Canicule.. Suivi par « Begin Again » (Norah Jones)


C’est l’incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume. – Oscar Wilde…

Pour faire plus ample connaissance avec Lally….

Clic  ICI *

 

Billet initialement publié au tout début de l’été dernier. Réalité, fiction ? La question ne se pose même pas, puisque c’est l’écriture, ma réalité…

 

Le sais-tu ? Hier matin, j’ai bu un café en terrasse sur le vieux port, où les tours avaient disparu sous les brumes de chaleur. Et là dans l’air moite déchiré par le cri des mouettes affamées, je me suis souvenu qu’un jour, j’ai été Lally, cette fille d’encre et de papier qui aimait les marées basses, les embruns en pleine mer, le vent dans les voiles, le soleil à son zénith; et quand il se couchait sur les marais salants du côté d’Ars en Ré, certains soirs d’automne. Toi tu buvais de la bière blanche avec un zeste de citron, et moi je mangeais des caramel à la fleur de sel… Dis, te souviens-tu de cette ville que nous avons aimée, où nous nous sommes aimés ? C’était si fort qu’elle porte encore en elle non seulement les meilleurs moments et les plus beaux souvenirs, mais aussi la très vive blessure de la rupture et le fantôme de notre amour dont je ne peux à présent plus ignorer les plaintes et les gémissements quand il essaie de me dire qu’il est encore vivant, là sous les ruines de cette histoire que nous n’avons pas assez respirée.. A la fois le fruit de mes entrailles, comme un vieux nourrisson dont je n’accoucherais jamais autrement qu’en mots, dans une poème ou une autofiction, et cette longue maladie qui m’a rongée des mois durant.  Et qui, après avoir tout ravagé, s’est consumée en moi comme un incendie pour ne laisser en mon coeur qu’un désert  de cendres sur lequel git une rose aux pétales séchées…

Le sais-tu ? Hier encore, j’ai marché, marché en plein cagnard de midi. Sur les remparts, sous les arcades, partout où nous allions bras dessus bras dessous, quand ta main tenait la mienne pour ne pas me perdre dans les méandres  de cette vie, chemin de pierres brûlantes, à laquelle on ne comprend pas toujours tout…

40°5 à l’ombre quand je suis passée devant le pavillon Fleuriau …  Je suais sang et eau en arrivant au Casino. Pourtant dans ma tête j’écrivais déjà ces lignes sans papier ni crayon, et que tu lis peut-être au moment juste où j’écoute Norah Jones, « Begin Again »…

En boucle

🎧

🎼

La musique de Norah Jones aura toujours été indéfinissable. Mélange de jazz, blues, country, pop…. Sa dernière collection de chansons regorge de singles électiques.

Coup de coeur

Le sais-tu ? Norah Jones était  jeudi soir  à  Montréal pour le Festival international  de jazz, devant une salle Wilfrid Pelletier de 3000 fans qu’elle a littéralement envoûtés. Concert qui s’est terminé sous un tonnerre d’applaudissements.

Te souviens-tu ? Montréal, l’eté dernier.. J’ai été  aussi cette fille d’encre et de papier, venue à  la rencontre de son père de ce côtés ci de l’Atlantique, quand la bouleversante nouvelle est tombée. Et  pour toi, Matt, j’ai pleuré ce jour-la toutes les larmes de mon corps.

WHAT ELSE ?

Euh oui, je sais. Il serait temps que je me décide  à  le publier ( résigne â ce qu’il ne m’appartienne plus) ce « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne » , mon chouchou. J’y réfléchis, à dire vrai. Tellement, tellement  de gens qui écrivent ! Et puis surtout, il y a les deux autres. Un à la fois. Alors pourquoi ce billet ? L’effet canicule, l’inspiration en alerte orange.  Mon inconscient, ce petit canaillou qui ne me dit pas toujours tout, expliquerait cela sans doute mieux que moi. 

Avoir toujours été  celle que je suis, et être si différente de celle que j’étais. – Samuel Beckett… 

L’important n’est pas ce que l’on a fait de moi, mais ce que je fais de ce que l’on a fait de moi.  – Jean-Paul Sartre.. 

