J’AI ENVIE… SUIVI PAR « MES POÈMES »


 

Mis à  jour le 22/06/2020

Aujourd’hui est un jour où j’ai senti le sang circuler en moi plus vite que les jours précédents. Le volcan est sans doute resté trop longtemps en sommeil et voilà que j’entendais son jaillissement intérieur. – SOlène….

🎧

Une vidéo réalisée pour  « Le monde de SOlène, le blog »

Sur la BO de « Sex and the city », Kissing

Texte de SOlène (Tous droits réservés)

 » L’ecrit ça arrive comme le vent, c’est nu, c’est de l’encre, c’est l’écrit, et ça passe comme rien d’autre ne passe dans la vie, rien de plus, sauf elle, la vie. »  – Marguerite Duras…. 

 

J’AI ENVIE

J’ai envie… ! Oui, j’ai envie d’écrire une lettre d’amour. Avec des mots inventés que personne n’a jamais dits. Des mots silencieux. Et lumineux. Des mots que le destinataire serait seul à pouvoir lire entre les lignes… Vous savez, ce serait comme quand on rêve qu’on rêve… Avec des mots aussi légers que des bulles de savon. Et transparents. Peut-être bleus. Ou blancs. Avec juste un soupçon de rose qui traînerait dedans… comme à l’aube de quelque chose… Quelque chose de nouveau…

Oui, j’ai envie, vraiment envie d’écrire des phrases qu’on dit seulement quand on est déphasé. Avec des mots, encore et toujours des mots, mais mystico-textuels, les mots… et leurs grandes envolées lyriques qui me mettraient dans un état extatique. Bref, vous l’aurez compris : des mots sensuels. Sensuellement beaux. Qui ne voudraient absolument rien dire, si ce n’est tout et son contraire… A mettre des points d’exclamation et de suspension partout… !

Mais vous allez voir, je vais l’écrire cette lettre pas banale, juste parce que j’ai envie de dire mon amour des mots. Et parce que grace à eux, les mots, même plus mal, voilà… ! 

SOlène, extraits de Jardin secret, recueil de textes courts écrits sur le Blablablog et Le monde de SOlène, le blog… 

( Tous droits réservés) 

 

WHAT ELSE ?⁰

 

WHAT ELSE ?

Jours étranges, soirs de séparation…

La poésie est à la fois la plus sûre  et  la plus belle des consolations. Et si je me réfugie derrière mes poèmes *  depuis quelques mois,  c’est sans doute parce qu’ils sont plus forts que moi… 

 

LE CALME AVANT LA TEMPÊTE

Des mots du bout du monde

LETTRE A MON AMOUR ( QUI NE LA LIRA PAS)

J’ai fait l’amour avec l’océan

Après un rêve (Poésie confinée)

J’ÉCRIS MES CRIS

ENCRE NOIRE PAPIER BLANC (Poème d’une confinée)

LE FIN MOT DE L’HISTOIRE

L’ARC EN CIEL

S’envoler avec Mozart

Le cristal de mon chagrin (poème écrit dans le train)

Samedi en fuite

J’AIME (Poème d’amour)

PANSER

Histoire inachevée

Devant le feu de bois

LES OISEAUX

Des fois

Appelons cela, l’espoir

( Clic* au choix)

 

 

Ce n’est pas l’encre qui fait l’écriture, c’est la voix, la vérité solitaire de la voix, l’hémorragie de vérité au ventre de la voix. – Christian Bobin… 

Il ne faut écrire qu’au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l’encre un morceau de ta chair reste dans l’encrier. – Léon Tolstoï… 

Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d’eux. René Char… 

 

Des mots « envoyés » bouteille à la mer….

 

Il n’y a pas d’écriture sans amour, comme il n’y a pas d’amour sans les mots….
Oui parce que écrire, c’est le don de soi, déjà. Et donc le contraire du tout à l’égo qui nous met en orbite autour de nous-même; Quand, par exemple, l’autre n’est pour nous qu’un miroir qui nous renvoie notre propre image. Aussi il arrive parfois (ou trop souvent peut-être ?) que nos mails (ou lettres) d’amour ne parlent que de nous, notre solitude, nos déceptions, nos problèmes… comme si l’autre n’existait pas, ou qu’il était mort sur l’autel de l’amour de soi.
ALORS QU’AIMER, C’EST AVANT TOUT S’OUBLIER DANS L’AUTRE..

SOlène 

 

A paraître ! Textes courts et poèmes écrits sur le blog….

