L’OUBLI


16763496_1238849652816864_24060954_o
Comme un doux parfum de renouveau, le printemps n’est plus très loin…

Afficher l'image d'origine

C’est arrivé un soir de février presque printanier, qu’une odeur d’encre embaumait. Tout simplement vêtu des mots de l’amour qu’on n’avait pas encore fait, il est entré dans ma vie, pour y suivre le cours de mes pensées d’autant plus facilement que tu en étais absent. Envoyé de l’invisible telle une poignée d’étoiles, je l’ai pourtant vu de mes yeux vu… Il était là, dans cette pièce où il décollait le chagrin des murs. Et lorsque les souvenirs ne furent plus que lambeaux dans le coin le plus sombre de ma mémoire… je l’ai vu de mes yeux vu, caresser la chair de la page blanche, et, pour la première fois depuis longtemps, je me suis endormie dans le lit d’une voix qui n’était pas la tienne… Ce n’est que le lendemain, dans l’instant éphémère des choses et le clair obscur des sentiments, qu’enfin j’ai compris… Car au même moment, le facteur temps m’apportait l’heureuse nouvelle qu’est l’oubli qui précède tout nouvel amour. Je ne m’attendais pas à ressentit cette petite joie, j’n’voulais surtout pas t’oublier. Mais elle était là, comme une évidence dans l’instant et l’indéfini du ciel. Et cet instant-là, tu vois… je l’ai vécu comme une éternité, dans la certitude que ce qui n’est plus, n’a jamais existé.

SOlène -Extrait de  « Jardin secret », recueil de textes courts

Tous droits réservés

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nul bonheur, nulle sérénité, nulle espérance, nulle fierté, nulle jouissance de l’instant présent, ne pourraient exister sans faculté d’oubli -Nietzsche….

WHAT ELSE?

SOUVIENS-TOI D’OUBLIER*

Publicités

33 commentaires sur « L’OUBLI »

      1. L’inconnu n’est peut-être pas « un », tu sais Tony. L’eau coule sous les ponts, comme l’encre au fil du temps. J’écris sans filet, au bord… tout au bord de l’irréel, entre souvenirs, sensations, imaginaire…

      2. Intemporelle…. c’est bien la première fois que je suis ainsi qualifiée… Limite  » immatérielle »…. ou inscrite dans la durée, étrangère au temps…. invariablement…. en fait, ça me fait bizarre….
        Autrement dit, je ne me reconnais pas dans le mot 😃

    1. Tu avais raison, je t’ai retrouvée dans les indésirables. Non mais, ça ne va pas WordPress?! Il ne faut pas faire ça à Michèle.
      Beau dimanche après-midi, Michèle :* Et pardonnons-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. 😉

      1. Oui… je vais mettre un mot ce soir sur le blog… pour l’instant ça a l’air de passer depuis la tablette… même pas certaine en plus…. pfff surtout que je n’utilise quasiment plys mon ordi portable… juste pour transférer mes photos…
        Merci d’être descendue à la cave ☺☺ je n’y ai pas vu de vin ni même de cognac. .. c’est pas sérieux ça 😃😂😁

  1. @mélie: Euh…. j’avoue que non, je n’ai pas la réponse. Je pense juste qu’il y a un temps pour tout. L’oubli vient en son temps. Alors les sentiments cachés dedans? Avec le lâcher prise, qu’en reste-t-il? Je ne sais pas. Je ne sais plus 😉

  2. Coucou Solène ! c’est très beau et si terriblement juste. En amour, je mets toujours beaucoup de temps à oublier.. il y a des moments où l’on croit couler, on plonge, on se sent attirer par les profondeurs obscures et puis le temps fait son effet et nous voilà « réparé ».. On pourrait en parler longuement. Ta citation est aussi très belle. Je te souhaite, l’écriture est un excellent moyen d’y parvenir, de retrouver une forme de paix intérieure. Mais l’amour c’est vraiment ce qui provoque le plus de dégât. La dépendance affective c’est si difficile à vivre. Je suis toujours touché par tes textes, alors merci pour ce beau partage Solène ! Bises bretonnes pour toi 🙂 🙂

    1. Coucou Frédéric! Tu sais, ces textes ne datent pas d’hier. Mais je les ai relu récemment, et comme je l’ai avais réunis dans un recueil dans l’ordre, j’ai trouvé qu’il y avait une cohérence. Ils racontent l’histoire. C’est bizarre d’ailleurs parce que je ne me reconnais pas forcément dedans. Quoi que…. Mais bon, c’est vrai que je suis passée à autre chose; que tout va bien… et j’ai acquis une belle sérénité.  » Réparée » comme tu dis.
      C’est que j’ai trouvé intéressant à la relecture, ce cheminement de reconstruction… les rechutes parfois…. la vie, en fait.
      Et puis en parallèle, j’ai écrit « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne ». Le titre veut tout dire. 😃
      Et sinon, je vais m’absenter de WordPress comme je l’expliquer dans mon dernier billet, le temps de mon séjour à Paris. Mais comme il y a le Wi-Fi dans l’appart’ hôtel, j’essaierai de passer sur vos blogs. Je ne posterai pas d’articles, mais j’essaierai de ne pas prendre troo de retard dans la lecture de vos articles.
      C’est passionnant, divertissant et enrichissant la diversité d’un blog l’autre…
      J’aime beaucoup WordPress.
      Merci à toi. Bisous et à bientôt 😘

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s