L’OCÉAN À BOIRE… S/SONATE AU CLAIR DE LUNE


… « Chaque séparation nous donne une vue de plus en plus ample et éblouie de la vie. Les arrachements nous lavent. Tout se passe, dans cette vie, comme s’il nous fallait avaler l’océan. Comme si périodiquement nous étions remis à neuf par ce qui nous rappelle de ne pas nous installer, de ne pas nous habituer. » – Christian BOBIN…

 

ÉTERNEL PRÉSENT

 

La mer, les vagues
Vague à l’âme
Lame de fond…
Il suffirait de mettre des mots
sur les maux
ou sur ma peau d’écume.

« De deux choses lune l’autre, »
c’est le soleil », dirait Prévert.
Tout ce qui fut fleur aujourd’hui
sera miel demain
Mais dans la suite infinie des souvenirs,
rien n’existe avant après.
Alors écrire à qui ?
Et pour dire quoi?

Plus envie de parler de moi
Il se repose le moi
Des longues nuits d’hiver sans sommeil,
des petits matins gris où j’ai eu froid
sans tes bras;
et peur qu’ils soient sans lendemains;
comme ça, loin de toi.

Allongé sous tes paupières closes,
le moi dort dans la poussière d’or
et de songe
des lignes de silence d’un poème
qui, pareil à un ciel d’étoiles
ne s’écrit pas, ni ne se lit
mais s’écoute, les yeux fermés…

Éclairs de vie, vie sur terre
L’oiseau de nuit a chanté
Il n’a pas eu d’hier,
il veut un demain…
Au courant des amours éphémères
parfois les corps s’abandonnent
tandis qu’obstinément, le désir qu’on a fui,
revient hanter l’âme des poètes énamourés
dans la perfection de l’instant.

Éternel présent.

 29/03/2021

☆☆☆

 

FLEUR LIBERTÉ

 

Sur une plage de mon île
le nez au vent du large
je rêve de m’envoler
de la terre au soleil.

En passant par le ciel de tes yeux,
voyager à travers les nuages.
Puis retomber amoureuse de toi
comme la petite goutte d’eau sur la mer.
Et mon amour absolu
de ne faire qu’un avec elle…

Alors, c’est vrai – et d’ailleurs
je n’ai jamais dit le contraire:
je fuis…
Simplement je fuis – non pas l’amour,
mais tout ce qui pourrait me contraindre
ou m’emprisonner.
Car pour me sentir exister –
et non pas seulement en vie,
tu m’es aussi indispensable
que l’air que je respire.

Fleur liberté
sur le sable mouillée
je t’ai dessinée…

05/04/2021

☆☆☆

 

TE DIRE

 

Avoir les mots vrais, ce n’est pas cracher
ses émotions, ses rancœurs, ni ses peurs
Mais alors, comment ne pas se laisser submerger?
Peut-être tout simplement en se taisant
et en allant se cacher dans un trou de souris.
Aussi, si le choix que j’ai du faire, l’an passé,
m’a arraché le cœur qui a saigné des mois durant,
sans que je puisse t’expliquer mes fuites en avant,
je ne me suis jamais menti à moi-même.
Au fond de moi, je savais pertinemment
que l’amour n’a rien à voir avec l’attachement.
Lequel n’est que sentiment de possession
Ce n’est pas aimer, que faire de l’autre
l’objet de ses fantasmes, reflets d’une masculinité dominatrice;
ni le vouloir à soi, comme en prison, pieds et poings liés…
L’amour est liberté; la liberté est amour…

Comment, mesurer la valeur des choses,
leur beauté et cette précarité qui, parfois,
fait d’un seul instant, une éternité,
sans le manque dans l’absence ?
Certes, le silence contient tous les « je t’aime »
qu’on ne s’est plus jamais dits.
Mais l’absence a fini par ne plus saigner;
elle cicatrise, se fait présence concentrée
et tu m’accompagnes partout où je vais…
C’est pour ça qu’aujourd’hui, je suis en mesure
de te dire que j’ai trouvé le chemin que plus rien n’obcurcit;
Les mots des poèmes ont percé la noirceur du ciel
dans lequel notre histoire s’écrit, enfin.

01/05/2021

SOlène

Ces trois poémes sont extraits de mon deuxième recueil de poésie, « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi, un invincible été ». À paraître dans la deuxième quinzaine de juin.

Tous droits réservés

WHAT ELSE ?

🎧

 

🎶
La Sonate nᵒ 14 en do dièse mineur, opus 27 nᵒ 2 de Ludwig van Beethoven, surnommée « Sonate au Clair de lune », fut composée en 1801 et publiée en 1802 avec une dédicace à la comtesse Giulietta Guicciardi, jeune femme de dix-sept ans dont le musicien semble avoir été amoureux.
La « Sonate au clair de lune » de Beethoven : toute la poésie de l’imaginaire romantique… 
📖

240. Pour nous musiciens, l’œuvre de Beethoven est semblable à la colonne de nuée et de feu qui conduisit les Israélites à travers le désert – colonne de nuée pour nous conduire le jour, colonne de feu pour nous éclairer la nuit « afin que nous marchions jour et nuit ». Son obscurité et sa lumière nous tracent également la voie que nous devons suivre; elles nous sont l’une comme l’autre un perpétuel commandement, une infaillible révélation.

