« L’ infini des sensations » ( y’a quelqu’un ?)…. Suivi par « Les bijoux »


Respirer, rêver, et allonger les heures par l’infini des sensations.  – Baudelaire…

Trois heures. La conversation avec Matt au téléphone a duré trois heures.

(…)

Bon, bref !  J’ai roulé… roulé sur la RN11 de la Rochelle jusqu’à la sortie à Mauzé sur le Mignon en direction du marais poitevin. Je me suis fait flashée au dessus de 110, mais je m’en fiche, car au moins je suis arrivée à temps pour réceptionner le deuxième appel de Matt, pile à l’instant où j’ouvrais la porte de la maison de Violette.

(…)

Et trois heures comme ça, le phone coincée entre l’oreille et l’épaule, j’ai écouté Matt, dans un premier temps en faisant les cent pas sans but dans le clair obscur de la pièce principale ; ensuite accroupie devant la cheminée, déplaçant le petit bois, puis tour à tour soufflant fort sur les braises pour attiser les flammes.

Oui, on a beau être dans les derniers jours de juin, j’ai allumé un feu parce que j’avais froid. Avec leurs murs de pierres épaisses les maisons du marais sont fraîches en été. Et celle de Violette restée  longtemps fermée, je la sentais remplie de cette humidité  qui me pénétrait des os jusqu’à la moelle.

Je surveillais donc le feu pour qu’il ne s’éteigne pas, quand j’ai reçu l’avertissement de mon portable : « batterie faible ». J’ai prévenu Matt :

-On va-t-être coupé, mon phone est déchargé.

(…)

Voilà, il n’était même pas neuf heures quand (…) Et presque  onze  heures moins le quart, lorsqu’on s’est quitté sur cette promesse de (…) Et maintenant, il n’est pas loin de quatorze heures ; je devrais sauter de joie avec la bombonne de 5 litres d’eau fraiche que j’ai trouvée dans le frigo de Violette. Mais non, même pas ! Parce que quelque part, je me sens triste. Pourtant dehors, la journée est belle (…) C’est juste que je ne sais pas ce qui me rend le plus triste, au fond : ne plus entendre la voix de Matt qui me manque déjà ? Ou parce qu’Aymeric n’a pas répondu à mon SMS d’hier ?

Quelques heures plus tard… 

📓

Y’A QUELQU’UN?

Mouais… bof! L’infini des sensations et moi, ça ne joue pas à tous les coups. C’est Louis-Ferdinand * qui disait  qu’il n’aimait pas la guerre, « parce que la guerre ça se passe à la campagne, et la campagne ça m’emmerde ». Ben moi, je dois être comme lui,Louis-Ferdinand *: quand je zone dans le coin, on dirait que j’ai beaucoup péché, tellement je baisse la tête avec un air contrit. Mon Dieu quelle misère !

Euh, misère = ennui, hein ? Chuis pas SDF et j’mange à ma faim tous les jours. Mais qu’on me dise pas, non plus, que chuis venue m’ennuyer jusqu’ ici par vice de snobisme. Moi, d’abord, j’ l’dis direct: je n’avais jamais entendu parler de ce bled du marais profond avant qu’ Violette vienne s’y installer.
Bon, j’te passe les chemins boueux qui ne vont nulle part, les maisons où les gens sont pas dedans, les champs détrempés qui ont des renvois d’flotte pas très propre, quand il a trop plu…
Pff, l’ennui, « cette maladie fiévreuse qui s’empare de nous dans les froides misères, cette nostalgie des pays qu’on ignore, cette angoisse de la curiosité »… C’est beau -je sais, ce que j’écris des fois. Sauf que c’est pas de moi, mais de Baudelaire, monsieur Charles Baudelaire, encore et toujours… D’ailleurs, c’est aussi ce dernier qui a dit que « la misère libère le génie », que « l’artiste doit souffrir pour créer »…. ça doit te donner une idée à quel point j’en bave.Que même si j’avais pas Alela Diane à écouter, je serais déjà morte d’ennui. Quand j’te dis qu’la voix de cette fille me transporte vers des contrées lointaines et sauvages. Et qu’c’est bon pour l’imaginaire.

SOlène – Extraits de « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne »*

(Oui encore un qui hiberne au bois dormant comme l’auteur de ses jours: Solènus Hibernatus)

WHAT ELSE?

Vous reprendrez bien un peu d’ennui avec vot’ kawa? Ou alors…

Musique !

🎶

POST SCRIPTUM

À propos de Baudelaire, et 150 ans après sa disparition, une strophe inédite sera vendue aux enchères le 22/11 prochain chez Drouot à Paris.

Il s’agit d’une édition originale de Les Fleurs du mal comprenant une strophe manuscrite inédite du poème « Les bijoux » ajoutée de la main de Baudelaire.

