Tous les p’tits soleils de novembre… Suivi par « Pour si peu »


🌞

Il était une fois, Pikku…

🎼

De son vrai nom, Maglalena Strog, chanteuse (un chouïa déjantée mais sympa) et musicienne polonaise née à Sopot.

Imaginez Sopot avec ses grandes étendues blanches en hiver et ses arbres gelés, géants des neiges… Et puis Sopot avec la mer en été, parce que c’est aussi ça pour Pikku: le sable qui lui colle à la peau, les vagues qui s’éclatent dans son dos et le sel qui envahit sa bouche…

5,3, 2, 1

C’ est le décompte de son rêve à  Pikku, un rêve qui devient réalité et le nom de son album qui sort le 15 novembre (hi hi, juste le jour de mon anniv’)

🎂 🥂🍾

Des scintillements de mots en français, anglais, polonais et japonais sur des notes et des arrangements qui tour à tour étonnent et détonnent, piano (« amour tourmenté et romantique »), ukulélé (« amour léger et guilleret »), kalimba, instrument qui remonte aux origines, histoire de se défaire des codes, tout comme ces quelques paroles lancées à capella d’une voix cristaline …. C’est limpide, aussi transparent qu’une perle de rosée, le matin… Aussi ça touche l’âme en passant telle une brise légère…     Et surtout, c’est tellement féérique que ça donne le smile en même temps qu’une envie soudaine de courir bras écartés sur la plage, comme ça pieds nus, cheveux au vent et écouteurs scotchés aux oreilles sous les premières gouttes de pluie…

En attendant la sortie de l’album dans une petite quinzaine, donc, vous pouvez d’ores et déjà découvrir le monde de Pikku ( « petit » en finnois) sur YouTube avec ses deux clips…

Eggshell

Clic ICI *

Hearbreak

Clic ICI *

🌞

Tout en haut de ma PAL… 📚

« Mais à quoi peuvent penser tous ces Humains à la tête baissée ? Ont-ils seulement compris que le monde appartient à celui qui regarde le ciel ? »

Line Peysselier

Clic ICI  *

« Des pensées glanées au fil du temps. Pour faire réfléchir ou pour apaiser les tourments.

Des fragments comme des gouttes de pluie

Qui ravissent l’âme »

Marie Kleber

Clic ICI *

 

Avis de tempête pour dimanche. Amélie arrive avec des vents allant de 110 (loc.) à 130km/h sur la côte… alors qu’ aujourd’hui, déjà, ce n’était pas joyeux. Bourrasques et crachin presque toute la journée… l’île avait sa tête des mauvais jours avec, de la terre au ciel, du gris partout, du froid bien pénétrant et l’océan quelque peu agité. Mais c’est de saison. Ici Novembre n’a pris personne au dépourvu.  L’automne a eu le temps de s’installer avec ses pluies diluviennes, ses nostalgies lancinantes et puis ses jours toujours plus courts presque aussi sombres que les longues nuits sans lune et sans étoiles.

Voici venu le temps des flambées de petit bois et de pommes de pins, du chocolat chaud à la cannelle, humé et dégusté dans un bain moussant, à la lueur d’une bougie au parfum de vanille des iles, de la Réunion ou de Madagascar…

Bon, alors on récapitule: de la musique pour se détendre, des livres pour s’évader, se glisser entre les pages, pour y vivre ou pour voyager…  Les chamalows Haribo ( facultatif), c’est juste des restes d’Hallowen, et parce qu’il faut aussi parfois se faire plaisir au palais….

Mais sans oublier de lire de la poésie, sinon il y aurait vraiment quelque chose qui manquerait. La poésie, c’est ce qui permet de faire du beau avec du moche; la poésie, c’est ce qui nous ramène  à la beauté.

Je vous souhaite de passer un très très beau et heureux mois de novembre rempli de plein, tout plein de tous les p’tits soleils que vous y mettrez.

SOlène

PS: ah, et puis, novembre étant un mois en « re », c’est le moment ou jamais de boire la mer en mangeant des huitres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

POUR SI PEU

Les feuilles de menthe et d’eucalyptus
dans les vêtements,
les livres oubliés aux couvertures jaunes
qu’on glisse dans une sacoche
avant le grand départ,
un certain pli du ventre où couchent
les baisers et les mains endormies
quand toi tu ne dors pas,
pour si peu je donne tout et tout c’est bien peu.

Les bassins où la lune se baigne
quand les canards ne sont plus là,
les fantômes sur l’épaule et l’avenir
au bout du bras pas plus haut qu’un gros chien,
la tempête dans un verre d’eau
quand les premières pluies viennent,
pour si peu de ces choses-là je donne toutes mes
choses à moi.

