« ENIVREZ-VOUS », BAUDELAIRE OU L’INFINI DES SENSATIONS…


Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.

Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront : « Il est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

Charles BAUDELAIRE, poème en prose extrait de « Le spleen de Paris »

 

Euh, le vin – en l’occurrence, un verre de Beaujolais nouveau – avec modération, toujours. La vertu, la vertu… bof ! (Je n’ai pas cette vocation-là)… « Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps » au surlendemain de mon anniversaire, il me restait la poésie. J’ai donc pris monsieur Baudelaire aux mots, autrement dit, j’ai suivi les conseil du célèbre poète au pied de la lettre et, portée par la musique de Bach, j’ai écrit « DEVANT LE FEU DE BOIS » * (clic*): avant-hier c’était ton anniversaire, encore un ! ( etc, etc !!), je me suis enivrée de poésie, voilà.

WHAT ELSE ?

Et quand bien même, au bord de ta vie rêvée

tu vis toujours sous les mêmes cieux que lui

c’est sur la passerelle de l’Utopie que tu l’attends encore ce soir

Ce n’est pas tant la nostalgie du temps qui est passé

que la mélancolie de ce qui ne sera plus.

SOlène

Appelons cela, l’espoir*

(Clic*)

Puis il y a ces matins au parfum d’automne et de pluie
Tous ces mains gris où il fait trop froid dans le temps de la vie
Quand le café que je bois a le goût amer des larmes et de l’ennui
Parce que je ne suis jamais vraiment où l’on me voit
Et que je ne saurais dire ce que je préfère
L’éphémère rose fraîchement éclose du jardin
Ou l’éternelle fleur aux pétales séchées de ton herbier

SOlène

Des fois*

« Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau…  » (Charles Baudelaire)

Les oiseaux*

Et enfin:

Respirer, rêver, et allonger les heures par l’infini des sensations.  – Baudelaire…

« L’infini des sensations » (Y’a quelqu’un ?) *

Monsieur Baudelaire, si vous  me regardez… santé !

Et quant à vous, amis de la poésie, bonsoir !

23 réflexions sur “« ENIVREZ-VOUS », BAUDELAIRE OU L’INFINI DES SENSATIONS…

  1. Bon jour,
    je retiens les premiers mots : « Il faut être toujours ivre… »… Dans un film un peu ancien, (je n’ai plus le titre) un acteur (je n’ai plus le nom) dit dans une scène : « … quand je suis sobre, le monde est nul ! » … 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonsoir Max-Louis.
      Ça me rappelle quelqu’un qui disait: je bois pour être heureux…. Mais ce n’etait pas dans un film.
      Bien que Baudelaire – on le sait, ait lui auss usé, abusé d’alcool et de drogue, tout ce que je retiens c’est son génie poétique. Et le seul conseil que je suis, cest celui de m’enivrer de poésie, la sienne, entre autres, et celle à laquelle, je m’essaie. 😊

      Aimé par 2 personnes

  2. S’enivrer de poésie, de nature, de vie. Parce que tout est là, maintenant et qu’après rien ne sera plus.
    Jolis mots SOlène. Avec quelques jours de retard un très joyeux anniversaire à toi. Des pensées parisiennes ensoleillées – les arbres brillent de mille feux ce matin! Magique!

    Aimé par 2 personnes

  3. Toujours être ivre comme le conseille Baudelaire, oui absolument mas pas s’enivrer de tout au risque de ne plus goûter les bienfaits de la cause de notre ivresse.
    Si l’ivresse est, d’après Charles, une façon d’oublier le fardeau des vicissitudes de la vie, quel sera le moyen de goûter à ce qui est beau et bon tant l’ivresse change nos sensations.
    M’enivrer de vin, non car cela m’empêcherait de goûter de profiter des excellentes qualités d’un bon et grand crû.
    M’enivrer de lecture et de photographie ? Absolument pour découvrir le livre lu, vivre au travers de lui, ressentir ce qu’il dégage et atteindre sa fin pour être surpris ; regarder les photos réalisées pour admirer celles qui sont réussies. M’enivrer de promenades en pleine nature afin de la voir changer, de remarquer les moindres détails et les tons changeants chaque saison.
    Si un beau jour, je m’aperçois que je commence à être blasé ou à me lasser, j’observerai l’expression de ceux qui sont plus blasés que moi, leur façon de vivre et j’écouterai leur discours. Alors je pourrais me dire in petto : « Moi ? Devenir comme ça ? Pas question de devenir l’otage de mes habitudes et du temps. Allez, vas plonger dans ce superbe album de photos qu’on m’a offert récemment et cela te donnera des idées de balades et de photos ! »
    Par contre, je ne me lasserai jamais d’un vrai bon café et pourrai m’enivrer de son goût et de son fumet avec un bon croissant chaud à tremper dedans avec en fond de musique tout un choix qui font mon bonheur : une des neuf symphonies de Beethoven, le « Requiem » de Mozart, les « Quatre saisons » de Vivaldi, « Carmina Burana » de Carl Orff, « Also spracht Zarathoustra » de Richard Strauss, un des disques de l’intégrale des Beatles et un bon disque des Rolling Stones de 1964 à 1975.
    A cela, j’ajouterai ces chansons et musiques dont je ne pourrai jamais me lasser et dont je peux toujours autant m’enivrer : monsieur Brel, Georges Brassens, Félix Leclerc, Pierre Bachelet et Pierre Perret quelques jeunes auteurs-compositeurs-interprètes prometteurs actuels.
    Alors, voyant que je peux m’enivrer de tout cela, il y a peu de chance que je finisse esclave du temps et de mes habitudes.
    Merci Charles pour ce précieux conseil !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s