38 commentaires sur “Canicule.. Suivi par « Begin Again » (Norah Jones)

  1. C’est superbement écrit et quel merveilleux style tu possèdes ! Tu as le don de faire passer des émotions à travers tes mots et tes phrases qui me surprennent.
    Ce texte respirent la nostalgie, la mélancolie , une mélancolie qui cache une blessure fermée mais qui laisse encore parfois s’échapper une douleur secrète et pas encore totalement éteinte.
    Il semble que sous les cendres de cet amour survivent quelques braises infimes qui tentent de se réveiller parfois.
    Bientôt, cette ville qui vous a vu vous aimer et que tu aimes, gardera gravés en elle uniquement les beaux souvenirs alors que les mauvais moments ne seront plus que des fantômes qui seront dans l’impossibilité de réapparaitre. Garde donc cette rose aux pétales séchés car, sous ou dans un petit globe en verre, ce peut être très décoratif.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci Yann pour ce commentaire qui me touche. Me sens moins seule, soudain. Parfois l’impression d’écrire pour les murs, sinon. Bah, je me suis fait une raison depuis longtemps. Et si je continue à écrire, c’est avant tout pour moi, et surtout parce que je ne peux pas faire autrement
      N’empêche que même en toute modestie, cela fait du bien de savoir qu’on a été vraiment lue et d’avoir partagé toutes ces émotions avec un lecteur. S’il devait n’y en avoir ce serait ( je choisirais) celui-là.
      MERCI du ❤

      Aimé par 2 personnes

      1. Ma chère Solène, tu as un lecteur fidèle et assidue pour au moins deux raisons. J’aime cette façon que tu as de raconter une histoire qui mélange intelligemment autobiographie et fiction.
        A cela s’ajoute un style que j’apprécie énormément qui nous transporte aisément dans ton monde et donne l’impression qu’on est à tes côtés sans que tu le saches.

        Aimé par 1 personne

        1. Merci infiniment, mon cher Yann’. Je suis bien sûr tres touchée, car tu n’es pas, mais alors pas du tout en reste pour l’écriture.
          L’écriture, je compte bien m’y remettre et surtout surtout ( comme en realité, je n’arrête pas d’écrire), je vais me consacrer pleinement, sérieusement a mes projets d’édition et à leur concrétisation. J’ai jusque là fait passer avant ma vie privée. Qui j’avoue m’occupait pleinement. C’etait une question de choix. Mais voilà, on ne fait pas toujours les bons. L’important quoiqu’il arrive, c’est de continuer à avancer. Et de ne pas hésiter à changer de route lorsque celle que l’on suit ne nous mène nulle part.
          Bisous, et douce nuit à toi. Avec toute mon amitié. Merci d’être là.

          Aimé par 1 personne

        2. Je te souhaite vraiment bonne chance dans ta quête d’éditeur. J’espère de tout cœur que tu trouveras un éditeur qui pensera d’abord à la qualité de l’histoire et de l’écriture avant de penser en termes de ventes et de rentabilité.
          Je te le souhaite d‘autant plus vivement que tous les extraits que j’ai lus de tes romans laissent amplement augurer de bonnes histoires qui nous changent de ces auteurs « feelgood » comme Virginie Grimaldi, Anna Gavalda, Marc Levy, Daniel Pennac, Nicole Giroud ou Gilles Legardinier, des auteurs dont tous les livres se ressemblent, dont les romans se ressemblent avec une même trame, un même plan et une fin toujours prévisible.
          En ce qui te concerne, il n’en est rien : tes histoires sont à la fois réalistes, contiennent un mélange d’humour et d’autodérision, de sentiments autant divers que variés et de descriptions qui mélangent nostalgie amusante qui ne tombe pas dans la mélancolie. Des histoires qui ne peuvent que plaire car elles possèdent d’autres qualités que d’être des romans de plage qu’on oublie une
          fois qu’ils sont lus.