54 commentaires sur “J’AI ENVIE… SUIVI PAR « MES POÈMES »

  1. La poésie, les mots nous aident, non pas à comprendre, mais à lâcher les armes, à laisser la vie nous emporter, même quand ça fait mal.
    Tes mots sont beaux et terriblement douloureux aussi je trouve. Enfin ils touchent. Peut-être à ce qu’on a de plus précieux et qu’il faut laisser partir.
    Je t’embrasse affectueusement SOlène.
    Oui le silence c’est parfois le pire…

    Aimé par 3 personnes

    1. Oui, c’est vrai, écrire de la poésie c’est du lâcher prise ( enfin pour moi en tout cas), ça me fait prendre du recul, je trouve. Et ce qu’il en ressort, c’est l’essentiel… pour donner qq chose de plus fort que moi.
      Quant à mes textes courts, Ils ont toujours été écrits à chaud. C’est ce besoin que j’ai d’écrire, de décrire ce que je vis, ressens…. Mais là encore, c’est plus fort que moi, je ne sais pas faire autrement…. même si parfois ce ne sont que des tranches de vie. Mais justement, c’est pour ne pas en perdre une miette.
      Merci Marie pour ta lecture et tes mots. C’est toujours un plaisir de te lire. A bientôt.
      PS: le silence ? Il peut être réparateur ( et donc parfois nécessaire) mais il peut aussi être terrible…

      Aimé par 2 personnes

  2. que dire……….. d’autant que si les mots sont indispensables à l’expression de l’âme, en certaines circonstances ils ne servent à rien………. nous ne pouvons que lire, écouter, et admirer. Merci du partage SOlène ❤

    Aimé par 2 personnes

  3. Écrire avec ton cœur, avec tes tripes voilà ce que tu nous offres ! Et j’aime … parce que je ne conçois pas l’écriture autrement. Alors merci de ce cadeau Solène car tes mots mêmes tristes sont un baume pour le cœur. Bises affectueuses.

    Aimé par 3 personnes

    1. Ma Kathy. Toujours si heureuse de te lire. A toi merci, un tout grand MERCI du coeur 🙏 avec toute mon affection. Bisous, à très très bientôt. 😘❤🌹
      PS: emploi du temps très chargé. Tjrs en train de courir. Mais je ne t’oublie pas, et je vais passer.

      Aimé par 1 personne

  4. « maîtriser connaissance, art et magie ; la connaissance de la mélodie des mots, »…
    Magie de l’illusion de nous faire croire que les mots ne s’adressent qu’à celui ou celle qui les lit, qu’ils nous sont dédiés dans l’intimité de la page où l’on se dit que l’on est unique à les recevoir, à les faire évoquer des souvenirs. Comme tu maitrises bien cet art Solène 🙂 et comme ils sont beaux ces mots murmurés à chacun-e de tes lecteurs, lectrices, seuls au monde comme le sont tous les amoureux.
    Merci Solène, douce nuit.

    Aimé par 2 personnes

  5. J’aime beaucoup ce que tu écris en prose et en poésie. Tu ne te détaches pas de ton point d’ancrage même si tu nous donnes l’illusion de larguer les amarres . Finalement tu ne perds pas pied et par tes mots tu renforces le lien avec l’objet de tes tourments.
    Bonne soirée Solène. Toute mon amitié..

    Aimé par 1 personne

  6. Que j’aime ces trois citations…. Elles me rejoignent… Et j’abonde dans leur sens…
    « Il ne faut écrire qu’au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l’encre un morceau de ta chair reste dans l’encrier. » – Léon Tolstoï…

    « Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d’eux. » – René Char…

    « Il n’y a pas d’écriture sans amour, comme il n’y a pas d’amour sans les mots. « – SOlène…

    Et de plus…une superbe vidéo!!!!

    Mes salutations

    Aimé par 2 personnes

  7. Chère SOLène, tes mots me touchent jusqu’au plus profond de mon être. Tu écris avec l’encre de tes veines. J’adore ta profondeur. Ta vidéo est magnifique. Quel beau partage. Un gros merci .

    Aimé par 1 personne

  8. J’ai tout de suite accroché à la lecture de la citation de Tolstoï qui me parle tout à fait et que je trouve très vraie.
    Quant à ton texte, il est superbe. Il sonne comme une résilience après un amour perdu. Un amour perdu mais jamais oublié puisque gravé à jamais dans ta mémoire.
    Tu aimes encore et prends ta feuille à témoin pour le dire tout en sachant que la personne ne lira pas ces mots prenants. Ce sont des mots guérisseurs qui apaisent ton cœur déçu. On devine que la blessure et refermée mais qu’il reste une cicatrice, une cicatrice qui, parfois, se révèle douloureuse comme ces unijambistes qui ont mal à la jambe qui leur manque.
    Ce texte est beau parce qu’il est absent de méchanceté, de reproches. Tu t‘adresses à la personne en expliquant pourquoi tu écris. D’ailleurs, dans cet écrit, tu ne parles plus de tes souvenirs mais de vos souvenirs communs, de ce que vous avez vécu de beau à deux. Le pardon semble avoir fait son chemin et l’espoir a vaincu le désespoir qui t’envahissait auparavant.
    Il est intéressant de lire que le côté charnel de votre relation a disparu et qu’il ne te manque pas : ce sont les souvenirs et les sentiments et le manque qui ont pris vraiment la place.
    Il ne te reste que les souvenirs que tu partages avec cette personne puisque tu lui avoues simplement «Ces souvenirs qui ne sont ni à toi, ni à moi, mais à nous » et que tu lui conclus que désormais il sera à jamais dans ta mémoire et fera partie de tes souvenirs pour toujours.

