« Elle dit aussi que si il n’y avait pas l’amour ni la mer, personne n’écrirait des livres »


 

 

…Seule, perdue dans l’histoire de Lally * (et celle de Fanny * tour à tour), entre dune et sablon, océan et nuages, j’aime ce mélange intime et diffus de sable …Seule, perdue dans l’histoire de Lally, entre dune et sablon, océan et nuages, j’aime ce mélange intime et diffus de sable et de sel, d’embruns et de larmes, qui permet à l’imaginaire de se lâcher… j’écris shootée aux bruines de l’océan et aux couleurs du ciel. A tous les ciels, en fait. Y compris ceux de l’amour. Et des orages de la vie…

(Clic*)

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour tous mes amis, proches ou aléatoires, c’est l’un des plus longs statut que je fais, mais un des plus réels. Tout le monde peut passer à travers quelques moments difficiles à un certain point. La vie nous apporte les épreuves pour nous faire grandir. Saviez-vous que les personnes les plus fortes sont généralement les plus sensibles ? Saviez-vous que les personnes les plus gentilles sont les premières à être malmenées ? Saviez-vous que ceux qui prennent soin des autres sont généralement ceux qui en ont le plus besoin ? Saviez-vous que les trois choses les plus difficiles à dire sont je t’aime, je suis désolé, et tu m’aides ? Parfois, juste parce qu’une personne semble heureuse, il faut regarder au-delà de son sourire pour voir combien de douleur il peut y avoir à l’intérieur. Pour tous mes amis qui connaissent certains problèmes en ce moment, nous avons tous besoin de gestes positifs et surtout d’énergie positive!! Je demande à mes amis où qu’ils soient, de copier gentiment et de coller ce statut pendant une heure pour donner un moment de soutien à tous ceux qui ont des problèmes familiaux, de santé, de travail, des préoccupations de tout genre et qui ont seulement besoin d’une petite pensée réconfortante en guise de baume pour le coeur… La gentillesse n’a jamais fait de mal à personne ! J’ espère voir cela sur le mur de tous mes amis juste pour le soutien que ça peut faire ressentir. Je sais que certains le feront !!! Il faut copier et coller ce message, pas de partage. –Olivier Forgues….

 

 

Seuls les tendres sont vraiment forts

James Dean

 

A Ludivine, ma Coccinelle*

 

 

« Elle comprit que ce n’était ni la mémoire, ni l’amour, ni même la haine qui rendent libre, mais l’oubli. ( Carla Guelfenbeirn, Nager nues)….

 

Publicités

8 commentaires sur « « Elle dit aussi que si il n’y avait pas l’amour ni la mer, personne n’écrirait des livres » »

    1. e me manque
      Je sonne creux
      J’me contente
      De ce que j’peux
      Je me cherche
      Je sais pas

      Où chercher
      Tellement
      J’suis paumée
      Tellement
      J’suis allée
      Loin de moi

      Je me manque
      Je m’en fous
      Je me donne
      Rendez vous
      Et tant pis
      Si j’viens pas

      Je me plante
      C’est comme ça
      J’me languis
      De celle
      Que je ne suis pas

      Je me manque
      c’est la planque
      pour pas vivre
      toutes les vies
      dont j’aurais eu envie

      Ca déconne
      Quelque part
      J’sais pas où
      Faut que j’aille voir
      Ailleurs si j’y suis

      Je me manque
      Je suis bien
      Où j’me fuis
      Je m’dis rien
      Je me flanque
      A la porte

      Je me mens
      C’est comme ça
      Je me hante
      J’appuie là
      Où je suis presque morte

      C’que c’est fou
      De ne jamais tomber sur soi
      N’importe où
      Je me retrouve pas
      Dans les rues, dans les bars
      Ou dans le creux de tes bras

      Je me manque
      Je m’égare
      Je m’oublie
      Quelque part
      Dans un coin
      De ma vie

      Faut qu’je change
      De trottoir
      Faut qu’je fuis
      Mon regard
      Et l’écrin
      De l’ennui

      Je me manque
      Je m’en fous
      Je me crie
      Au secours
      Et je reste plantée là

      Je me manque
      Comme je manque
      A mes rêves
      Mon amour
      Me laisse pas tomber plus bas

  1. Je me suis pris les pieds dans l’bonheur
    Par hasard ou par erreur
    Il m’suit partout il’m’colle aux s’melles
    Il me rend conne il me rend belle
    Il ramène sa fraise quand je flanche
    Il s’en fout bien de mes nuits blanches
    Il m’ferait presqu’aimer les dimanches
    Presqu’aimer les dimanches

    Je m’suis empêtrée dans l’bonheur
    Avec sa p’tite gueule d’imposteur
    Il se déguise mais j’l’ai à l’oeil
    Il virevolte comme une feuille
    Il trafique mon désespoir
    Il s’en fout bien de ma mémoire
    Il m’fr’ait presqu’arrêter de boire
    Prequ’arrêter de boire

    J’me suis laissée prendre par l’bonheur
    J’me suis faite avoir en douceur

    Comme une bleue et dans le noir
    J’lai pas vu v’nrir ce salopard
    Il m’fait du charme il me tente
    Il s’en fout bien de mes attentes
    Il m’f’rait même oublier d’être chiante
    Presqu’oublier d’être chiante

    J’l’avais dans la peau le chagrin
    J’m’en étais fait un bon copain
    J’me s’rais même pendue pour un rien
    J’me s’rais même pendue pour un rien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s