          Aimé par 1 personne

  2. Tiens! La pulsion de l’article et de la publication, oui, c’est un phénomène d’effervescences, très « alchimique » et c’est très intéressant à observer, il y a des périodes, oui, et je n’ai pas encore trouvé la clé de l’énigme(ni les ingrédients) alors que cela peut être l’absence (Haaaa! l’absence selon Frédéric Dard!!!) durant des jours, et des jours…. Écrire est un « passe temps), un choix de vie artistique, une pulsion…? Il y a bien des réponses dans les Annales Akashiques…, J’ai noté la vision de Khalil Gibran à ce sujet dans laquelle on trouve référence à l’Akashique, mais rien d’étonnant,

    Aimé par 1 personne

    1. Interessant, ça m’interppelle évidemment…. Pulsion, phénomène d’effervescence « alchimique »…. je reviendrai sur ton commentaire, la canicule passée. Déconnectée, réfugiée dans ma sauvegerie, je ne sais plus trop quoi, en fait. Mais ça va revenir – je le sais, je le sens, l’envie d’avoir envie, cette envie, que dis-je ce besoin, voire même cette nécessité d’écrire.
      En tout cas MERCI 🙏 merci d’avoir demandé l’accès à mon blog, merci pour ton… tes commentaires qui me réveillent, me ramène à moi, à la vie surtout. J’en redemande ! Merci infiniment. Et BIENVENUE.
      A tres bientôt, je vais visiter ton blog, y passer le temps qu’il faudra. Au plaisir de te lire.

      J'aime

      1. Wow! Voilà qui fait frais à l’Être par ces temps caniculaires pour nos Corps.. Le blog est loin de transmettre l’idée d’une mise en Jachère, on y remarque plutôt des talvères, ces bordures de champs qui restent à leur état sauvage du fait de l’impossibilité, lors des retours de la charrue et son attelage de retourner la terre vouée à la culture et où s’amoncellent, au fil des ans toutes sortes de dépôts de graines déposées tant par le vent que par les oiseaux, animaux et autres phénomènes! Et pour l’écriture, il en va aussi, très certainement, notamment lorsque l’on écrit avec ses tripes, avec sa chair, avec son sang, c’est physiologique, autant il peut y avoir un rythme digne du cardiaque, autant il y a des pauses, comme le sommeil,
        Malcom Lowry a écrit « A dessous du volcan »… Et je me souviens avoir eu cette impression d’un livre écrit ainsi, par pulsions autant que par pulsations… C’était lors d’un été comme celui-ci, que nous traversons comme si nous étions au sortir de la bouche d’un sèche-cheveux d’un hotel colonial !!!
        Vous verrez, lorsque vous visiterez la pages de mon Espace d’expressions, il y a cette sorte d’éructation volcanique permanente, qui ne refoidit JAMAIS!

        Aimé par 1 personne

  3. Joli texte Solène, la nostalgie nous prend parfois de revivre des choses mortes mais qui ne cessent de palpiter encore en nous. J’aime beaucoup ton écriture, mon épistolaire amie.
    J’ai vu que tu aimais Norah Jones. Connais-tu Kandace Springs, pianiste et chanteuse. Elle est fabuleuse et néanmoins fan de Norah Jones. Sur sa page Facebook, il y a une vidéo de leur rencontre et d’un duo qu’elles ont enregistré. Je ne l’ai pas trouvé sur YouTube, mais je te l’ai envoyé sur ta page Facebook.
    Merci de nous régaler,
    Bonne journée,
    Régis

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Régis. C’est drôle parce que pas plus tard qu’avant hier, une amie super écrivain ( que j’admire) me disait « j’aime votre style », et ça m’a fait écarquiller les yeux…. ça me surprend toujours. Mais en même temps me touche lorsque ça vient de personnes qui écrivent.
      Et sinon, je ne suis pas encore passée sur Facebook où je n’ai rien posté depuis depuis plusieurs jours. Mais je te dirai ça lors d’une prochaine connexion.
      A très bientôt.

      Aimé par 1 personne

  4. J’aime ton billet, Norah Jones, tes mots, tes fêlures et questionnements. Dis toi que tout se mets en place au bon moment. Et j’aime la dernière phrase de Sartre, la vie n’est pas ce que l’on fait de nous mais ce que nous en faisons ( je résume )
    Bref je t’aime toi, bises chaleureuses 😘❤️

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou, ma Kathy. Tu sais quoi ? Je t’aime aussi. Comme je te disais en commentaire dans mon précédent billet, je vais t’écrire en privé. Un peu « bousculée » ces derniers temps. Ah, ces tempêtes ! Il faut tenir bon la barre et garder le cap. Vivement les eaux calmes. La vie, c’est tout sauf une mer d’huile.
      Bref, oui comme te disais, je vais t’écrire. Encore faut-il que je me connecte à Facebook ( mon mur officiel). Ah mais, j’y pense, je vais t’adresser une DA pour le mur privé; celui réservé à la famille, les amis de la vraie vie, ceux virtuels aussi, mais de longue date… Bon, pareil, il faudra que je me connecte. Donc peut-être pas aujourd’hui.

