Cette nuit encore, j’ai demandé aux étoiles…. suivi de « l’Inaccessible étoile »


 

« Parfois, on regarde le ciel, on fixe une étoile, et on pense à une personne. C’est ça, le manque. »

 

www-kizoa-com_collage_2014-08-09_20-55-56 (1)

Ô femme après l’amour démantelée et découronnée du désir de l’homme. Rejetée parmi les étoiles froides. Les paysages du coeur changent si vite. –Antoine de Saint Exupéry…

Afficher l'image d'origine

 

Juste une ondée en fin de journée… Ciel bleu à peine nuageux, soleil radieux, il a fait super beau today, dans le marais. Même temps presque chaud, qu’à Central Park, il y a deux ans jour pour jour, avec juste un vent léger qui promenait dans l’air les effluves de mon parfum… L’Instant de Guerlain… J’ai fermé les yeux, une fraction de seconde. Et le souvenir est revenu me chatouiller les narines, en tempo avec le clapotis de l’eau… Ce n’est plus des ragondins que je voyais, mais des écureuils… Il n’y a jamais de pourquoi à un souvenir. Il arrive comme ça dans les effluves d’un parfum, et parfois sur des notes de musique avec les paroles de cette chanson qu’on s’interdit d’écouter….

(…)

Il arrive à l’improviste, sans être invité. Et tu ne sais jamais à quel moment il partira. Tout ce que tu sais, c’est que quoi tu fasses, il revient toujours… Même si ça ne dure qu’un instant… Sauf que now, je sais comment faire. Y suffit de ne pas s’attarder. Alors dès que le souvenir s’est pointé, j’me suis remise à marcher. J’ai marché sans regrets, sans concession… j’ai marché au rythme du vent, sans regarder en arrière… Pour fuir le tsunami de cet amour fou revenu en force… fuir pour ne pas être noyée, pour ne pas être emportée…

Mais alors pourquoi, cette fois, c’est moi qui, la nuit venue va chercher ce film en noir et blanc ? Je suis là, dehors, assise devant la table de jardin, et je fume une cigarette, en suivant des yeux la fumée, puis plus loin que la fumée, plus haut, toujours plus haut jusqu’au ciel… Combien de fois, j’ai nagé dans cette mer immense, en pensant à toi, le regard perdu dans ce ciel bleu marine. En demandant pourquoi aux étoiles. En n’entendant pour toute réponse, que leur silence embarrassé… Comme cette nuit encore. Mais suis-je bête ! Quand on aime jusqu’à s’oublier, se perdre, on peut tout trouver, sauf un « pourquoi ».

Alors oui, je pars demain, loin… plus loin que la mer, plus loin que l’horizon, là-bas

(…)

 

SOlène, extrait de « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne » *

 

(A ceux qui arrivent par la page d’accueil: visionner »Wherever I Go », attendre que la chanson du blog soit terminée)

“Peut-être suis-je destiné à errer 
D’un endroit à l’autre 
Le ciel sait pourquoi 
Mais dans ce lieu céleste sauvage 
Ton étoile est fixée dans mon ciel” 

Wherever I Go Mark Knopfler

 

 

1463120_808327912536117_3450688025591004091_n

 

« Tu te souviens, Lally, avec Matt dans le virtuel, vos cerveaux en osmose allaient comme sur des roulettes ? »…

Mina m’a demandé ça tout de go presque deux heures après le décollage de l’avion.

-Euh, oui, mais pourquoi cette question ?

-Eh bien je me demandais si rester inaccessible ou le redevenir n’est pas le seul moyen de rester l’unique objet de fantasme, la seule aimée, désirée au-delà de tout ?

 

WHAT ELSE?

 

L’innaccessible étoile*

 

19510118_1544294278948292_8733102831388309136_n

Ce qui ne peut danser au bord des lèvres s’en va hurler au fond de l’âme -Christian Bobin….
(Image: psychanalyse jungienne)

 

Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse….

Nietzsche

 

“Pourquoi ce silence? », ou ma schizophrénie ordinaire… suivi de « Je me manque » *

 

www.kizoa.com_19399525_1362893943745767_8367627710453928404_n

 

Plus qu’à vous souhaiter une belle journée de vendredi, un merveilleux week-end et d’excellentes vacances aux juilletistes. Bisous, plein tout plein de big bisous (il en faut pour tout le monde). A bientôt sur vos blogs, ici sur WordPress, ou ailleurs… “demain ou après-demain… ou après après après ou avant.”

Prenez soin de vous.

SO

Publicités

16 commentaires sur « Cette nuit encore, j’ai demandé aux étoiles…. suivi de « l’Inaccessible étoile » »

  1. Bonjour Solène
    Deux fois, trois je reviens te lire et quand le sujet est si sensible, quand le souvenir te bouffe des heures, quand tu sais pourtant que ce qui est passé, cassé ne reviendra jamais ou alors par je ne sais quel miracle… quand il faut pourtant avancer, vivre, faire semblant et sourire…
    Autre chose, je te chipe cette vidéo chantée que j’écoute en boucle… elle ressortira certainement un jour ou l’autre.
    Je te souhaite une belle journée ❤
    Bisous

    1. Chipe, ma Michèle. C’est là pour ça…. tout le plaisir est pour moi.
      Oui, tu m’as lue, comprise entre les lignes, les mots… Et tu avais raison, cet endroit de paix et de rêve avec ce joli pont, au fil de l’eau… dans cet écrin de verdure, je m’y voyais bien aussi . 😉
      Dès gros bisous, un bon week-end et à très très bientôt!!! 😘💗

    2. Et comme tu dis:  » continuer à avancer et sourire »…. sourire et avoir l’air heureuse. Personne ne sait jamais ce qui se cache derrière un sourire…
      Les plus grandes peines sont silencieuses. Mais je commence à « evacuer », mettre des mots sur les maux. Sinon ça s’en va « hurler au fond de l’âme »… sinon « ça tue »….