« Et je fus plein alors de cette Vérité

Que le meilleur trésor que Dieu garde au Génie

Est de connaître à fond la terrestre Beauté

Pour en faire jaillir le Rythme et l’harmonie »

L’écriture a été authentifiée sur l’ouvrage offert par le poète à Gaston de Saint Valry, journaliste et critique littéraire (1828-1881). L’ouvrage est estimé entre 60000 et 80000 Euros.

📖

LES BIJOUX

La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur,
Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur
Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures.

Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,
Ce monde rayonnant de métal et de pierre
Me ravit en extase, et j’aime à la fureur
Les choses où le son se mêle à la lumière.

Elle était donc couchée et se laissait aimer,
Et du haut du divan elle souriait d’aise
A mon amour profond et doux comme la mer,
Qui vers elle montait comme vers sa falaise.

Les yeux fixés sur moi, comme un tigre dompté,
D’un air vague et rêveur elle essayait des poses,
Et la candeur unie à la lubricité
Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;

Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,
Polis comme de l’huile, onduleux comme un cygne,
Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins ;
Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,

S’avançaient, plus câlins que les Anges du mal,
Pour troubler le repos où mon âme était mise,
Et pour la déranger du rocher de cristal
Où, calme et solitaire, elle s’était assise.

Je croyais voir unis par un nouveau dessin
Les hanches de l’Antiope au buste d’un imberbe,
Tant sa taille faisait ressortir son bassin.
Sur ce teint fauve et brun, le fard était superbe !

Et la lampe s’étant résignée à mourir,
Comme le foyer seul illuminait la chambre,
Chaque fois qu’il poussait un flamboyant soupir,
Il inondait de sang cette peau couleur d’ambre !

 Le 21 juin  1857 lors de la première édition des Fleurs du mal, le chef doeuvre choque; Très vite il est attaqué et Baudelaire sera l’objet  l’objet d’un procès pour « outrage à la morale publique ». Le poème « Les bijoux », jugé obscène, sera interdit.

 

LE TOURBILLON DE LA VIE (En hommage à Jeanne Moreau)


Photo à la une : Jeanne Moreau sur le tournage de Jules et Jim….

 

J’ai, messieurs, grande crainte des personnes qui ne savent pas rire. J’ai toujours aimé ces fous rires, qui montrent l’âme grande ouverte.~

Jean Cocteau

 

 

www.kizoa.com_20620831_10214197957402339_7701614169515875340_n_2

 

Pour SOlène qui a toujours aimé cette chanson….

 

Elle avait des bagues à chaque doigt,
Des tas de bracelets autour des poignets,
Et puis elle chantait avec une voix
Qui, sitôt, m’enjôla.

Elle avait des yeux, des yeux d’opale,
Qui me fascinaient, qui me fascinaient.
Y avait l’ovale de son visage pâle
De femme fatale qui m’fut fatale
De femme fatale qui m’fut fatale

On s’est connu, on s’est reconnu,
On s’est perdu de vue, on s’est r’perdu d’vue
On s’est retrouvé, on s’est réchauffé,
Puis on s’est séparé.

Chacun pour soi est reparti.
Dans l’tourbillon de la vie
Je l’ai revue un soir, aïe, aïe, aïe,
Ça fait déjà un fameux bail

Ça fait déjà un fameux bail

Au son des banjos je l’ai reconnue.
Ce curieux sourire qui m’avait tant plu.
Sa voix si fatale, son beau visage pâle
M’émurent plus que jamais.

Je me suis soûlé en l’écoutant.
L’alcool fait oublier le temps.
Je me suis réveillé en sentant
Des baisers sur mon front brûlant
Des baisers sur mon front brûlant

On s’est connu, on s’est reconnu.
On s’est perdu de vue, on s’est r’perdu de vue
On s’est retrouvé, on s’est séparé.
Puis on s’est réchauffé.

Chacun pour soi est reparti.
Dans l’tourbillon de la vie.
Je l’ai revue un soir ah ! là là
Elle est retombée dans mes bras.
Elle est retombée dans mes bras.

Quand on s’est connu,
Quand on s’est reconnu,
Pourquoi s’perdre de vue,
Se reperdre de vue ?

Quand on s’est retrouvé,
Quand on s’est réchauffé,
Pourquoi se séparer ?

Alors tous deux on est reparti
Dans le tourbillon de la vie
On a continué à tourner
Tous les deux enlacés
Tous les deux enlacés.
Tous les deux enlacés.

 

20525619_10214211579902893_2230215530872951435_n

 

 

Et la vie elle-même m’a confié ce secret : « Vois, dit-elle, je suis ce qui doit toujours se surmonter soi-même ». –Nietzsche….

Très très belle journée à toutes et à tous, à bientôt!

 

L’équipe du monde de SOlène sur Facebook

 

WHAT ELSE?

Pour les pages et articles protégés, il suffit de demander le mot de passe:

zelie.angel@hotmail.fr

ou

solenev79@gmail.com