      Et je t’embrasse bien fort en attendant. Prends soin de toi. A tout bientôt.

      Aimé par 1 personne

  5. Bonjour Solène…
    J’aime beaucoup cet article qui me fait découvrir une jeune femme sensible et pleine de talents. Je trouve que tu as le sens des images…quand tu racontes, on se croirait sur place.
    Je comprends que tu souhaiterais publier, mais que tu hésites…C’est tellement normal.
    On hésite tous et toutes …et se comparer aux autres ne nous aide pas…( sourire )…
    Merci pour la découverte de cette magnifique chanson de Nora Jones que j’aime beaucoup.

    Belle soirée ma belle
    Amitiés
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    1. Oh, merci infiniment Manoucka. Ton commentaire me touche beaucoup.
      Pour ce qui est de l’édition, j’ai déjà publié deux livres. Dès le premier, cela s’est bien passé. Au delà de mes espérances, voire même. Aussi j’avoue que ça m’a dépassée.

      A très bientôt. Au plaisir de te lire.
      Amitiés
      SO

      Aimé par 1 personne

  6. Avec Norah Jones, les mots, les blessures, les restes de nous prennent une autre dimension.
    Merci SOlène pour te confidences qui vont toujours un peu quelque part écho aux nôtres.
    Pour ce qui est de la publication, comme je te comprends, je suis dans la même attente d’une décision de ma part. Je regarde. Il y a tant à lire déjà. Ou bien c’est autre chose, ce fichu manque de confiance…
    Je t’embrasse et te souhaite une tendre journée.

    Aimé par 1 personne

    1. Pour tout te dire, Marie, c’est surtout que si j’écris tout simplement parce que je ne sais pas faire autrement ( et bien sûr d’être lue me fait plaisir), je suis lucide: la littérature n’attend pas mon œuvre ‘😊 Il y a d’excellents écrivains contemporains…. qui ont toute mon admiration ( Cécile Coulon, Danièle Saint Bois, pour ne citer que les plus « proches »). Et puis il y a tous ces écrivants qui publient à tire larigot chez des pseudos éditeurs ( qui eux aussi pullulent sur le Net)…. Au bout du compte tu es vite noyé dans la masse. En fait, il est devenu très très facile de se faire éditer, voire même de s’autoéditer. Mais avoir un lectorat, ça c’est une autre histoire ! Et à dire vrai, mon ego n’attend pas après cela du tout. En plus, pas envie de me prendre la tête avec les ventes, les retours, les signatures tout ça…. L’impression d’avoir fait le tour du truc. Ce n’est pas mon but quand j’écris.
      Cela dit, contrairement à certaines personne que je connais, la publication de mes deux premiers bb ne m’a laissé aucune amertume Bien au contraire ! J’en ai gardé d’e très agréables souvenirs et ça m’a permis de faire de belles rencontres. Mais j’ai très vite été dépassée.
      Et donc voilà: j’ai trois romans en attente plus un recueil de poésie et textes courts…. on verra bien ! Je me prépare à ce que ça me prenne du temps et de ma personne. Mais l’important restera toujours, ma vie… la vie auprès des miens.
      Je t’embrasse aussi, petite Marie. Affectueusement.
      Au plaisir de te lire sur ton blog.

      Aimé par 1 personne

  7. Ah avec Norah Jones on touche au sublime car c’est mon artiste féminine préférée. Je l’ai vu à Pleyel en novembre 2016. Elle a une voix incroyable en live, elle est d’une grande simplicité, mélange de timidité, de réserve. Un concert magnifique ! J’achète tous ses disques. Le nouveau est sorti vendredi d’ailleurs. Merci pour ce très joli partage Solène, gros bisous de Bretagne 🤗😊

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s