  2. Coucou Solène ! ce que tu écris là est profondément touchant. Ecrire c’est un excellent moyen pour mettre en mots les maux justement. J’ai souffert aussi par amour. Elle représentait, elle incarnait ce « tout » auquel j’aspirais. J’ai voulu disparaître parce qu’elle ne ressentait rien et je me suis éteins peu à peu pendant cinq longues années. L’écriture est un viatique, l’amitié aussi et comme Dostoïevski l’écrivait « la pire des souffrances est celle de ne plus pouvoir aimer ».. je te souhaite d’aimer à nouveau. Si je t’écris cela, c’est la première fois que j’en parle ici, c’est pour te dire que je m’en suis sortis et que j’ai depuis quelques années maintenant laissé tomber les habits noirs pour me tourner à nouveau vers l’espérance, la couleur, la lumière. Je t’embrasse Solène ! prends soin de toi 😉 🙂

    1. C’est la vie, bien sûr…. et l’on sait bien qu’avec le temps, cela passera. Mais pourrais-je un jour à nouveau faire confiance? De cela j’en doute. Première fois que j’avais baissé la garde, retiré l’armure… que j’y croyais sur comme fer comme on peut croire au ciel…
      Oh je me dis aussi qu’avant je ne m’en portais pas plus mal, au contraire.
      En ce moment j’ecoute Rose Beaucoup! ( Je me sens moins seule)… Et un peu Isabelle Boulay… c’est dire que je me trouve dans un « drôle » d’ état…. Je commence à « me manquer » vraiment. Mais paradoxalement, je me sens VIVANTE… je me sens EXISTER…. ( ce dont je parlais tout à l’heure)….
      Il y a des periodes dures, vraiment très dures dans la vie…. dures à passer, mais qui nous améliorent, nous font grandir… et nous font voir les choses beaucoup plus en profondeur….
      Alors est-ce une souffrance de ne plus pouvoir aimer? Je ne sais pas ( encore)… j’aime ( encore) et j’aime ma famille, mes amis, les gens…. et plein de choses!
      Tu m’auras comprise: suis sur la bonne voix 😉 Et tout cela nourrit mon écriture.
      Des gros bisous. Embrasse Eveline de ma part. Et bon week-end contre vent et marées -c’est le cas de le dire! 😃☔ A très bientôt! 😘💗

      1. Oui je sens bien que tu chemines drôlement. Tu sais je ne pense pas que cela passe vraiment, c’est juste que cela occupe une autre place dans notre vie. L’être que l’on a le plus désiré, aimé s’éloigne et l’on se sent comme sorti d’un mauvais rêve. On ne s’en rend pas compte sur le moment mais cela se fait. Après, il faut apprendre à vivre avec ça et donner à ce fantôme de l’être aimé sa juste place dans le passé. La dépendance affective c’est une idée que je trouve juste. Qu’est ce que je cherchais en l’autre ? Je pense comme toi que ces expériences douloureuses nous apportent une autre façon d’envisager la vie ! c’est souvent une renaissance. on apprend de tout cela. C’est passionnant de te lire et d’échanger avec toi. Je t’envoies de gros bisous de ma Bretagne ! excellent weekend et @très vite Solène 😉 🙂

      2. Tout pareil: j’aime échanger avec toi. Comme avec Ludivine, Eveline, Cécile, Michèle, Tony…. et depuis bientôt 10 ans, ma Melie…. avec vous, ma famille, amis… je continue à avancer et sourire 😊 Grâce aussi à ma passion: l’écriture….
        Merci d’être là Frédéric.

      3. on rencontre des personnes adorables sur WordPress et des personnes avec qui ont peut échanger sur tous les sujets. Cécile est cool et c’est un plaisir de te connaître Solène. L’écriture est notre viatique et notre passion ! Merci à toi aussi Solène ! Gros Bisous 😉 🙂

  3. Tu as raison, Solène, tout peut se cacher dernière un sourire…
    Mais je crois fermement que le temps adoucit toutes les peines et qu’il ne sert à rien de ressasser la vie qu’on aurait pu avoir. Nous n’avons droit qu’à une seule vie, et une seule vie suffit. À qui profitent les regrets ? À quoi servent-ils, sinon à nous rendre malheureux ?
    Des bisous So

  4. Quel bel article ma Soliplume adorée ! C’est très émouvant et rempli de nostalgie de ton passé…J’aime tes mots qui nous transportent par delà les nuages. Beaucoup de sensibilité. Tu as une belle âme ; c’est certain… Je T’aime ma Soli. 😙😙😙😙

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s