TOURNER LA PAGE…


– Tu n’as pas déclenché mon côté sombre Blair.

 

– J’apprécie que tu essaies de me remonter le moral, mais j’ai eu ma réponse.

– Tu as été l’épisode le plus lumineux que j’ai connu dans ma vie.

– Alors pourquoi ce n’est qu’une fois que l’on s’est séparés que tu as découvert ton côté positif ?

– Je suis devenu glauque et sinistre simplement parce que j’avais peur de te perdre, c’est ton amour qui me gardait en vie.

– Pourtant tu as survécu sans moi.

– Mon pire cauchemar s’est réalisé et ça ne m’a pas tué. Il a fallut que je trouve un moyen de tourner la page, tout ce que je veux c’est ton bonheur Blair ! Même si ça ne peut pas être avec moi.

 

Gossip Girl – Chuck et Blair

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Lettre ouverte à Frédéric*

 

Mon ami Frédéric! Comme ça m’a fait plaisir de te (re) lire ici! Tu me vois ravie que ce texte, L’OUBLI te mette du baume au coeur pour ta journée. Tu sais comme je disais à marieliane: il ne date pas d’hier, il fait partie d’un recueil de textes courts, dont je n’ai publié que quelques extraits dans JARDIN SECRET. Peut-être celui-ci était-il “visionnaire”, j’imagine que l’oubli ressemble à ça si on y pose des mots… et qu’en effet, seul le facteur temps oeuvre pour.
Mais pour l’heure, je n’imagine pas un seul instant passer comme par enchantement d’une histoire à une autre; ça ressemblerait plus à un “transfert” qu’autre chose et ça traduirait un manque total de sincérité. Tant pour l’ex que pour la nouvelle personne Ce serait se mentir à soi-même et forcément à quelqu’un d’autre. D’ailleurs à ce propos on pourrait pousser très loin la conversation…

Cela dit, j’avance… j’avance SEULE… entourée d’amour, certes. Mais qui comprend vraiment, qui a les mots? (De toutes façons je n’ai pas envie de saouler les miens avec ça)…

Même l’écoute est un travail de “professionnel”… Ou alors il faut être passé par là et avoir fait beaucoup de chemin depuis… Ton cas. D’où ta compréhension.
Comme je disais à ta maman l’autre jour: personne n’est préparé à vivre ça. En tout cas jusque là, je ne pouvais même pas imaginer que cela m’arriverait un jour. Si on m’avait demandé mon avis sur le sujet, il y a, ne serait-ce qu’un peu plus de trois mois, j’aurais répondu que n’est pas la fin du monde, qu’il y a des choses plus graves que ça dans la vie. Ce que je pensais sincèrement, alors.

Sauf qu’ à ce moment-là, c’était facile de dire ça, j’étais depuis 4 ans dans une toute belle histoire (que du moins je ressentais comme telle) avec une personne en laquelle j’avais une confiance absolue. Autrement dit en qui j’ai cru dur comme fer… Et il y avait de quoi y croire!!!
Si j’écoute la psy, j’ai été victime d’un manipulateur hors pair, qui s’est sûrement tout simplement trouvé une autre proie, certainement encore plus “docile” (plus “naîve” aussi) et surtout « plus à portée de main »; etc etc!! Toujours est-il qu’imperméable à ma souffrance, voire même cruel et prenant plaisir à savoir que je souffre (souffrais, on peut dire maintenant)…

Evidemment que lorsqu’ on tombe de très très très haut on se fait forcément très très très mal… Bon oui, d’accord, il s’est montré profondément inhumain, complètement à l’opposé de tout ce qu’il avait pu me dire, m’écrire… (sur pas moins de trois mails par jour lorsqu’on n’était pas ensemble, et, ce, pendant 4 ans, des milliers donc !!!)… et me montrer. Quoi que… (personne n’est parfait), il ne s’est jamais vraiment vraiment montré à la hauteur de ses mots ou de ses promesses. Des p’tits “details” sur lesquels je ne voulais pas m’attarder. Mais rien de très méchant, je me disais alors (ignorant que le “le diable se cache dans les détails”). Enfin bref, la situation a fait que sa “phase de séduction”, aura duré autant!

Ce qui voudrait dire que j’ai été complètement dupe ? Un jouet, quoi ! Euh… ben après ça, tu te dis que tu as perdu 4 ans, et l’estime de toi avec !! Voilà c’est en cela que c’est dur. Je me suis senti sale… Et conne, là pour de vrai, pour le coup. Et maintenant, il faut, pas seulement tourner la page (qui pèse une tonne), il faut fermer le livre de cette histoire sordide… sans avoir rien compris à la violence de la rupture que rien ne laissait prévoir encore trois/quatre jours avant*. Et qui aurait dû se “négocier” de vive voix, si on peut dire ainsi… encore mieux: se décider entre quatre yeux… Mais pas sur Messenger! Surtout pas sur Messenger. Et des promesses (encore et toujours des promesses) qui n’ont bien sûr pas été tenues. Avec pour mot de la fin: “Love”. Alors que le pire restait à venir. Mais je m’arrêterai là…
Je t’embrasse, vous embrasse ta maman et toi. Merci pour votre empathie. Et d’avoir été de celles et ceux qui étaient là. Un p’tit mot, ça n’a l’air de rien comme ça, mais ça peut faire beaucoup.

