L’ENCRE DE TES YEUX


Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves
Tu viendras toujours du côté
Où le soleil se lève
Et si malgré ça j’arrive à t’oublier
J’aimerais quand même te dire
Tout ce que j’ai pu écrire
Aura longtemps le parfum des regrets.

Francis Cabrel, L’encre de tes yeux

 

Afficher l'image d'origine

A Toi,  ami (e)  lecteur (trice):

 

Les yeux du cœur se sont ouverts, et c’est dans cet état d’éveil que le Petit Prince comprit que le Graal qu’il était venu chercher à mille milles de toute terre habitée était depuis longtemps à ses pieds et embaumait sa planète. Les serpents sont les amis des cœurs purs. D’une seule morsure, le Petit Prince, corps de lumière, rejoint sa rose pour des temps sans fin. Le corps, ce qui cache l’âme, n’a plus d’importance pour celui qui connaît l’Amour et le nom de la Rose. Le désert se chargera d’ensevelir cette écorce qui pèse trop lourd.

 

 

Mon ami, toi qui es à mes côtés, tu es ce Petit Prince qui possède un trésor et tu traverses mon désert. Tu es mon renard si je sais t’écouter et te comprendre, tu es ma rose si je sais te voir avec le cœur. Tu es mon allumeur de réverbère au milieu de mes doutes. Moi je n’oublierai pas la muselière pour mon mouton, car je sais ta rose si importante.

A bientôt!

SO

Extrait de “Pourquoi ce silence? », ou ma schizophrénie ordinaire… suivi de « Je me manque » *

(Clic*)

 

 

… »Tu comprendrais que dans chacun de mes mots, sur chacune de ces pages, il n’aurait été question que de toi, que de cette merveilleuse coincidence entre toi et l’amour que j’ai de toi. Entre toi et ces mots qui sont les miens pour te dire. Entre toi et ces mots conçus dans la nuit, engendrés par ce désordre qui suit ton entrée en mon âme et qui la pacifie. Tu comprendrais que tu ne m’as jamais empêché d’écrire. Tu comprendrais que je n’ai jamais écrit que pour toi, même avant de te connaître, même dans le temps dans l’immensité sombre du temps précédant notre rencontre »

Christian BOBIN (L’homme-joie)

 

 

WHAT ELSE?

SOUVIENS-TOI D’OUBLIER

(Qui sortira comme prévu)

 

Le Malheur n’approche jamais dans le vacarme, mais dans le bruit feutré du sautillement de la Colombe.

Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885), Friedrich Wilhelm Nietzsche…

 

 

Nous vous souhaitons un agréable et reposant dimanche.

Merci  à toutes et à tous pour votre fidélité, vos commentaires, vos étoiles, vos votes, « likes » et partages…

Merci à celles et ceux  qui ont invité leurs amis à aimer notre page

et bien-sûr bienvenue à vous qui venez de nous rejoindre.

 

L’équipe du monde de SOlène sur Facebook*

 

Merci à André (alias Pitou) pour cette photo….

Sauf que lundi 31 paraîtra le billet qui était planifié d’avance par SOlène

Publicités

6 commentaires sur « L’ENCRE DE TES YEUX »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s