Cherche Fanny désespérément


Ce sont les mots les plus silencieux qui amènent la tempête. Des pensées qui viennent sur des pattes de colombes mènent le monde. -Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885), Friedrich Wilhelm Nietzsche…. 

 

pixiz-04-04-2017-09-10-36

MON AMIE FANNY A DISPARU -Leila était déjà venue la veille, pour signaler cette disparition qui n’inquiétait qu’elle. En fait, un adulte qui disparaît, c’est banal à pleurer, et il n’y avait qu’elle, Leila, pour renifler aussi peu discrètement, alors qu’elle venait de lancer la procédure de signalement et de recherche officielle auprès des services compétents, comme il est prévu dans l’article 6 de la charte de l’Accueil du public et l’assistance aux victimes, affichée dans le commissariat de police….

Afficher l'image d'origine

“Banal à pleurer”, certes. Et on le sait bien: “tout majeur disparu peut lors de sa découverte, s’opposer à la communication de ses nouvelles coordonnées”. Mais il arrive aussi qu’il s’agisse d’une “disparition inquiétante”.

En tout cas, voila: c’est le début d’une intrigue qui, tout au long de l’enquête, va nous emmener de Paris à l’Île de Ré en passant par les volcans d’Auvergne à la recherche de la mystérieuse Fanny. De rebondissements en rebondissements -au prix de quelques sueurs froides parfois, ce sera pour nous l’occasion de rencontres avec des personnages hauts en couleurs, au profil psychologique déconcertant, et, qui pour le coup, ne montrent pas toujours un côté très rassurant de leur personnalité…

Bref, du SOlène, nouveau crû “non filtré” amer et doux à la fois; Et en même temps grisant comme le petit blanc d’Auvernier dont elle nous a touché deux mots à son retour de Suisse (Voir l’ article Un soir et tant d’autres…)

   Bonne lecture! A bientôt!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis un fan de Solène! Lire la disparition de Fanny et tenter de solutionner l’énigme, au fur et à mesure des chapitres publiés sur son blog, ça été du gâteau pour moi. Je me suis creusé les méninges mais surtout, je me suis bien amusé. Dommage que ses livres ne soient pas disponibles chez moi, au Québec –Amicalement -Jean-Claude.

Le suspense est entier! Reste à savoir si Fanny l’est encore… je veux dire, entière. Un style efficace en tout cas. –  Nicolas Gautun * sur Wattpad (Nicolas est administrateur du MDS sur FB. Très talentueux, il écrit également)

16996365_1248058521895977_3481626437320103424_n

Nicolas (sur Wattpad encore) : « Je suis d’accord avec André, l’image des bulles de savon est très pertinente, pourvu qu’en effet elles n’éclatent pas. L’homme de la forêt et ce fameux magicien sont-ils la seule et même personne? En tout cas, j’espère que ce magicien n’a pas fait un méchant coup du lapin à Fanny ! »

André (sur Wattpad également) : «  Vous voulez que je vous dise? Eh bien, lire un chapitre de « la disparition » en remplacement des croissants avec le café du réveil….ça le fait grave, je kiffe trop.

La description des scènes et des sentiments semble tellement vraie! On les voit vraiment les bulles de savon, on les entend les rires des mômes.

Chaque chapitre est un plaisir »

 

13219678_1068770156495769_1055095106_n

« Pour l’écrivaine: la plume, l’encre et l’encrier » -Sylvain, Venise, le 14/05/2016 …

Cet après-midi-là, du mardi, Gladys était venue attendre Leila à la sortie de son travail. A 17 heures, le soleil tapait fort encore. Ni l’une ni l’autre n’étant pressée d’aller s’enfermer, elles avaient décidé de rentrer à pied Et c’est ainsi que, chemin faisant de Saint Michel au boulevard Saint Germain, leurs pas les avaient portées jusqu’au JARDIN DU LUXEMBOURG *.

C’est donc là qu’on les retrouve, assises sur un banc –jambes croisées, leur sac à main sur les genoux, dans une attitude familière et complice, avec leurs têtes qui se rapprochaient inconsciemment, par moments. Pourtant, elles ne se parlaient presque pas. Gladys regardait une mouflette qui faisait des bulles de savon, comme si elle s’attendait à voir Fanny réapparaître de cette façon… Et pourquoi pas, après tout ? En tout cas, le souvenir irisé de Fanny revenait, semblable à ces bulles de savon bleutées et transparentes que Gwladys suivait des yeux, alors qu’elles voletaient dans l’air, éphémères… Oui, éphémères comme Fanny, car appelées à éclater et disparaître à chaque instant, elles aussi. Mais en même temps, incroyablement tenaces. Comme le souvenir de Fanny… Fanny là-bas, dans l’extrêmement lointain des espaces infinis et le silence assourdissant des solitudes sauvages, mais c’en était limite miraculeux, car Gladys ne pouvait pas imaginer Fanny, autrement qu’avec son p’tit sourire en coin et ses mèches brunes sortant de sa casquette de base ball.

