De l’autre côté de moi


« Bonsoir. Au risque de me trouver maladroite, stupide, curieuse, impolie, etc , je me permets de te poser une question : qui es-tu réellement ? ton profil m’intrigue, je lis des extraits de livre qui me plaisent beaucoup, tu dis ou écris des choses insolites, je ne sais pas ce que signifie exactement le bla-bla etc, bref tu m’intrigues vraiment (dans le bons sens du terme rassure toi) et pas depuis hier !!! ….Qui es-tu ? ….puis finalement, j’ai d’autres questions… si si si ! j’ose !!! où peut on trouver tes livres en province ? est-ce ton métier ? etc etc ….curiosité insatiable ….. »

Afficher l'image d'origine

Qui suis-je? Tout un poème! Ah, si j’m’écoutais, comment qu’ j’me laisserais emporter, et toute entière encore, par ce rythme magico-mystique qui transforme l’univers en un rien d’temps. Tu n’aurais qu’à me dire « cap », et tu verrais avec quel doigté inspiré j’peux te la jouer grandiose. Un seul mot de toi, et je partirais good-looking au quart de tour, histoire de te montrer comment qu’on fait du beau avec du moche…  Et tu n’aurais never never jamais rien lu d’aussi beautiful.

Bon, allez plus sérieusement, c’est l’heure… l’heure du premier café devant l’ordi et je vais tenter de répondre à cette amie-lectrice. Mais, encore une fois:Comment répondre le plus justement possible à cette question qui m’est si souvent posée ?

Qui es-tu SOlène?

 Renvoyer la personne demandeuse à  TOUT sur « L’orage ou la flûte, le Blablablog.com »*  et TOUT sur « Le T-shirt blanc, Meetoc réel »*, mes deux premiers romans (publiés), pour commencer (? ) Ou même encore -pourquoi pas, tout simplement à la lecture de mon blog « Le monde de SOlène »:ma vraie vie et l’écriture sans filet, au bord… tout au bord de l’irréel, entre souvenirs, sensations, imaginaire...

Je suis les paysages de mes romans*,  ceux de mon enfance*; ceux de mes voyages* … J’ai même envie de dire que l’écriture en est un… un de mes plus beaux voyages ! Avec la vie. Et que la musique en fait partie.

Parce qu’on est quoi, en fait, dans la vie, sinon ce ce qu’on lit*, ce qu’on écrit….? Alors oui, je suis les voix de Zélie (de « L’orage ou la flûte), Sohanne (du « T-shirt blanc »), Fanny* ( « Souviens-toi d’oublier »),  Lally* (de « Betail intime, journal d’une conne qui se soigne »), je suis mes héroïnes, ces filles de papier… Mais en même temps, je ne suis pas vraiment elles.

On est non seulement ce qu’on aime, mais également, et surtout QUI on aime, ou qu’on a aimé  et là, ça devient soit trop simpliste, soit carrément complexe, et donc je n’irais pas jusqu’à vous parler de qui j’aime ou j’ai aimé . Mais plutôt de ce que j’aime…

Comme le bruit de la mer ; si semblable à celui que fait le champagne dans son verre et dans sa mousse… Mais aussi, et surtout, celui des mots ; subtil cocktail qui se mêle, s’emmêle à toutes ces mélodies -longues caresses pour l’ouïe, que l’on écoute en boucle… Ou même encore, quand la magie opère, celle beaucoup plus mystérieuse car silencieuse d’une écriture juste, qui fait d’un texte un morceau inoubliable, grâce à cette voix qui résonne en nous longtemps après avoir refermé le livre… Miracle dormant, on voudrait qu’elle ne s’arrête jamais cette musique qui élève l’âme. Oui parce qu’elle est porteuse d’éternité. Comme la mer exactement. La mer qui dure depuis le commencement…

Voilà, je suis un peu tout cela à la fois : fille de l’océan. Et du vent, parce que insaisissable pour qui voudrait forcer la porte de cet autre côté de moi, que j’appelle l’intimité. Mon intimité où l’on n’entre pas sans en avoir la clef.

J’espère que mes réponses vont SATISFAIRE les (moins) curieux  ( et non, l’écriture n’est pas métier; mon métier, c’est le markéting). Les autres… (ceux qui ne m’ont rien demandé) n’en apprécieront que d’avantage le mystère.

Sincerly Yours

Votre fidéle servitrice plumitive.

SOlène

PS: Je viens de repenser  à un commentaire de mon ami  Giovanni Portelli qui un jour a écrit: « comment vous ne connaissez pas SOlène, mais vous étiez où ces dernières années?! » Bref un truc dans ce gout-là, et qui m’avait beaucoup fait rire.

