“Pourquoi ce silence? », ou ma schizophrénie ordinaire… suivi de « Je me manque »


Demain est devenu après-demain qui devient demain ou après-demain… ou après après après ou avant.

(Message envoyé ce jour à 14:12. Et lu à 21:40)

 

 

Afficher l'image d'origine

(Ma réponse à 21:42)

Oui, c’est vrai. Je pense que vous l’aurez compris: je passe une période assez « tourmentée ». Quand bien même, le plus gros de l’orage est passé, et que je commence à me foutre un peu de tout et de rien en réalité. L’effet antidépresseurs, sans doute… Jamais pris ça auparavant; et je commence vraiment vraiment à me manquer… je ne me reconnais plus.
Alors est-ce que je remonte la pente? En tout cas, je ne pleure plus, et je trouve que c’est bien con d’avoir autant pleuré pour « ça ». Jamais je n’aurais imaginé que le corps pouvait contenir autant de larmes. Des rivières, j’ai pleuré…. J’ai pleuré l’océan…. Et mal j’avais dans tout mon être, tellement mal que ça ressortait par tous les pores de ma peau… Même que si j’en avais eu le courage… Euh, quoi que… en avais-je envie vraiment? Je ne sais pas, je ne sais plus…. Des fois, c’est comme ça: on ne sait pas, on ne sait plus ce qu’on veut. Si, il y a quand même une chose que l’on sait, une chose dont on est sûre et certaine: c’est ce que l’on ne veut pas… pour rien au monde!!! Donc voilà, quoi…
Oui, hier, j’avais désactivé mon compte Facebook (encore une fois) et désinstallé Facebook de mon smartphone; parce qu’avec le tactile, il suffit qu’un doigt frôle la bulle sur l’écran, et c’est reparti! Mais aujourd’hui, j’ai réactivé parce que j’avais besoin de récupérer un article (intéressant) que j’avais partagé sur mon mur pour « moi uniquement », et dont j’avais besoin pour mon travail de recherches sur la mémoire généalogique…. En retravaillant (pour la énième fois!) la fin de « Souviens-toi d’oublier », les mystères autour de Fanny, mon héroïne, s’éclaircissent… Enfin, vous l’aurez compris aussi (et vous le savez surtout aussi bien que moi): »Les vrais livres doivent être les enfants non du grand jour et de la causerie, mais de l’obscurité et du silence », comme le disait si bien Proust…  » L’art véritable n’a que faire des proclamations et s’accomplit dans le silence”…
(Oups! fausse manip! c’est parti alors que je n’avais pas terminé….)
Enfin bref, tout ça c’était pour dire que (tout) ceci explique (tout) cela: je déconnecte souvent totalement du monde réel… silence, écriture… silence et voire même ce que j’appelle ma schizophrénie ordinaire: l’écriture! Oui la littérature me sauve, puis elle me rend à la vie… Je vous embrasse, à demain… qui deviendra peut-être après demain. ❤

SOlène

 

Réponse (22:03): “En fait mon message était la constatation banale du fait que je n’avais pas, moi, respecté mon : à demain. Et je ne me serais pas permis de vous reprocher la même chose ! Je comprends tellement dans quel état vous vous êtes « fourrée » et pourquoi et il ne servirait à rien que je vous dise qu’ un jour vous n’ arriverez pas à croire que vous avez été cette personne anéantie.  Je vous dis encore à demain… sur Yahoo. Il y a tant de choses à dire, à écrire. Je vous embrasse❤ ”

 

 

(A ceux qui arrivent par la page d’accueil: pour écouter Rose, attendre que la chanson du blog soit terminée)

 

Je me manque

Je sonne creux

J’me contente

De ce que j’peux

Je me cherche

Je sais pas

 

Où chercher

Tellement

J’suis paumée

Tellement

J’suis allée

Loin de moi

Je me manque

Je m’en fous

Je me donne

Rendez vous

Et tant pis

Si j’viens pas

 

