Un soir et tant d’autres…


Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant.

Marcel Proust

 

En mode « rêverie contemplative »…

 

C’était un soir comme aujourd’hui; un de ces moments à la fois rares et presque ordinaires, à l’heure où la lumière se fait douce et les choses prennent d’autres couleurs dans l’instant qui se fige soudain empreint de sérénité. C’était le dernier dimanche de juillet, la veille du 1er août, jour de la fête nationale Suisse; je commençais à compter les jours. Ou plutôt non, je ne voulais pas encore les compter, ne surtout pas penser au retour dans mon pays d’agités. Cinq  semaines sans regarder la télé et sans lire, sinon quelques pages sur la plage… Cinq semaines à être juste avec toi. Trop bien! Et donc ce dimanche-là, on avait passé l’après-midi à se balader,  Bevaix avant l’orage… Auvernier entre les gouttes, fondue à la Golée…et promenade digestive au bord du lac après l’orage… où là, on s’est assis sur un banc en mode “rêverie contemplative”. On s’est tout dit, on ne s’est rien dit. Juste un instant d’éternité. Et l’on sait toi et moi, combien c’est long l’éternité. Surtout vers la fin. Et… que c’était bien!!!

SOlène

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Bevaix est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district de Boudry.

(Wikipédia)

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Auvernier est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district de Boudry.

La commune d’Auvernier relate depuis plusieurs siècles, d’une forte tradition viticole.

En 2014, elle comprend 6 domaines viticoles : Domaine de Montmollin S, ADomaine du Château d’Auvernier, Domaine de La Maison Carrée, Cave et Distillerie de la Ruelle, Encavage de Brena vins, Encavage J.-M. Henrioud…

(Wikipédia)

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pinte La Golée

On peut boire…

…tous les vins des encaveurs d’Auvernier, une sélection de crûs au verre est proposée et varie chaque quinzaine
…des spécialités de saison telles que le chasselas non-filtré ou le milène (moût en première fermentation)
…un choix de bières artisanales
…quelques propositions de vins français
…plusieurs whiskys renommés
…un assortiment de minérales et de thés divers

On peut manger…

…les fondues au fromage :
La fondue Golée
La fondue au non-filtré
La fondue aux bolets

…des tommes, chorizos, assiettes de lard, assiettes, froides, assiettes de viande séchée
…des saucissons au marc, des saucissons en croûte
…des lasagnes
…des meringues à la crème

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On ne se souvient pas (forcément) des jours, mais des moments…

 

13872636_1070888999613339_7502607056069920180_n

BEVAIX…

 

“Il arrivera un jour où nos souvenirs seront notre richesse.” -Paul Géraldy…

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les souvenirs, il suffit de les choisir pour se faire la plus belle des soirées…” – Lise Blouin, D’Elise à la folie…

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une torrée (du Latin « torrere », rôtir) est une tradition neuchâteloise qui consiste à préparer un grand feu dans un pâturage du haut du canton et à y faire cuire sous la cendre des saucissons et des pommes de terre. Elle se pratique traditionnellement en automne (après le retrait des troupeaux) mais on peut néanmoins en organiser toute l’année à condition de trouver un endroit propice.

Traditionnellement le saucisson était emballé dans plusieurs feuilles de chou puis dans du papier de journal humidifié. Le feu allumé tôt dans la matinée devait, vers 10 heures, n’être plus qu’un monceau de braises sous lesquelles on enfouissait les saucissons et les pommes de terre sans autre protection. On recouvrait alors les braises de branches vertes de sapin qui produisaient une colonne de fumée blanche et odorante. Il arrivait souvent que les pâturages soient parsemés de ces fumées. Le vin de Neuchâtel accompagne le délice traditionnel tout juste sorti des braises.

De nos jours, la torrée est souvent prétexte à une réunion festive entre amis. Elle peut être assimilée à un pique-nique puisque, même si le saucisson neuchâtelois est indispensable, on y trouve souvent de nombreux autres apports culinaires tels que les cervelas, de nombreuses salades et toutes sortes de desserts.

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

De beaux souvenirs, c’est peut-être ça le bonheur.

Jean-Marie Poirier, Le prix du bonheur

13935129_1070028256365672_2350101446650283928_n

De retour sur FB et ici!

QUOI DE NEUF TODAY?

WHAT ELSE?

L’AMOUR M’A TUER

 

13754480_1058925124142652_5076706284450002266_n

Lecture en cours…

Un roman magistral, bref et violent comme un uppercut, cinglant comme un alcool, et qui ronge comme un acide.

Richard Cavanno, Le Nouvel Obs, à propos de Dies Irae

Dies Irae *

 

 

Publicités

8 commentaires sur « Un soir et tant d’autres… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s