INTRO


Si j’avais su plus tôt… si j’avais compris plus tôt surtout !

Le monde de SOlène, le blog

« Quand vous menez une femme à l’amour… qu’elle se désarme, se rend vulnérable et vous regarde de ces yeux là, ces yeux qu’on devine sans les voir… qu’elle déborde du don comme pour seul refuge… qu’elle n’a pour vous qu’abandon… vous n’avez plus aucun droit de trahir cette confiance, plus aucune légitimité à la décevoir…. Quand par excès d’égoïsme ou d’orgueil, de bêtise ou de colère vous la rendez minable et honteuse vous devenez coupable … coupable et criminel… » -Alain Nidam

"Le salaud l'a tuée. De chagrin! Parce que comme ça, on retrouvera pas l'arme du crime" -Nico « Le salaud l’a tuée. De chagrin! Parce que comme ça, on retrouvera pas l’arme du crime » -Nico

 Qui s’est inspiré de Mélodie en Sous sol:

– Un jour, c’est ton père et moi que tu tueras! De chagrin ! – Et bien, comme ça, on retrouvera pas l’arme du crime ! G.Montero/A.Delon

« Lorsque nous aimons, nous déposons nos défenses, nous abattons nos barrières, nous laissons entrer au cœur de ce que nous avons de plus vulnérable en nous, l’imprévisible de l’autre -Jacques Salomé… « Lorsque nous aimons, nous déposons nos défenses, nous abattons nos barrières, nous laissons entrer…

Voir l’article original 173 mots de plus

PAROLES D’AMOUR


Il ne faut écrire qu’au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l’encre un morceau de ta chair reste dans l’encrier.

Léon Tolstoï.

Le monde de SOlène, le blog

L’amour est une parole  de  lumère

 écrite d’ une main de lumière

sur une page de lumière

Khalil Gibran…

Afficher l'image d'origine

Tout de suite là, dans la pièce…   toi, les premières lueurs de l’aube et moi. Toi comme une fibre dans la réalité, et moi dans l’odeur du café, la fumée de cigarette qui entoure l’écran de l’ordi, et s’élève, d’abord grise et puis bleue comme un rêve…  En même temps c’est à peine si j’ose sourciller de peur que –pffft !

Parce que oui, ce bonheur là de sentir ta présence dans l’absence est rare, fragile, furtif et toujours provisoire. Comme un rêve exactement, tu n’es jamais tout à fait là…Même si je ne m’en aperçois pas forcément au moment où je commence à t’écrire -ma façon à moi de rester auprès de toi, de ne plus te quitter… de vivre uniquement de ta vie et partager tous les instants…Ces instants-là…

Voir l’article original 344 mots de plus