Je me plante

C’est comme ça

J’me languis

De celle

Que je ne suis pas

Je me manque

c’est la planque

pour pas vivre

toutes les vies

dont j’aurais eu envie

Ca déconne

Quelque part

J’sais pas où

Faut que j’aille voir

Ailleurs si j’y suis

Je me manque

Je suis bien

Où j’me fuis

Je m’dis rien

Je me flanque

A la porte

Je me mens

C’est comme ça

Je me hante

J’appuie là

Où je suis presque morte

C’que c’est fou

De ne jamais tomber sur soi

N’importe où

Je me retrouve pas

Dans les rues, dans les bars

Ou dans le creux de tes bras

Je me manque

Je m’égare

Je m’oublie

Quelque part

Dans un coin

De ma vie

Faut qu’je change

De trottoir

Faut qu’je fuis

Mon regard

Et l’écrin

De l’ennui

Je me manque

Je m’en fous

Je me crie

Au secours

Et je reste plantée là

Je me manque

Comme je manque

A mes rêves

Mon amour

Me laisse pas tomber plus bas

 

 

19554160_1545703022140751_8082672961896390555_n

« C’est le temps que tu as perdu pour ta rose, qui fait ta rose si importante »..

QUOI DE NEUF TODAY?

Apprivoise-moi*

WHAT ELSE?

« Le petit prince, le renard, la rose et… nous! »*

 

10151823_652814131420830_515237000_n

 

Ô femme après l’amour démantelée et découronnée du désir de l’homme. Rejetée parmi les étoiles froides. Les paysages du coeur changent si vite. –Antoine de Saint Exupéry…

 

L’AMOUR M’A TUER

(Clic)

 

A Toi,  ami (e)  lecteur (trice):

Les yeux du cœur se sont ouverts, et c’est dans cet état d’éveil que le Petit Prince comprit que le Graal qu’il était venu chercher à mille milles de toute terre habitée était depuis longtemps à ses pieds et embaumait sa planète. Les serpents sont les amis des cœurs purs. D’une seule morsure, le Petit Prince, corps de lumière, rejoint sa rose pour des temps sans fin. Le corps, ce qui cache l’âme, n’a plus d’importance pour celui qui connaît l’Amour et le nom de la Rose. Le désert se chargera d’ensevelir cette écorce qui pèse trop lourd.

 

Mon ami, toi qui es à mes côtés, tu es ce Petit Prince qui possède un trésor et tu traverses mon désert. Tu es mon renard si je sais t’écouter et te comprendre, tu es ma rose si je sais te voir avec le cœur. Tu es mon allumeur de réverbère au milieu de mes doutes. Moi je n’oublierai pas la muselière pour mon mouton, car je sais ta rose si importante.

A bientôt!

SO

 

 La légende dit que si une nuit vous ne pouvez pas dormir, c’est parce que vous êtes éveillé (e) dans le rêve de quelqu’un d’autre

Publicités

19 commentaires sur « “Pourquoi ce silence? », ou ma schizophrénie ordinaire… suivi de « Je me manque » »

  1. « Quand tu trouves un diamant qui n’est à personne, il est à toi. Quand tu trouves une île qui n’est à personne, elle est à toi. Quand tu as une idée le premier tu dois la breveter, elle est à toi. Et moi je possède les étoiles car personne avant moi n’a jamais songé à les posséder » -Le petit prince, encore et toujours! .

  2. A propos de fleur, quelques vers de Victor Hugo :

    « L’amour seul reste. O noble femme
    Si tu veux dans ce vil séjour,
    Garder ta foi, garder ton âme,
    Garder ton Dieu, garde l’amour !

    Conserve en ton cœur, sans rien craindre,
    Dusses-tu pleurer et souffrir,
    La flamme qui ne peut s’éteindre
    Et la fleur qui ne peut mourir ! »

    Belle journée ! ❤

    1. Mon p’tit côté intello qui, parfois, reprend le dessus. El les leçons de vie du petit prince à un moment important de ma vie où j’ai besoin de certains éclairages….
      Tu vas bien,toi? Ben tiens, avis de ce pas sur ton blog. Bisous, à tout de suitè.

    1. C’est bizarre, d’ailleurs. Ça m’a pris comme ça, et il a été fait très très rapidement. Bon, c’est du réel. Quant chantons, ses chansons me parlent autant que ta page « emotions et sentiments »…. Je me sent moins

      1. J’ai compris qu’il en manquait un morceau… Mais après plusieurs relectures quand même (fatigue de fin de journée) 😀
        Bisous So… Prends soin de toi egalement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s