-Tu te rappelles, Leila, le jour où elle t’a sorti que tu regardais les gosses avec l’expression d’une vache qui verrait un train passer ?

-C’est dingue, ça, Gladys ! Je pensais exactement à la même chose que toi !

Si Leila se rappelait… Et comment !!! Fermant les yeux encore une fois, elle revit la scène : les rires des mômes qui cascadaient autour du bassin… le ciel qui était d’un bleu lumineux par endroits, et les nuages blancs qui cachaient le soleil d’hiver… Aussi Fanny qui n’en était qu’au début de son histoire avec son auvergnat, avait dit ça sur un ton léger. Elle resplendissait, assise ici, sur ce même banc où elles étaient trois.

SOlène

(Tous droits réservés)

14344134_1106545242714381_8716694116314271859_n

WHAT ELSE?

Quelques extraits  ( des chapitres 26, 27 et 28)

FANNY*

LULLABY*

L’origine des choses*

La suite et la fin  avec le roman à télécharger en entier* prochainement sur amazon*

(Vous en serez les premiers informés dés la mise en ligne)

14956032_1142669885768175_5846693367362133615_n

 

La beauté et la grandeur de la mer viennent de ce qu’elle nous contraint à descendre dans les profondeurs fécondes de notre âme où nous nous confrontons avec nous-mêmes, en nous recréant -Carl Gustav Jung…

 

 » La bonne musique ne se trompe pas, et  va droit au fond de l’âme chercher le chagrin qui nous dévore. »  -Stendhal…

Vous entendez « Trousse chemise » par la Maison Tellier

11222418_893325734035926_1946315752758188809_n

L’équipe du MDS* sur Facebook vous remercie de votre fidélité et vous souhaite une agréable journée. A bientôt!

 

Publicités

17 commentaires sur « Cherche Fanny désespérément »

  1. Dans le petit bois de Trousse chemise
    Quand la mer est grise et qu’on l’est un peu
    Dans le petit bois de Trousse chemise
    On fait des bêtises souviens-toi nous deux
    On était partis pour Trousse chemise
    Guettés par les vieill’s derrièr’ leurs volets
    On était partis la fleur à l’oreille
    Avec deux bouteill’s de vrai muscadet..
    On s’était baignés à Trousse chemise
    La plage déserte était à nous deux
    On s’était baignés à la découverte
    La mer était verte, tu l’étais un peu
    On a dans les bois de Trousse chemise
    Déjeuné sur l’herbe, mais voilà soudain
    Que là, j’ai voulu d’un élan superbe
    Conjuguer le verbe aimer son prochain.

    Et j’ai renversé à Trousse chemise
    Malgré tes prières à corps défendant
    Et j’ai renversé le vin de nos verres
    Ta robe légère et tes dix sept ans
    Quand on est rentrés de Trousse chemise
    La mer était grise, tu ne l’étais plus
    Quand on est rentré la vie t’a reprise
    T’as fait ta valise t’es jamais r’venue.

    On coupe le bois à Trousse chemise
    Il pleut sur la plage des mortes saisons
    On coupe le bois, le bois de la cage
    Où mon cœur trop sage était en prison

    1. Bonjour Michèle, désolée de ne répondre que maintenant. Tu vas bien? Pour répondre à ta question: oui dans un deuxième temps. Je vous le dirai de toutes façons. Gros bisous, à bientôt.
      PS: suis sur le départ pour la Suisse. Et j’aurai plus de temps après les vacances scolaires de Pâques 😉

  2. il faudrait bien que j’oublie en ce moment .. la tête est trop pleine et je suis à côté de la plaque .. je cherche désespérément une tête de rechange ! HE HE ! biz ma So

    1. Dodo, un bon gros dodo, des fois…. rien de tel pour vider la tête.
      Et puis…. et puis…. tu sais quoi? « Pourquoi penser dans un monde où le présent existe…. « hein pourquoi. 😉 😙💗

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s