Et la mer et l’amour… Suivi par « Océan » by Lady Antebellum etc, etc !!


🎶 Love Is The Seventh Wave. – Sting 🎶

 Elle dit aussi que si il n’y avait ni la mer ni l’amour, personne n’écrirait des livres. – Marguerite Duras… 

📚

ET LA MER ET L’AMOUR

Et la mer et l’amour ont l’amer pour partage,
Et la mer est amère, et l’amour est amer,
L’on s’abîme en l’amour aussi bien qu’en la mer,
Car la mer et l’amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux, qu’il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu’on souffre pour aimer,
Qu’il ne se laisse pas à l’amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l’amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l’amour, sa mère sort de l’eau
Mais l’eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l’eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j’eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

PIERRE DE MARBOEUF

Poète  français

1596,- 1645

Il y a dix minutes j’étais heureuse et maintenant je ne le suis plus. Parce que les choses de la vie c’est comme le temps, elles peuvent se gâter d’un instant à  l’autre, et les gens ne s’aperçoivent pas forcément tout de suite que le soleil a disparu derrière une tonne de nuages noirs menaçants. Toi pareil: tu es là face à  l’océan, les yeux noyés à  l’ infini, et tu vois même pas qu’il a changé de couleur, que les vagues sont chargées d’écume. Non, parce que tu es confrontée une fois de plus à l’insondable nullité  de la connerie qui t’habite depuis ta naissance. Mais la différence par rapport à  d’habitude, c’est que tu viens d’atteindre ton seuil de tolérance à  l’humiliation,  et tu te dis, ça suffit !

SOlène

Extrait de « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne », roman à  paraître en cours d’élagage…

(Tous droits réservés)

Autospy d’une héroïne d’aujourd’hui.. ( Les plus grandes tempêtes sont celles qui ont lieu à l’intérieur de soi)..  .

📒

Ma vraie vie et l’écriture sans filet, au bord, tout au bord de l’irréel, entre souvenirs, sensation, imaginaire…  

WHAT ELSE ?

SO en Ré*

(Clic *)

Le coeur de l’homme est comme la mer, il a ses tempêtes, il a ses marées et dans ses profondeurs, il a aussi des perles.  – Vincent Van Gogh…. 

 

Merci de votre fidélité, à bientôt !

4177 abonnés sur mon mur officiel Facebook. Pour nous rejoindre, clic ICI*

Appelons cela, l’espoir…. Suivi par « Si la vie avance »


Si vide d’espoir est le monde du dehors, que deux fois plus précieux m’est le monde du dedans. – Emily Brontë…. 

La passerelle de l’Utopie, lac de Neuchâtel 🇨🇭

Et quand bien même, au bord de ta vie rêvée

tu vis toujours sous les mêmes cieux que lui

c’est sur la passerelle de l’Utopie que tu l’attends encore ce soir

Ce n’est pas tant la nostalgie du temps qui est passé

que la mélancolie de ce qui ne sera plus.

Tu essaieras d’autres fois de ne plus montrer tes sentiments

Et de les dire, encore moins !

Mais  dans les limbes des draps

c’est à corps perdu que tu l’aimeras encore

De votre histoire, il ne reste dans le gris du ciel

que le tracé des oiseaux migrateurs

Dieu seul sait la trajectoire du vol

et toi-même, tu ignores la destination

tout comme le souffle du vent qui fait frissonner le lac

à l’endroit où ton regard se noie, quand

tu prétends avoir touché le fond.

Mais c’est juste parce que tu n’as plus plus les mots

pour dire ton hiver intérieur quand tout gèle en toi

Même  l’inspiration !

Alors toi qui pense avoir tout perdu

regarde donc  les arbres nus, là-bas

Tous les ans ils perdent leurs feuilles

Et pourtant ils sont là, debout

à  attendre des jours meilleurs

Appelons cela, l’espoir.

SOlène

PS: merci pour votre indulgence, c’était le premier poème de ma vie  – et le dernier, jusqu’au jour d’aujourd’hui  Je ne suis pas mais alors pas du tout rompue à  l’exercice.

Oser encore recourir à  l’espoir. Oser encore porter l’instant et le rendre à lui-même. Répondre quel qu’il soit au baiser de la terre, vouloir ce plus loin dont on ne sait le nom. – Andrée Chedid, Au coeur du coeur… 

WHAT ELSE ?

 

« Le temps file et c’est tout. Un jour, on ne parlera plus. Un jour, on ne marchera plus. Un jour nous aurons simplement été. Et c’est tout. Tout sera terminé. Les terrasses, les couchers de soleil, l’air de l’océan, les passions et la douceur des soirs d’été. Face au vide, face au dernier soir, qu’est ce qu’on pourra bien dire? Qu’est ce qu’on gardera? On n’en sait rien vraiment. Face à la violence, du monde et de ce qui s’agite en nous, qu’est ce qu’on peut bien faire? Qu’est-ce qu’on peut bien y faire? Tout justement. Mais pour le moment s’arrêter, regarder les gens qui passent, regarder la mer, se dire que c’est beau tout ça, se dire qu’avant de se dire il faudra vivre, simplement vivre. Comme nos poumons qui se remplissent d’air sans qu’on s’en rende bien compte, se remplir autant que possible d’amour, et rire ou pleurer, peu importe à cet instant. Les rêves sont la prose de la vie il faut y croire toujours … »

BDA

( Boulevard Des Airs)

🎼

COUP DE COEUR