Les quais de gare où je te quitte sans inquiétude
puisque les prochaines fois sont des lettres qui
attendent d’être lues dans la boîte,
les plateaux d’huîtres, les bières de soif,
les colères qu’on épuise à force de se tenir
vivants dans la paume de l’amour,
la course folle d’un bout à l’autre de la rivière,
les chaussettes mouillées et la fossette
creuse,
pour si peu j’offre tout et tout c’est bien peu.

COULON Cécile

 

La mer à boire….

 

17 réflexions sur “Tous les p’tits soleils de novembre… Suivi par « Pour si peu »

  1. Merci pour tes petits bouts de soleil, je vais aller piocher. Pikku, ( j’oublierai pas ce nom, il me fait penser à Pikachu, à l’époque ou mon fils était petit ) je vais l’écouter tout à l’heure. Et puis le poème de Cécile Coulon est magnifique ! En fait je préfère sa poésie, son dernier livre je l’ai lu, c’est super bien écrit, mais je ne sais pas il me manque quelque chose … C’est peut être mon état d’esprit du moment, remarque. Et j’apprends que tu es un petit scorpion ? Bienvenue au club alors 😉
    Bises affectueuses Solène.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi, Cathy. Tu sais, je comprends ce que tu veux dire à propos d’ une bête au paradis. Pour ma part, j’ai bcp aimé. Mais je suis devenue ( sans vraiment sentir le vent venir) une inconditionnelle de cette autrice. Alors suis-je encore objective ? C’est indéniable, il est super bien écrit. L’intrigue est rondement menée. L’émotion a été au rendez-vous, et ce livre, je l’ai lu d’une traite. En une nuit.
      Maintenant, ce n’est pas un roman que je relirai. Déjà la fin, je n’avais devinée dès les toutes premières pages. Au début ( le jour où on tue le cochon), je savais comment allait finir cette histoire d’amour.
      Et c’est vrai aussi, à y réfléchir, ce qui manque peut-être aux personnages, c’est ce supplément d’âme qui imprègne totalement le lecteur et rend le texte inoubliable. Cela dit, ce fût pour moi une lecture agréable, et même un peu plus que ça. Pour autant, ça n’a rien changé en moi ni dans ma vie. Pas de grand bouleversement comme quand j’ai lu  » Les misérables » et  » Voyage au bout de la nuit ». Lus, relus .. re-relus !!!
      En revanche, la poésie de Cécile Coulon, j’en suis addicte.
      Et sinon, toi aussi alors, tu es scorpion ?
      Je ne sais pas si c’est dû au signe astrologique ces traits de caractère qui font que je me refais des forces dans le silence et la solitude. Un peu à l’image du phénix qui se fait périr sur le bucher et renait de ses cendres.
      C’est comme ça 😉 En même temps, selon la légende, ce drôle d’oiseau du désert vécut des siècles.
      Plus sérieusement, ce besoin de silence et de solitude explique assez bien mon manque d’assiduité sur le Net. Le réel passe bien avant le virtuel. La nature, surtout l’océan pour me ressourcer…. les proches…. et le travail ! Tout ça laisse peu de temps.
      Du coup, ce dimanche de grosse tempête annoncée, ce sera cocooning et les blogs. Entre les réponses aux commentaires et les lectures d’articles, j’ai accumulé un retard « pas possible ». C’est que j’ai aussi encore un peu de travail sur « Betail intime ».
      Je t’embrasse bien affectueusement. Prends soin de toi, surtout. A très très bientôt !!! ❤

      Aimé par 1 personne

  2. Bon jour SOlène !
    Je ne suis pas vraiment emballé par Pikku (oui, moi aussi, ce nom me fait penser au Pikachu de quand j’étais petit).
    J’ai beaucoup aimé le poème de Cécile COULON, par contre.
    Je te souhaite une bonne suite de ouikènde pleine de musique 🎼, de livres 📚 et de chamallows facultatifs 🍬.
    T’embrasse.

    J'aime

    1. C’est normal que tu ne sois pas « emballé » par Pikku. Du moins, te connaissant, je ne suis pas étonnée 😉
      Mais, imagine-toi pieds nus sur une grande plage déserte de l’île, marchant comme ça, à mes côtés au bord de l’océan, les écouteurs scotchés aux oreilles…. 🎧 🎶 🎵
      Tu devrais entendre ce vent de liberté musicale, et cette bonne humeur qui est de mise chez Pikku. Rien de tel pour sortir de la morosité quotidienne, qu’écouter Pikku. Déjantée, certes. Mais justement ! Tu sautilles dans les flaques d’eau, tu cours bras écartés sous la pluie….
      Non, tu ne t’y vois pas ? Mais si, viens…. c’est la bonne journée, bien grise, pluvieuse, venteuse… coefficient de marée pas très fort, mais parait Amélie arrive, ça va souffler….
      Allez, « on y go », comme dirait Réda… Elle est pas belle, la vie ?
      En tout cas, avec Pikku, t’as le smile 😁
      Un p’tit caf ? Sucre, lait, bisou ?