240, L’immense succès des symphonies de Beethoven au Conservatoire de Paris, à partir de 1829, contribua beaucoup à populariser en Europe, non seulement ces symphonies, mais aussi des sonates, quators, etc., du sublime et solitaire génie, si plein de navrements humains et d’extase céleste.

Franz LISZT, extrait de « Tout le ciel en musique »

 

« En vers et contre tout », mon blog consacré à la poésie et à la musique classique. Pour vous abonner…

Clic ICI *

13 commentaires sur “L’OCÉAN À BOIRE… S/SONATE AU CLAIR DE LUNE

  1. Dis SOLène, mi-juin c’est dans combien de dodos !
    Je trouve ton Éternel Présent fabuleux. Obligé de s’y retrouver. Il est parfait. ❤️
    Bisous d’après-midi ! 😘

    J'aime

    1. Je n’ai pas compté les dodos. Mais ça va venir vite. Je ne vois pas le temps passer.
      C’est drôle, tu sais. Je n’aime jamais mes poèmes quand je viens tout juste de les écrire. Mais lorsque je les relis plusieurs jours après, tout s’éclaire… Et là, je me dis que, décidément, les mots sont plus forts que moi. Cet « Eternel présent » j’avoue que sur le coup, il m’a quelque peu échappé…

      Et sinon, toi ? C’était hier ?

      Bisous bisous, à plus tard. 😘❤

      Aimé par 1 personne

      1. Je ressens la même chose que toi par rapport à l’écrit. Je n’en suis jamais satisfait. Mais parfois lorsque je relis, plus tard, il m’arrive de me dire « C’est moi qui ait écrit ça ? C’est pas mal… comme si je doutais d’en être capable. Je pourrais en être frustré, mais non, j’ai toujours terriblement douté de mes capacités. Avec le temps ça va mieux… ».

        Bref, toi et moi ne sommes épargnés par la grosse tête…

        Hier, quatrième injection. J’ai un peu attendu. L’oncologue est venu me parler du scan qui aura lieu dans 1 mois. Il est possible que la tumeur ait un peu grossi, c’est assez habituel au début du traitement. Ce qu’il ne faut pas c’est que des métastases apparaissent.

        Sinon, au vu des résultats, la TSH fait un peu n’importe quoi, du coup je reprends le Levothyrox, en version 50 mg et non plus 125mg,

        Sinon, tout va bien. J’espère qu’il en est de même pour toi et que tes travaux sont en bonne voie pour n’être plus qu’un souvenir.

        Bisous ma belle du bord de mer. 😍❤

        Aimé par 1 personne

        1. J’ai pensé à toi, hier. Justement, je t’ai laissé rentrer, te reposer et je comptais bien prendre de tes nouvelles.
          C’est long, hein, d’attendre encore ceci cela. Mais je crois que le mieux, c’est de ne pas trop y penser entre temps et de de bien profiter de chaque jour, que dis-je de chaque instant. Pour ça je te fais confiance, mon Régis. Tu es notre héros.
          Vos( grands ) bouts de chou vont bien ?
          Ré bisous.
          PS: les travaux seront terminés vendredi. Plus qu’à remettre tout en ordre et nettoyer pendant le week-end, et – enfin, bien !

          Aimé par 1 personne

        2. Oui, prendre les choses comme elles viennent et se garder de fantasmer ni dans l’optimisme ni dans le pessimisme. Je suis un champion pour cela…

          Ils vont bien.

          Lola cherche un stage pour cet été. Elle cherche sur les labos pharma dans le coin, du côté d’Evreux. Parallèlement, je vais lancer des bouées dans mon ancienne boite où j’ai gardé pas mal de contacts.

          Paul avance vers la fin de sa première année hors de la maison. Il aura passé le cap sans trop de tracas.

          Pour les deux, cette année « entre quatre murs » n’est pas idéale pour les relations humaines. Si Paul n’en est pas vraiment dérangé, Lola en est très malheureuse.

          Vivement les vacances.

          Plus que deux jours et tu retrouveras le calme de ton havre de paix. Enfin, après la séquence nettoyer, balayer,… 🎶🎶🎶 ou siffler en travaillant…

          Et après, doigts de pieds en éventail, un bel opéra, un café, de bons biscuits, un stylo, et hop !!!

          J'aime

    1. Merci Hélène. Pas toujours facile à commenter, la poésie. Alors je comprends. Surtout qu’ll m’arrive plus souvent qu’à mon tour de rester coite. Et pourtant, des fois, je trouve le poème beau voire même très beau. Mais il arrive aussi que je n’y comprenne rien, j’avoue.

      Bonne et douce soirée à toi, bisous. A bientôt.

      Aimé par 1 personne

    1. Oh que si, ça sent trop la peinture. J’ai ouvert toutes les fenêtres, mais du coup je suis gelée. Fait pas chaud dehors et il y a bcp d’humidité dans l’air. Et ils n’auront fini que vendredi.

      Merci J-L pour ta lecture. Bonne soirée à toi également. A bientôt

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Solène,
    Trois poèmes que j’ 💗 beaucoup ! Bravo !
    Elle vient vite, cette deuxième quinzaine de juin ; le temps passe si vite !
    Bon jeudi tout entier,
    Bisous 😘

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s