Devant le feu de bois… S/Víkingur Ólafsson – J.S. Bach: Concerto in D Minor, BWV 974 – 2. Adagio


Nous pouvons vivre seul, pourvu que ce soit dans l’attente de quelqu’un. – Gilbert Cesbron, Journal sans date….

 

 

L’amour – et la poésie qui est sa conscience aérienne, sa plus humble figure, son visage du réveil – est profondeur de l’attente, douceur de l’attente. – Christian Bobin, Une petite robe de fête…

 

 

Avant-hier c’était ton anniversaire, encore un

Mais ça n’a plus vraiment d’importance, maintenant que le temps passe sans lui

Tu ne saurais même plus dire depuis quand exactement

Ce soir comme tant d’autres soirs froids, devant le feu de bois

Appuyée sur les coudes, le menton dans la paume de tes mains

Tu es là, à plat ventre sur une peau de mouton

Le regard perdu dans les flammes tu ne vois pas la nuit tombée d’un coup

Ni le ballet silencieux des flocons de la première neige sur le marais

Les membres engourdis par la chaleur

Tu te demandes ce qu’il fait à cette heure-ci

S’il est seul, s’il t’oublie

S’il t’a aimée autant qu’il te l’a dit

Tu remplis le vide en toi de ces questions et de leurs réponses

Que tu sais pourtant jamais définitives

Entre les murs de pierre, la musique de Bach, elle, remplit le silence

Te sortant par moments de ta torpeur aphone

Lorsque, soudain, tu repars pour un tour sur le manège des souvenirs

🎶

Le métro aérien, la dame de fer de la ville lumières sur les bords de Seine

Ce soir comme tant d’autres soirs froids, devant le feu de bois

Tu conjugues encore une fois le verbe attendre à tous les temps

Tu l’attends, il vient, vous faites l’amour, il repart…

Et tu rêves encore et encore de son retour

Tu l’as attendu longtemps, il n’est plus jamais revenu

Mais tu l’attendras toujours  été- hiver, à l’imparfait du subjectif

Surtout certains soirs de froid devant le feu de bois…

SOlène

23 novembre 2019

WHAT ELSE ?

L’attente est plus dure à  supporter que le feu ( proverbe arabe)

Lever de soleil sur le marais…. beau dimanche à tous !

Le plus grand obstacle de la vie est l’attente, qui espère demain et néglige aujourd’hui. – Sénèque, La brièveté de la vie… 

34 réflexions sur “Devant le feu de bois… S/Víkingur Ólafsson – J.S. Bach: Concerto in D Minor, BWV 974 – 2. Adagio

    1. Oh oui, c’est triste et pesant ce moment de rêverie contemplative devant un feu de bois.
      L’attente, la solitude, voire le manque… et l’environnement tel que je l’imagine, le marais l’hiver…
      Parce que oui, tout cela est purement imaginaire.
      Grand merci en tout cas, et pour la lecture et pour le commentaire. Et, bien sûr, bienvenue. Au plaisir de nous lire.

      Aimé par 1 personne

    2. Oh oui, c’est triste…. lancinant, voire même ce moment de rêverie contemplative devant un feu de bois. Il y a le manque, l’attente, la solitude…. J’imagine, mais ce n’est pas moi -heureusement. 😊
      Grand merci pour le commentaire, et bienvenue. A très bientôt. Au plaisir de se lire.

      J'aime

  1. La solitude sera toujours présente quand le jour aura déserté ta nuit. Elle se fera discrète quand tu te noiera dans le tumulte de la nostalgie qui te tient en éveille. La solitude s’invite et cohabite avec tes silence qui résiste aux bourrasques du temps emporté par les vents.
    Bon Dimanche Solène. Pensée très amicale.

    Aimé par 1 personne

    1. J’entends tout ça. Mais tu sais, Charef, comme je viens de l’expliquer à Pascale, Kleaude et Jean-Louis, ce poème est uniquement le fruit de mon imagination. Je l’ai écrit en un quart d’heure chrono, « sans filet, au bord, tout au bord de l’irréel, entre souvenirs, sensations, imaginaire »…. mon truc ! Il ne correspond en rien à une quelconque réalité.
      Je l’ai écrit, grisée par la musique de Bach après un moment de (re) lecture qui m’a inspirée.
      Merci en tout cas pour la tienne de lecture et ton commentaire où je reconnais bien là, mon ami poète.
      Amicale pensée à toi également Et à bientôt.

      J'aime

    1. Ma Pascalou love, alors surtout pas de larme. Ce poème n’est pas, mais alors pas du tout autobiographique. C’est l’inspiration d’un moment. Même pas vécu. Du moins pas comme on pourrait le croire. Non, en fait, il s’agit d’un moment de (re) lecture. Je me suis en situation, mais il s’adresse en réalité à une héroïne de papier.
      J’espère ne pas avoir plombé le moment de lecture des personnes qui m’ont laissé un commentaire compatissant. Rhooo 😉
      Bisous, ma Pascalou. A tout bientôt ❤

      Aimé par 1 personne

  2. Poésie de l’âme et du coeur… Tu peins si bien cette solitude qui pèse parfois si lourd….Un peu comme le vin,,,,d’abords enivrant….puis trop quand on a bu toute la bouteille seul…
    Avoir des souvenirs, c’est avoir vécu….Il faut vivre encore….
    Mes salutations

