourments.
SO… litude quand elle veut retrouver sa zénitude…
SO… l’aime encore parce que lorsqu’elle aime, elle thème, thèse et les mots se taisent pour laisser place au sublime et silence…
SO… lène c’est ma « petite » écrivaine, une petite bulle d’oxygène quand la vie se fait vilaine…
C’est l’amour qui coule dans ses veines.
SO… ton petit monde c’est toi, c’est nous, c’est tous les jours du velours.
SO… ma SO… je t’aime SO much ❤️

Ta Coccinelle*

 

Sublime & silence

Autour de moi tu danses

Et moi j’oublie

C’est à toi que je pense,

À ta bouche brûlante

Quand tu souris

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

Sublime & silence

Autour de toi tout tremble

Et tout finit

C’est à moi que tu penses

À nos ivresses blanches

Je fuis Paris

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

Mais je sais que tu restes

Dans les fleurs que j’te laisse

Après la nuit

Violence et promesse

C’est tout c’que tu détestes

La mort aussi

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

(Instru)

Je caresse ton absence

La montagne et l’errance

Et puis l’ennui

La rivière te ressemble

Du moins en apparence

Pourtant tu fuis

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

Mais je sais que tu restes

Dans les fleurs que j’te laisse

Après la nuit

Violence et promesse

C’est tout c’que tu détestes

La mort aussi

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

(Instru)

Mais je sais que tu restes

Dans les fleurs que j’te laisse

Après la nuit

Violence et promesse

C’est tout c’que tu détestes

La mort aussi

Mais je sais que tu restes

Mais je sais que tu restes

 

 

WHAT ELSE?

 

Chaud froid mal aux pieds*

 

(Clic*)

 

 

« Ce monde a besoin plus que tout de tendresse… » -Ludivine….