Le plus beau sentiment du monde c’est le sens du mystère. Celui qui n’a jamais connu ça, ses yeux sont fermés –Albert Einstein…

Qui es-tu mystérieuse « plume » dont on identifie les textes mais pas l’esprit qui les dicte? Passionnante intrigue…

Bien à vous (à toi ? Oui à toi). Je ne vous fais pas part de mon amitié. Il s’agit plutôt d’un intérêt étrange que je vous porte, mélange de sympathie et de curiosité. Peut-être même d’une petite fascination inexplicable.

Matthieu Brillant*

(Un autre message du genre, j’ai juste changé le nom du signataire* pour le reprendre  dans « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne » 😀 )

WHAT ELSE?

L’émoi c’est tout dans la vie ! Faut savoir en profiter ! L’émoi c’est tout dans la vie ! Quand on est mort c’est fini ! A vous de comprendre, émouvez, Bon Dieu ! Trouvez la palpite, nom de foutre ! La fête est là ! Enfin quelque chose ! Réveil ! Allez robot la crotte ! Merde ! Tranposez ou c’est la mort ! Ne vous occupez pas tant de moi-même ! Faites marcher votre petit coeur ! Ce sera ce que vous en ferez ! L’orage ou la flûte ! Comme aux Enfers ! Comme chez les Anges !

NB: cette citation n’est pas de moi mais de L-F C, il m’la prêtée…

photofunia-1485764837

Dites, vous reprendrez bien un  un p’tit peu d’émoi *avec votre kawa? En tout cas, merci, un tout grand MERCI du ❤ à vous qui passez, commentez, partagez (j’aime cette interactivité d’un blog à l’autre)… pendant que j’avance dans mon livre comme on avance dans la vie, avec des incertitudes et du suspens.

Bonne semaine à toutes et à tous, à bientôt.

CELLE QUI S’EN VA…


Et combien c’est terrible parfois d’être celle qui toujours, s’en va, pour espérer toujours pouvoir un jour, ne plus vouloir partir. Tu es fille d’éternité ma douce et tendre Solène, Parce que tu pérennises tes voyages au travers des mots que tu égrènes; Fille de tous les beaux rivages, confiant tes joies et tes peines, aux vagues, aux vents et aux nuages. Je t’aime très fort ma Soliplume.

Chrys

14364674_1101495869885577_2269024928500326132_n

Afficher l'image d'origine

C’est plus fort qu’un vent du large cette voix du dedans qui me souffle « va-t-en! », alors que j’émerge à peine de cet affreux cauchemar où je te cherche dans la forêt sans jamais te trouver… Et j’ai beau me raconter de belles histoires remplies d’étoiles et de couchers de soleil sur les sommets, rien n’y fait. J’bois mon premier café d’la journée au bord de la fenêtre et des larmes, cherchant du regard dans le ciel plombé un semblant de saison, au dessus de tes montagnes encore noyées dans le brouillard… Car je sais bien au fond que je rêve déjà du grand soir où le mot « fin » s’inscrira sur la page blanche de mon écran; qu’toute façon je suis comme ça, toujours à l’aube d’un ailleurs à cause de ce trop plein d’émotions qui fait de moi celle qui s’en va tout le temps on the road again, voir ailleurs si elle y est…

 

Partir et me perdre en barque dans le marais poitevin, disparaître après au bout de mon île, là-bas… tout là-bas, entre deux continents, où seul l’océan me tranquillise le temps d’une escale de paix intérieure…  Mais là encore, il suffit d’observer le ciel un moment  en écoutant le vent du large, pour comprendre que je serai toujours celle qui s’en va plus loin que la mer, pour se perdre et disparaître dans les mots, où pour se retrouver, elle devra d’abord tout refaire pour la première fois. Or c’est parce que les mots sont dérisoires justement, que je serai toujours celle qui s’en va…

SOlène -Extrait de « Jardin secret », recueil de textes courts.

Tous droits réservés.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :

(…)

Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Baudelaire

 

Pascale Devignej’aime bien quand tu restes aussi…
Pascal-Olivier Dubois euhhh….pour laisser se porter par le vent des mots, découvrir et renaitre …Les mots sont comme le vent qui te porte …. pas une fin mais un moyen …
Pascale Devigne un moyen d’avancer, avec des doutes mais tant d’espoir…
Isabel Fernandez Solène, tes mots sont légers et doux, ils ne s envolent pas et restent dans nos cœurs. Pars mais reviens toujours! amicalement et chaleureusement;
Nadine Facchinetti trés trés beau se clip, à faire pleurer, je ressens la méme chose ;bisous soléne
Nathalie Lebar merci…. solène le texte est super et la video se melange bien avec les mots pleins de douceur et d amour merci …♥♥♥
Adèle PeterMerci Solène! Magnifique!!!!•●♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥●•
Evy Thomas Si tu voulais nous faire pleurer,c’est réussi ….:-))) Superbe,merci Solène ,bonne soirée,bisous .
Eve Tapie Magnifique vidéo aux images si esthétiquement choisies et aux paroles si poignantes et belles. Merci Solène 🙂
Frédéric Boulogne Merci SOlène, biz 😉
Lionel Hubaut hummmmmmmmm, p’t’être écrire une ‘tite chanson après ça! 😉

