Comme quatre mots sur un piano…. Suivi de “Just SO” (Par Ludivine)


 

🖋

Elle avait remis les compteurs à zéro.
Enfin en paix avec elle-même, son coeur et son cerveau étaient réconciliés, elle pouvait enfin lui pardonner.
Accepter qu’il ne soit que son ami, quelle douce ironie, mais avec les conflits elle en avait fini.
Le pardon chez elle avait toujours raison.
Elle lui dirait un jour que certaines choses pour elle riment avec toujours.
D’un été dont elle se souviendrait, elle ne pouvait pas oublier que le fond elle avait touché pour mieux remonter…
Elle était toujours la même, toujours là m’aime… car paix dit aime…
Le prof ces derniers mois n’avait pas rempli ses devoirs mais demain en retiendrait-il toutes les leçons ?
Saurait -il redécouvrir en elle toute la lumière et comprendre que d’un amour tel… on en fait pas de copiés-collés…
4 ans comme 4 mots sur un piano …

Un jour il saurait que jamais il ne pourrait la remplacer…
L’aurait il à ce jour déjà deviné …

 

Featured Image -- 26519

JUSTE SO

SO… what ?
What elle ´s ?
SO… laine comme ses écrits qui sont comme un doux chandail qui vous enveloppe le coeur.
SO… l’aime … oui elle en aime des choses… ce premier café à l’aurore qui la réchauffe de sa nuit blanche consentie ou de ses pages blanches bien remplies pendant la nuit…
ses balades virtuelles sur ses blogs chouchous ou elle laisse partout des traces d’amour et d’amitié…
Sa mer, son océan qui lui rappelle le ressac des douces heures de bonheur. Et le calme après la tempête.
Toutes les couleurs du ciel et tout en mots elle t’en fait du miel.
SO… cute quand elle se fait mignonne derrière ses petits émoticones et ses bulles de savon.
Sauvage… quand le temps des sentiments la mette en tourments.
SO… litude quand elle veut retrouver sa zénitude…
SO… l’aime encore parce que lorsqu’elle aime, elle thème, thèse et les mots se taisent pour laisser place au sublime et silence…
SO… lène c’est ma « petite » écrivaine, une petite bulle d’oxygène quand la vie se fait vilaine…
C’est l’amour qui coule dans ses veines.
SO… ton petit monde c’est toi, c’est nous, c’est tous les jours du velours.
SO… ma SO… je t’aime SO much ❤️

Ta Coccinelle*

 

Sublime & silence

Autour de moi tu danses

Et moi j’oublie

C’est à toi que je pense,

À ta bouche brûlante

Quand tu souris

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

Sublime & silence

Autour de toi tout tremble

Et tout finit

C’est à moi que tu penses

À nos ivresses blanches

Je fuis Paris

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

Mais je sais que tu restes

Dans les fleurs que j’te laisse

Après la nuit

Violence et promesse

C’est tout c’que tu détestes

La mort aussi

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

(Instru)

Je caresse ton absence

La montagne et l’errance

Et puis l’ennui

La rivière te ressemble

Du moins en apparence

Pourtant tu fuis

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

Mais je sais que tu restes

Dans les fleurs que j’te laisse

Après la nuit

Violence et promesse

C’est tout c’que tu détestes

La mort aussi

Le vide aurait suffi

Le vide aurait suffi

(Instru)

Mais je sais que tu restes

Dans les fleurs que j’te laisse

Après la nuit

Violence et promesse

C’est tout c’que tu détestes

La mort aussi

Mais je sais que tu restes

Mais je sais que tu restes

 

 

WHAT ELSE?

 

Chaud froid mal aux pieds*

 

(Clic*)

 

 

« Ce monde a besoin plus que tout de tendresse… » -Ludivine….

5 réflexions sur “Comme quatre mots sur un piano…. Suivi de “Just SO” (Par Ludivine)

  1. A reblogué ceci sur Le monde de SOlène, le bloget a ajouté:

    Toute personne qui apporte de la légèreté échange sa chaleur
    contre un morceau de vos abysses.
    Et nous en redemandons, encore et encore,
    sans chercher à savoir où s’entassent ces mauvais moments
    dans la vie de ces autres qui nous prêtent leurs nuances
    quand nous manquons de couleurs.
    Cécile COULON, « Abîmer la douceur »

    J'aime

  2. En remettant tous ses compteurs à zéro, elle repartait pour un autre style de vire et non pas une autre vie car nous n’en avons qu’une.
    La blessure doucement mais sûrement s’est refermée et s’est cicatrisée avec le Temps. La douleur s’étant désormais enfuie, elle peut être en paix avec elle et avec celui avec qui elle partagea des sentiments si puissants et si passionnés. Le pardon s’en est venu et il a atténué une certaine colère.
    Un pardon qui va apporter sans doute avec un début d’amitié, une amitié qui, elle, rimera peut être avec toujours.
    Désormais elle en paix avec elle et ne garde au fond de son cœur que les beaux moments, les bons instants partagés.
    Ces quatre mots sur un piano, elle commence à les accompagner par plusieurs notes et bientôt, elle saura réunir les meilleures et les plus belles pour en faire un « concerto pou un bel amour passé »
    Et tout ceci écrit en entendant « All along the watchtower » interprété par Barbara Keith. Un pur délice !

    J'aime

  3. Aaaahh ! Julien Doré ! Il fait partie de cette nouvelle génération d’auteurs-compositeurs-interprètes de talent qui ont leur propre personnalité et ont su développer un style.
    C’est le cas de Julien Doré dont j’apprécie particulièrement cette voix si singulière, ce timbre de voix, les mélodies et les textes toujours recherchés qui touche à l’âme.
    Il rejoint des jeunes talentueux comme Thomas Dutronc ou Nolwen Leroy qui ont su développer un style bien à eux et à évoluer sans oublier la musique qu’ils aiment au départ.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s