L’ EDELWEISS ET LES BOUQUETINS


« L’ edelweiss, fleur solaire couleur de lune. » – Sylvain Tesson, Aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages ( 2008)….

Extrait de DÉCONNEXION  * in LES SOMMETS, mon troisième recueil de poésie. A paraître fin septembre…

tu trouveras prés du CD
le Salve Regina de Schubert
que j’écoute en ce moment,
les pages imprimées de
mon troisième recueil de poésie
avec entre deux poèmes
un edelweiss séché;
souvenir un soir d’été
quand j’attendais les bouquetins
au couchant…
Je l’avais cueilli pour toi… 

Alors déjà, deux mots magiques qui font revivre certains moments, edelweiss  et bouquetins. Parce que c’est ça, la poésie, on la vit d’abord. Et c’est après seulement que les mots viennent façonner le poème…

Je vous ai parlé de l’edelweiss dans un précédent billet, UNE PLUIE EST PASSÉE *( un chagrin sans phrase). Et donc, aujourd’hui, juste avant de mettre ce blog en pause, je vous emmène à la rencontre des bouquetins; une sorte de chèvre des hautes montagnes…

Qui n’a pas rêvé de tout quitter pour aller garder des chèvres, loin de tout ? Je ne sais pas vous, mais moi si. Sauf que le bouquetin est un animal sauvage, peu farouche certes, mais qui fait sa vie en troupeau, et le troupeau n’a besoin de personne pour le garder.
Et puis je vous le dis tout de suite: je préfère les attendre là où je sais qu’ils viendront en fin d’après-midi un peu avant le coucher du soleil, que de les suivre dans leurs randonnées vertigineuses, car eux, n’ont pas peur de s’aventurer dans des zones escarpées, et se balader tranquilles sur les parois les plus verticales des hautes montagnes…

Un pelage gris fer à poils ras, une barbichette et des cornes épaisses et recourbées de 70 cms à 1m 60 chez les mâles. Lesquels s’affrontent lors de la saison du rut, afin de dominer troupeau et femelles. Après une gestation de six mois, la femelle accouche d’un seul petit ( trop craquant) , capable de gambader en pentes raides dès son deuxième jour…

Scènes de vie en altitude…

« Nous devrions rendre grâce aux animaux pour leur innocence fabuleuse, et leur savoir gré de poser sur nous la douceur de leurs yeux inquiets sans jamais nous condamner. » – Christian Bobin…

 

Moments de vie pour soi, nécessaires au ressourcement, car c’est dans la nature, loin de tout et surtout sans internet que l’on recharge le mieux les batteries.

Très très beau dimanche à tous, nous nous retrouverons après  deux ou trois petites semaines de pause. Prenez soin de vous.

A bientôt.

SOlène

Publicité

6 réflexions sur “L’ EDELWEISS ET LES BOUQUETINS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s