Marie Paule Delacour

en train de devenir addict du monde Solène!:) merci à toi! comme je n’arrive pas à mettre de « coms » sur tes blogs ,t’enverrai un petit mot en privé :)douce nuit!
Coutin ChristopheOn entend la barque glisser, c’est vraiment beau, j’aime.
Lionel Hubaut oui Christophe, c’est merveilleusement poétique!!!
Michel CipolatSuperbe pour ne pas changer Solène…
Merci pour le partage..
Bonne fin de soirée à toi, amitiés, bisous.
Nadine Facchinettimoi ça me touche au plus profond de moi, car je pars tout le temps merci soléne pour ce beau morceau de réve
Amélie Moreau Merci Soléne ça me fait enormement plaisir !
Jacqueline Assassian joli çà, des petits papiers (de riz ou d’arménie) on dirait, émouvant solène et joliment exprimé♥♥
Anne-claire Tschudi C’est beau. Comme quoi les peines d’amour ont cela de « bien » qu’elles sont des trésors d’inspiration 🙂
Annie DelasalleC’est très beau SOlène et tout plein d’émotion, merci l’Artiste ! L’écriture est une forme de voyage, alors surtout largue les amarres pour ne jamais t’arrêter, pour notre plus grand plaisir, ♥
Lionel Hubautouiiiii Anne-claire! Les peines, mais les joies aussi… Tout dans l’amour est trésor d’inspiration! 😉
Annette BédardSolène, j’ai tout lu et comme je comprends ce sentiment.
Chrys Mas ♥… T’ai laissé tit mot là bas 😉
Bonne journée minette ! =)
Frédéric BoulogneHum moi voudrais bien être enrichi et connaître un peu plus de toi SOlène, le problème est que le livreur ne le voit pas du même oeil ou se pourrait-il qu’il lise ces deux romans que j’attends. 😥
Michel CipolatSe perdre dans les flots bleus, Parfois bien tumultueux Mais de par tes mots nous sommes heureux.
Chrys Mas J’vais prendre des actions chez kleenex… Chipie…
Tendresse, Soliplumette…♥
Ta ChouQdetoi
Joelle Pouchainquand c’est fini, c’est fini, ya plus rien à y faire….. qu’à s’en aller!

Brigitte Lavaud

Uuuu.mm..cette voix…touchante, sensuelle qui murmure dans le creux de notre oreille,naturellement…animée par le désir manifeste de « rendre service à notre p’tit coeur si fragile..elle émeut,bien sûr et nous met à vif,comme une grande « b…rûlée »,on SOUFFRE..mais ce chagrin causé ne nous ennoblit-il pas?…Est-il possible que la vie ne soit qu’une succession d’actes destinés à se nourrir pour la conserver?…et il nous reste à trouver ce que l’on fait sur terre!..la peur de l’abandon,pourrrrQUOI?…On se dérobe à une douleur insoutenable…et POURTANT…..JE…….
SO..♥ .♥ .♥ .
Brigitte Lavaud <<< GoOoOod Bye mY LoOoOoVe……>>>..et se REPOSER dans la RAISON!..;D.
Claude De Fusco Merveilleux texte…Partir l’echapatoire qui soulage de tous les maux;et nous grandit…
Sylvette Compagnon Où tu choisiras d’aller, sois bien certaine que nos pensées affectueuses et notre présence aimante te suivront.
Bon vent et hugs ma SOjolie ♥
Marquez Lisa fasse que les vents te pousseront sur des rives d’amour
Lionel HubautTu sais quoi Solène… ce matin je me suis réveillé en pensant à ta vidéo (sic) laquelle m’a fait repenser à cette douce musique!!! (tout ça les yeux à peine ouverts… ben oui, j’chu comme ça!) :)))

Spring in the Tibetan Grassland NoteCoeur rouge

Sophie Nessance Génial SOlène, j’ai adoré, merci et continue d’écrire et de nous faire connaître ces merveilles 🙂
Jean-Marie FeretteMerci de tant phrases en dentelles
Françoise Tabary Baron je ne partirai jamais plus loin que la mer car je fais corps avec elle
Amélie MoreauJ’aime beaucoup ton texte il est magnifique ! Comme toujours ! ♥♥
 Kristo Paysdesmerveilles Assis au bord de l’Ariège au pied de la maison avec « Le T-shirt blanc »….. Que du bonheur!!! Bisous Et merci SOlène

Amélie Moreau J’apprécie beaucoup Facebook car grâce à ça je te connais et j’ai lu ton livre ! Je ne pense pas que je l’aurais trouvé un jour