 

SOlène*

 

PS*: si ce n’est qu’avec le recul et en relisant un certain mail qui a déclenché une certaine “réaction” de ma part, je comprends un peu mieux. Il n’en n’attendait pas moins pour se fabriquer une “excuse”.

 

 

WHAT ELSE?

 

 

 Quand le Roi Lear meurt à l’acte 5, tu sais ce que Shakespeare a écrit ? Il a écrit « Il meurt ! ». C’est tout, rien de plus. Sans fanfare, ni métaphore, pas de grande envolée lyrique. L’apothéose du plus grand des chefs-d’oeuvre de la littérature dramatique c’est « Il meurt ! ». Il fallait Shakespeare, un génie, pour dire simplement « Il meurt ! ». Pourtant chaque fois que je lis ces deux mots, je me sens submergé d’un incommensurable chagrin. Et je sais que c’est normal d’être triste, mais pas à cause des mots « Il meurt ! », mais à cause de la vie qu’on a vécue avant ces mots là.

J’ai vécu chacun de mes 5 actes et je ne te demande pas de te réjouir parce que je m’en vais, je te demande simplement de tourner la page, de continuer à lire et de commencer une nouvelle histoire. Et si quelqu’un te demande ce que je suis devenu, tu lui raconteras ma vie merveilleuse en terminant par le simple et modeste « Il meurt ! ».

Le Merveilleux Magasin De M. Magorium – Mr Magorium à Molly

 

www.kizoa.com_collage_2017-08-24_17-10-32

Et Maud Geffray  (dans les commentaires)!

 

Ivre comme un poète
Libre comme une mouette
(…)
Et je laisse la vie m’emporter
Et je laisse les mots me porter
(…)
J’essaie de tourner la page…
J’ai vu sur ma route plein de paysages
Avec des mots je peints des visages
Avec des mots je rends hommage…

 

 

 

 

Je vais…. je vais…. au delà des mots!… Suivi de « Hasard » (comme c’est bizarre!)


« Avoir toujours été celle que je suis et être si différente de celle que j’étais ! » (S.Beckett)

 

20842290_110550259664893_4743129058877617781_n

 

Afficher l'image d'origine

Une belle journée qui commence avec le parfum entêtant du jasmin (que j’adore), les odeurs d’épices d’un bon plat qui mijote… et celle du thé  noir à la menthe (bien fort et bien trop sucré) qui fume encore…

 

www.kizoa.com_collage_2017-08-21_12-59-41

Il est 10:31 pile poil sur WhatSapp. Conversation avec un ami. Un vrai:

 

-Bonjour ma SOlène, comment vas-tu ce matin?

-Comment je vais? En convalescence.  Je voudrais être celle d’avant, ne pas avoir connu cette personne…. Ne pas avoir perdu ces quatre années. Qui ne m’ont strictement rien apporté. RIEN. Sinon une perte d’estime de moi-même. Voilà, c’est tout ce que je peux répondre à cette question, “comment vas-tu?”. Et ça, c’est terrible!  C’est au-delà des mots!

-Oui ma question était un peu bête. Mais tu ne dois pas avoir une perte d’estime de toi, tu es une belle personne.

-Une chose est sûre: je préfère être à ma place qu’à la sienne ( « pour des tas de raisons! », j’ai pensé alors). Et ça, tu vois, au moins c’est clair! Je le trouve plus à plaindre qu’à blâmer. Mais je n’ai juste plus de temps à perdre pour le plaindre.

Etc etc!!

… Et puis, un peu plus tard (avec, cette fois, quelqu’un d’autre qui a beaucoup compté pour moi dans le passé. Pour qui j’étais sa “princesse” – excusez-moi du peu!): “Le plus fou dans tout ça, c’est que la veille, j’ai touché ton livre… et je pense à toi depuis toujours”….

Bon là, ces retrouvailles, c’est le pur fruit du hasard…  le hasard fait bien les choses, diront certains… “Nul vainqueur ne croit au hasard.” a dit Nietzsche….

Et la petite dernière pour la route:

“Les grands artistes ont du hasard dans leur talent et du talent dans leur hasard.” – Victor Hugo….

Citations choisies au hasard parmi tant d’autres  sur le hasard….  “Hasard, vous avez dit hasard? Tiens commme c’est bizarre!”

 

Voilà, je vous laisse en vous souhaitant une très très très très bonne semaine. Bisous, bisous… plein, tout plein de big bisous soufflés à toutes et à tous. A très bientôt. Prenez soin de vous.

SOlène

jasmin

PS: et devinez qui j’écoute? Bingo, vous êtes trop trop forts!! Ah, au fait, Mélie, j’ai très très envie de reprendre notre conversation sur « L’Arlésienne »*. J’y ai bien réfléchi depuis…

 

Kelmti_horra2

WHAT ELSE?

La vie n’est pas un pull-over

(Par Mélie)