…Seule, perdue dans l’histoire de Lally, entre dune et sablon, océan et nuages, j’aime ce mélange intime et diffus de sable et de sel, d’embruns et de larmes, qui permet à l’imaginaire de se lâcher… j’écris shootée aux bruines de l’océan et aux couleurs du ciel. A tous les ciels, en fait. Y compris ceux de l’amour. Et des orages de la vie ! -SOlène…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Tu ne m’as pas laissé le choix. Alors je suis repartie sur mon île. Et c’est là que j’ai compris que personne n’est invincible. Et que les rêves meurent…

Afficher l'image d'origine

Ce matin, le ciel a la couleur d’un jean délavé et le soleil tape moyen, alors que ma pensée la plus profonde se résume à ce que je vais mettre aujourd’hui: pantalon de treilli, Converse et petit haut kaki, ou marinière courte moulante avec un bas de jogging blanc ???…

Quant à la suite de  Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne* … bah, j’ai laissé Lally, mon heroïne, dans le coin le plus obscur de mon inconscient, et pendant qu’elle se frotte toute seule comme une grande aux aléas de sa vie et à toutes ces questions insolubles qui, avant mon départ précipité sur l’île, me faisaient friser la surchauffe cérébrale, ben moi, je préfère -et de loin encore, me laisser aller totalement décomplexée à la poésie de l’ordinaire en vacances: le vent du large qui ébourriffe, le sable chaud, le sel et l’eau de la mer… Et même que j’m’en fous d’être aussi bien coiffée que Bjoïrk dans ses pires jours, et d’avoir le bout du nez rouge, comme si j’avais bu un coup de pineau de trop.  Pour l’heure, je baille aux mouettes…
Décidemment, je comprendrai jamais rien à la complexité de ce qui nous lie, nous les filles, à ce mec plus qu’à un autre, tandis que le monde entier s’accorde à nous dire qu’il est trop pas bon pour nous…
Mais en même temps, j’ai comme qui dirait une idée derrière la tête: grimper quatre à quatre les 257  marches du Phare des baleines…Quel rapport, me demanderez vous ? Ben, c’est un défi, pardi ! Un défi, comme partir un jour plus loin que la mer, pour essayer d’oublier quelqu’un…
Pff, le Phare des baleines, de la rigolade à côté de l’ascension de la Statue de la Liberté, avec ses millions de marches instables qui partent en tire-bouchon, sitôt que vous avez passé les gros orteils de la Liberté.  Hmm, à partir de l’ourlet de la robe, comme dans ses plis tortueux, comme ça sans rampe, juste une rambarde qui arrive aux genoux et des échaffaudages fragiles trop pas rassurants, vous regrettez grave l’envolée sans arrêt tire-bouchonnée, et surtout d’avoir fait fi du panneau d’avertissement qui vous disait en bas, de « ne pas monter si vous avez le vertige, si vous êtes claustrophobe, ou si vous souffrez  d’une maladie mentale« …  Mouais sauf qu’il n’y a qu’un chemin pour monter, et descendre.  Et la seule solution qui s’offre à vous, une fois lancé, c’est d’aller jusqu’au bout…
Bon, une fois sur la plate-forme panoramique, tellement que c’est beau, on est super content d’y être arrivé, avec cette impression d’avoir accompli quelque chose de géant, en surmontant tous les obstacles, un par un…  C’est Mina qui m’a dit qu’ça faisait penser au « mal joli de l’accouchement, sitôt passé on en rit ».  Chais pas ce qu’elle connait à l’accouchement, Mina, mais bon, moi ce qui me parle, c’est le mot « défi ».
Bon ben, aujourd’hui, ce sera la tenue de combat: pantalon de treilli, comme ce jour-là, où il a plu à la station  Bowling Green et sur les eaux grises de la baie, pendant la traversée du bateau juqu’au célébre monument new yorkais. Aussi je me souviens de Manhatan noyé sous la brume, et de Battery Park qui disparaissait au gré du mouvement sur les flots agités. Comme le souvenir qui faisait si mal, l’instant d’avant…
Allez, vite, vite !! Le ciel n’attend pas. A plus, je reviens très vite -promis !
SOlène

Ce diaporama nécessite JavaScript.

QUOI DE NEUF TODAY?
(Extrait de « Souviens-toi d’oublier »)
WHAT ELSE?
(Extrait de « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne »

…. « Et là, c’est le numéro cinquante douze ?

en tout cas, c’est un chouette genre littéraire, entrelacs de chanson connue, de bribes de sentiments, de dits et de non-dits, de mémoires d’enfances qui réapparaissent sous les coquillages »…

(Philippe)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

16 commentaires sur « SO en Ré… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s