    Aimé par 3 personnes

    1. Jusque nous emmène l’inspiration, parfois…. ! J’aime bien la comparaison solitude/vin. C’est tout à fait cela, il y a une sorte d’ivresse – peut-être étais-je ivre de poésie – et puis, l’attente et la solitude que j’ai voulu décrire ont donné ce résultat-là: pesant, limite plombant….
      Merci, Kleaude, pour ta lecture et ton commentaire. Belle continuité d’,après-midi, a bientôt

      Aimé par 2 personnes

    1. Oui, à dire vrai, si je n’avais pas écouté Bach à un certain moment de relecture, il est certain que ce poème n’aurait jamais existé.
      Douée, je ne sais pas, les mots me viennent comme ça. Alors j’écris, je décris… en l’occurence, là, c’est un moment de rêverie contemplative, l’attente, la solitude…. L’INFINI DES SENSATIONS….
      C’etait mon petit quart d’heure d’ivresse. J’étais ivre de poésie, pas de vin. A moins que le verre ballon de Beaujolais nouveau de vendredi midi ait eu sur moi un effet à retardement 😁
      Merci Jean-Louis pour ta lecture et ton commentaire.
      J’avais promis de ne pas trop sortir le portable aujourd’hui, mais je ne veut pas laisser qui que ce soit sur cette etrange impression de tristesse que ce poème dégage. Voilà.

      Aimé par 1 personne

  3. Complètement sous le charme de cette nostamélancolie de tes mots qui épousent les notes de ce superbe concerto de J S Bach . L’attente un feu qui ronge ou qui réchauffe . J’aime beaucoup aussi les citations que tu as choisies qui montrent bine cette ambivalence .
    Bonne soirée Solène
    Bises

    Aimé par 2 personnes

    1. Grand merci Jazzy. C’est cela en fait, ça ronge, réchauffe, tour à tour….
      Le Concerto de Bach m’a bien portée, transportée, j’avoue, et les citations aidant, j’ai à peu près « réussi » à faire passer cette ambivalence.
      J’ai juste craint de plomber l’ambiance en faisant trop peser ce moment de solitude et d’attente vaine. Je m’y suis vue devant le feu de bois dans cette maison isolée du marais….
      Très très belle et douce soiree à toi. Bisous. À très bientôt. ❤

      Aimé par 1 personne

  4. Tu décris magnifiquement bien l’attente. Long et court. Parfois c’est dense le vide et parfois libérateur.
    Devant le feu de bois, le manque m’apparait comme une couverture agréable pleine de souvenirs.
    Joyeux anniversaire avec un peu de regard et tendre journée de début de semaine

    Aimé par 2 personnes

    1. Oh merci Marie pour ta lecture et ton commentaire. Je ne l’avais pas vu dans les notifs.
      Oui, c’est vrai ce que tu dis, les souvenirs, on peut s’en recouvrir comme d’une couette légère, s’y blottir… le temps d’une rêverie devant le feu de bois.
      Je t’embrasse, à bientôt

      Aimé par 1 personne

  5. Je suis super en retard dans la lecture des blogs amis !!!
    La phrase de Sénèque résume bien ce que tu as si joliment écrit sur l’attente. perso, ce n’est pas ma tasse de thé non plus. Vivre, aujourd’hui, maintenant, est la seule voie pour le bonheur. Bises affectueuses, a très bientôt chère Solène.

    Aimé par 2 personnes

    1. Tu as tout le temps Cathy pour la lecture des blogs. Ils ne vont pas disparaître, tu sais.
      Je t’embrasse, prends soin de toi. Affectueusement
      PS: j’ai veillé pour rattraper mon retard pour repondre aux commentaires. Je vais m’absenter un peu. Et je ne veux oublier personne.
      😘❤🌹

      Aimé par 2 personnes

  6. Bel écrit, fort mélancolique pour ne pas dire triste par moments.
    Tu regardes ce feu qui devrait te réchauffer et qui, en fait, ne fait que te rappeler que nous sommes proches de l’hiver, des soirées froides où on a besoin de se réchauffer à deux ; te voilà face à un feu que tu regardes et qui te pousse à rêver et à te poser des questions, des questions qui resteront dans réponse.
    Pourquoi s’interroger sur le fait de savoir s’il t’a aimée ? Ce qui compte, ce furent les beaux moments traversés ensemble. Désormais il fait partie du passé, d’une autre histoire et dans quelques années, tu le jugeras comme un épisode de ta vie qui t’a construite et renforcée.
    Pour l’instant, tu devrais te réchauffer devant la beauté des flammes qui dansent et changent parfois de couleur ou rêver devant ces flocons qui vont et
    viennent en liberté là où la bise les pousse.

    Aimé par 2 personnes

    1. Tu sais, Yann, je ne me reconnais pas vraiment dans ce poème. C’est une inspiration qui n’est pas du tout autobiographique, comme je l’ai expliqué dans certains commentaires. Je fais presque un jeu de la poésie libre. Ça me plait.
      Ne crois surtout que mon histoire précédente m’a construite et renforcée. Elle m’a laissée sur le carreau, oui, plutôt. Tombée de haut !
      Enfin bref, pas très envie d’en reparler. Juste pour dire que non, les poèmes que je poste ici, ne sont pas du vécu.
      En revanche, j’aime bcp ces moment de rêverie contemplative devant un feu de bois, ça oui.
      Merci en tout cas pour ton passages et tes commentaires en passant. Je vais répondre aux derniers, car après je serai absente pour une durée encore indéterminée. Déconnectée le plus souvent. Mais je passerai sur les blogs amis autant que possible. Belle journée de jeudi à toi, bisous. A bientôt.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s