WELCOME NOVEMBER


« Le lac de mon esprit, dès qu’il cesse d’être labouré par des rames, ondoie paisiblement et bientôt somnole, calme comme une mer d’huile. » – Virginia Woolf, Les vagues…

 

 

Des températures d’une douceur exeptionnelle, une belle lumière jusqu’en fin d’après-midi, on a parfois l’impression d’être encore en été, d’autant plus que des oiseaux gazouillent soirs et matins dans le jardin où l’on vient de découvrir un nid…

Mais lorsque les arbres se parent de leurs plus belles couleurs ocres et pourpres, qu’une fête du vin bat son plein quelque part dans le coin et que des spécialités saisonnières, comme les champignons, la citrouille et les châtaignes, s’invitent à notre table avec le gibier, c’est que l’automne est bel et bien là; époque privilégiée des balades en forêts, ou pour les randonnées du dimanche en montagne, au dessus du brouillard et d’un panorama d’une beauté à couper le souffle…

Puis un peu plus tard, quand viendra l’heure du chocolat chaud devant une première flambée, on prendra un livre qu’on lira en écoutant de la musique, un plaid douillet sur les genoux à la tombée du soir.

SOlène, 30/10/2022

« Tout est vaguement brouillé par la vapeur qui sort d’une théière. Une fade, une épaisse odeur de boeuf et de mouton, de saucisse et de hachis pend comme une toile mouillée dans la salle du petit restaurant. J’appuie mon livre contre une bouteille de sauce Worcester, et j’essaie de ressembler aux autres clients. » – Virginia WOOLF, Les Vagues…

WHAT ELSE ?

« Il m’arrive parfois de penser (..), que je ne suis pas une femme; que je suis le rayon de soleil qui éclaire cette barrière, ce coin de sol. Il m’arrive parfois de penser que je suis les saisons, le mois de janvier, le mois de mai, le mois de novembre, que je fais partie de la boue, du brouillard et de l’aube. » – Virginia WOOLF, Les Vagues…

Un texte singulier au style expérimental, que je lis ( ressens ?) comme un long poème en prose avec lequel Virginia WOOLF nous emmène dans les profondeurs de l’être tout en offrant au lecteur de belles descriptions de la nature environnante en y mêlant beaucoup de poésie qui inonde notre lecture de lumière. Sublime !

 

Description (présentation de l’éditeur):

Publié en 1931, Les Vagues se compose d’une succession de monologues intérieurs entrecroisés de brèves descriptions de la nature. Chaque personnage donne sa voix et se retire dans un mouvement rythmé qui évoque le flux et le reflux des marées. « J’espère avoir retenu ainsi le chant de la mer et des oiseaux, l’aube et le jardin, subconsciemment présents, accomplissant leur tâche souterraine… Ce pourraient être des îlots de lumière, des îles dans le courant que j’essaie de représenter; la vie elle-même qui s’écoule. >> Préface et traduction de Marguerite Yourcenar.

Biographie de l’auteur

Auteur de nombreux romans dont Mrs Dalloway, La Promenade au phare, Orlando, Une chambre à soi, Les Vagues, Virginia WOOLF est considérée comme la plus grande romancière anglaise du XXe siècle.

Comme avant, comme avant
En ces jours de lumière
J’aimerais tant retrouver
Les parfums oubliés
Des bonheurs ordinaires…

🎶

« La nature est trop végétale, trop vague. Elle ne possède que de sublimes immensités, de l’eau et des feuilles. Je commence à souhaiter l’intimité d’une chambre éclairée par le feu, et le corps d’un seul être. » – Virginia WOOLF Les vagues….

Heureux mois de novembre à vous tous ! Prenez soin de vous, à bientôt.

Publicité

20 réflexions sur “WELCOME NOVEMBER

    1. Woolf, la louve. Virginia, c’est une rencontre. Depuis, je ne l’ai pas encore quittée. Je m’endors avec elle, me reveille avec elle. Plongée dans son œuvre, je la lis (relis re-relis ses phrases tellement ce qu’elle écrit va à mon âme comme un gant)… Et même que je la lis en écoutant ce qu’elle écoutait en écrivant. C’est dire à quel point je l’aime en tout cas. Ses livres:  » la sève vivante des esprits immortels », comme elle qualifiait les livres, elle-même.
      Merci Gibu. Belle première journée de novembre. A bientôt.

      Aimé par 3 personnes

    1. Bonjour Petite Marie,
      Oui, ce sont des notes prises en lisant Les Vagues. Comme par exemple:

      « Il m’oubliera. Il laissera traîner mes lettres parmi ses fusils de chasse et ses chiens sans y répondre. Je lui enverrai des poèmes et il me répondra peut-être par une carte postale. Mais c’est pour ça que je l’aime. Je lui proposerai un rendez-vous et j’attendrai, et il ne viendra pas. C’est pour ça que je l’aime. »…

      Je ne me lasse pas de la lire. Bon et beau novembre à toi, petite Marie. Je t’embrasse aussi. Affectueusement.

      J’aime

    1. C’est exactement cela. Une belle balade dans l’univers poétique de Virginia. Je prends mon temps, quitte à revenir sur mes pas…. savoure les phrases, butine de mots en mots comme un papillon, les fleurs.

      Merci à toi. Bonne journée et à tres vite pour le vote de l’AI d’octobre.

      Aimé par 1 personne

    1. Coucou Solène, Colette, j’ai beaucoup lu mais il me manque Virgina Woolf. Tu me donnes envie d.en faire une moisson automnale avec les champignons et les « sublimes immensités », de déguster ces lignes dans « l’intimité d’une chambre éclairée par le feu… » 😉
      Très belle journée automnale, encore douce et favorable à la balade.

      Aimé par 1 personne

    1. Hello Dom !
      Virginia Woolf, je ne l’avais pas encore lue. Je suis actuellement plongée dans la lecture de son œuvre complété, dont son « Journal d,’un écrivain et une biographie.
      J’aime beaucoup.
      En tout cas, merci d’être passée.Et pour ton commentaire. Prends soin de toi. Bisous, à bientôt !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s