    Aimé par 1 personne

  9. Merci ma Solène d’amour pour ton joli texte, et c’est toujours un plaisir d’écouter « kissing », cette douce mélodie ! En visionnant la vidéo, j’ai aperçu le galet plat sur lequel j’avais écrit ton prénom… Il y a quelques années déjà 😉
    Gros gros bisous ma Solène adorée, je ne suis pas très présent depuis quelques temps, beaucoup de choses à faire 😘❤️💚💙

    Aimé par 1 personne

  10. Les citations en début d’article sont superbes parlent comme tu dis à tous ceux ou celles qui écrivent. Ton texte est très touchant et il n’y a que toi qui a ce vécu la. Cependant il nous parle car nous avons tous et toutes vécus des ruptures ou des illusions. Cependant chère Solène, le passé est parti et ne reviendra plus jamais pour aucun d’entre nous. Seul le présent compte et existe comme ce jour . Même si aujourd’hui le présent fait peur, rester optimiste et positif est un impératif. Je crois en des jours meilleurs. La vie est un cycle. Rien ne dure et tout recommence. Belle journée Solène. Alan

    Aimé par 1 personne

  11. J’apprécie assez celle de Christian Bobin mais celle de Tolstoï ne me laisse pas indifférent car il s’y trouve beaucoup de vrai.
    Ton texte est superbe, prenant et surtout très émouvant. On ressent la tristesse de la femme qui n’a qu’une solution pour aller un peu mieux et se sentir légèrement soulagée : écrire ce qu’elle ressent
    comme si elle était une naufragée de l’amour qui envoie un S.O.S. qu’elle sait presqu‘inutile. Un S.O.S. dont elle se sert comme d’une sorte de bouée pour ne pas couler.
    Ces mots qu’elle laisse aller librement en fonction de ce que lui guide son cœur sont un abri où elle espère ressentir un peu moins cet état de manque profond qui la hante.
    Pourtant, on la devine résignée mais avec une sorte de baume qui la soulage un peu sous la forme de ces mots superbes : «je t’ai gardé, je te garde, je te garderai au fond de mon cœur une place qu’aucun autre ne viendra prendre.»

    Aimé par 1 personne

  12. Je ne sais pas Yann, je ne sais plus…. En tout cas, la « résignation, je ne crois pas que ce soit mon truc. Lâcher prise, oui, peut-être. Pour passer à autre chose, ça sûrement. Puis tu sais, ce texte – extrait du recueil « Jardin secret » – il ne date pas d’hier. J’ai oublié tt ça, depuis.
    En tout cas merci pour ton commentaire. Un tout grand MERCI, car c’est toujours un plaisir de te lire.

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui, c’est étonnant. Parce que, tu vois, dès que je prends mon grand bloc quadrillé et mon Pilot, et que je commence à écrire, Je vais tout de suite bien. C’est magique !
      Non mais très sérieusement, pour moi, quand j’ecris, je lâche prise…. voire même je prends énormément de recul. Ce qui fait qu’après les choses sont à la place où elles doivent être.’Elles ne prennent plus toute la place dans ma tête. Je relativise. L’inspiration me console, et finit par me guérir.
      La souffrance (morale )est là pour faire comprendre… Écrire, c’est la laisser parler.’ Et l’écouter surtout. Avec la poésie, en plus, tu peux tout dire. Même en faisant court. Surtout en faisant court.
      Bonne soirée, John. A bientôt. Au plaisir de te lire,

      Aimé par 1 personne

  13. Il y a des pays sans frontière dont nous nous retrouvons expulsé sans procès. Chaque histoire d’amour est un monde en soi.
    Très beau texte, Solène. Écrire est salvateur, même si dans un premier temps on garde une place dans son cœur pour un certain temps…
    Si j’en crois les commentaires, ce post date de quelques mois déjà. Je suis en droit de penser que les choses se sont allégées depuis 🙂
    Biz et amitié de Dom

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, bien sûr, Dom. Les choses se sont plus qu’allégées, tout passe, tout lasse… Avec le recul, le temps…. on voit les choses bien différemment. Et on ne secreconnait plus dans cette personne perdue dans son chagrin. Banal tout ça. Ça ne méritait sûrement pas toutes ces larmes qui ont coulé à ce moment là. Mais ce qu’il en reste ( ces mots), eh bien, ça devrait servir de vaccin.
      Bisous et merci, Dom pour ta lecture et ton commentaire.’

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s