      Aimé par 1 personne

      1. Ah ça, pour la bonne humeur, il n’y a rien à dire, elle en dégage, Pikku ! Et c’est bien agréable par ce temps de grisaille. C’est musicalement que j’émets des réserves. La vidéo, oui, l’écouter sans les images, ça perd les 3/4 de son intérêt.
        Allez, un petit café, sans lait avec un peu de sucre, un bisou, et en route pour la ballade sur la plage t dans le vent! 🎼☕️💋

        Aimé par 1 personne

        1. Ben tu sais quoi ? Le vent s’est levé, ça commence à souffler fort fort fort. M’en fous, chuis au chaud. Et j’irai pô courir après le barbecue que le vent a embarqué. Mais chuis contente, sur ton blog, j’ai accès aux liens même de mon Smartphone. Gmail ou WordPress ( les deux peut-être) ont décidé d’être sympa avec moi, aujourd’hui. Du coup, j’ecoute plus Pikku, mais de l’opéra. C’est cool, non ?

          Aimé par 1 personne

        2. Bon bah, pour la ballade sur la plage, ce n’est que partie remise, quand la tempête sera calmée.
          Bon cocooning sous ta couette douillette, avec BI.
          Et puis, bonne nouvelle si WordPress te permet d’accéder aux citations musicales de mon blogue à partir de ton smartphone !
          Excellente journée à toi, SOlène.

          J'aime

  3. Bien sympathique le monde de Pikku , un rien déjanté mais rempli de petites bulles de joie . Merci pour la découverte .
    Quant au chocolat chaud anti – morosité pour les jours sombres et pluvieux , je suis partante aussi , un régal à savourer sans modération .
    J’aime beaucoup le poème de Cécile Coulon que tu partages , là aussi à savourer sans modération .
    Bonne journée
    Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, j’aime bien, c’est joyeux. Au moins, ça fait sortir de la grisaille ambiante.
      Merci Jazzy pour ton commentaire, ça me fait trop de lire, comme au bon vieux temps de Windows Space live.
      Des gros bisous et un super beau dimanche à toi. A très très bientôt. Je commence ma course contre la montre pour la tournée des blogs.

      J'aime

    1. Pikku, je viens juste de découvrir. Jolie voix cristalline, un univers musical original et de la bonne humeur.
      S’inventer un monde, notre monde à nous dans cet autre monde, pour justement s’en échapper, je trouve que c’est plutôt bien.
      Des bisous, mon Tony. A bientôt.

      Aimé par 1 personne

  4. On découvre toujours des pépites chez toi SOlène. C’est ce qui fait le charme de tes articles, que je déguste, en regardant dehors, une tasse de thé dans les mains.
    Merci pour le clin d’œil c’est adorable. La poésie est ce qui me permet de vivre dans ce monde. Et de l’aimer aussi.
    Les mots de Cécile Coulon sonnent vraiment justes. Bon c’est décidé je vais aller voir ça de plus près.
    Je ne sais pas si c’est le signe, mais je me sens moi aussi très souvent comme le Phoenix. Mon besoin de solitude est un besoin réel. Besoin de prendre le temps de vivre, de revenir à l’essentiel. De me ressourcer dans la nature aussi, surtout au bord de la mer.
    Belle journée à toi. Je continue ma lecture de tous les articles manqués puisque ce weekend j’ai complètement oublié internet et l’ordinateur. Cela m’a fait un bien fou.
    Affectueuses pensées parisiennes ensoleillées.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, je me souviens, Marie, on en avait déjà parlé de ce besoin de déconnexion.
      En fait, c’est une question de dosage. Il y a un temps pour tout. Le temps de vivre est primordial. Comme tu l’expliquais joliment bien dans ton article, le virtuel ne doit prendre le dessus sur la réalité. D’ailleurs cela m’a rappelé une fois où j’attendais un train en gare de Poitiers. Tous ces gens avec le nez sur leur smartphone, ça m’avait interpellée.
      En tout cas, oui, ça fait grand bien de se deconnecter une journée voire deux, le temps d’un week-end. Ça repose la tête. Sinon, on reçoit trop d’infos. Et pour l’écriture ce n’est pas bon du tout.
      Grand MERCI à toi pour tes lectures et tes commentaires. A très bientôt.
      Affectueusement.

      Aimé par 1 personne

  5. Coucou ma chère Solène, ah toujours aussi agréable de te lire et aussi de découvrir un autre texte de Cécile Coulon, c’est chouette ! noël approche à grand pas, j’adore cette période qui précède où l’on prépare les cadeaux. Gros bisous de Bretagne 😊

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s