Champagne et – vive Pétronille!


Pétronille fila comme un chat et disparut sur les toits de Paris où, à mon avis, elle rôde encore aujourd’hui.
Amélie Nothomb, Pétronille (2014 aux Editions Albin Michel)

13227066_1017053934996438_976182501784270928_n

Dans Pétronille (son vingt-troisième roman ), Amélie Nothomb écrit sur sa vie à Paris en tant qu’auteur à succès qui navigue de réceptions en dédicaces: J’étais une romancière de trente ans qui débarquait à Paris. Les libraires m’invitaient à dédicacer chez eux, je ne refusais jamais. Les gens affluaient pour me voir, je les accueillais avec le sourire. « Elle est gentille », disait-on…. (Elle ne cache pas son alcoolisme mondain, ni son goût prononcé pour le champagne). En vérité, je pratiquais une chasse passive. Proie des curieux, je les regardais tous en me demandant ce que chacun vaudrait comme compagnon de beuverie. Prédation combien hasardeuse, car enfin, à quel signe détecte-on un tel individu ?

12524164_996261083742390_1032319896224663874_n
Au musée Grévin (Paris le 8 avril 2016)

Pétronille, c’est aussi l’histoire d’une rencontre (en vrai, à l’occasion d’une signature dans une librairie parisienne) entre un écrivain et une de ses lectrices (avec laquelle la romancière corrrespondait). La rencontre de l’âme soeur? Une tumultueuse mais non moins belle histoire d’amitié et de femmes, toujours est-il. Une très forte histoire d’amitié entre la star chapeautée que tout le monde (ou presque) connait et la toute jeune écrivain en herbe qu’est à l’époque Pétronille Fanto*. Les beuveries pétillantes et la littérature, ça crée des liens. Et ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre, car, gagnée à mon tour par l’ivresse partagée, comme ça, de coupes en coupes vidées au fil des pages, et des livres, j’ai ressenti une sympathie de plus en plus grandissante pour les deux. Comme j’aurais aimé être avec elles à certains moments! Que ce soit pendant le séjour à Londres pour rencontrer Vivienne Westwood, l’immonde papesse de  la mode , ou même encore la descente des pistes de ski en buvant au goulot ce nectar doré. Alors que Pétronille, elle, c’est dans la tranquillité de leurs têtes à têtes, qu’elle trouverait plutôt son intérêt. D’un côté, il y a la grande soeur -écrivain déjà connu (la rencontre se situe en 1993, après la sortie du 2e roman d’Amélie Nothomb, “Sabotage amoureux”),et qui veille sur sa cadette, écrivain débutante mais talentueuse. Un peu revêche quand même cette jeune Pétronille. Et on se demande parfois ce qui a pu séduire Amélie, tant elles sont différentes (origines sociales,look, opinions politiques…). Aussi tandis qu’Amélie ne demande qu’à donner, Pétronille fuit. Jamais loin, certes… N’empêche! Au fur et à mesure qu’on avance dans l’intrigue, on se demande comment Amélie va se sortir de cette histoire d’amitié aussi improbable que touchante. Je vous rassure: elle s’en sort plutôt bien, je trouve. Après nous avoir réservé une belle surprise pour la fin.
Sauf qu à la fin, vous n’y êtes pas, vous autres (il faudrait peut-être déjà commencer par lire le livre). Je vais donc revenir à quelques phrases du début (vous allez très vite comprendre pourquoi): L’ivresse ne s’improvise pas. Elle relève de l’art , qui exige don et souci. Boire au hasard ne mène nulle part (…) Boire en voulant éviter l’ivresse est aussi déshonorant que d’écouter de la musique sacrée en se protégeant du sublime (…) L’idée était de commencer par un bon champagne, la veuve ne constituait pas un mauvais choix  (…) Pourquoi du champagne?Parce que son ivresse ne ressemble à nulle autre (…) Il me faut un compagnon ou une compagne de beuverie, ai-je pensé…

la rencontre se situe en 1993, après la sortie du 2e roman d’Amélie Nothomb, “Sabotage amoureux”
la rencontre se situe en 1993, après la sortie du 2e roman d’Amélie Nothomb, “Sabotage amoureux”

Et c’est ainsi que va avoir lieu la rencontre:
Au premier regard, je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. Cette juvénilité était confirmée par l’intensité exagérée des yeux: elle me dévisageait comme si j’avais été le squelette du glyptodon du Muséum du Jardin des Plantes.
(…)
-Bonsoir, c’est à quel nom?
-Pétronille Fanto, répondit une voix peu sexuée, cependant plus féminine que masculine.
Je sursautai moins de découvrir le véritable sexe de l’individu que d’appendre son identité.
-C’est vous?! M’écriai-je.

En fait, je ne voulais pas terminer sans vous révéler la véritable identité de l’écrivain qui a inspiré Amélie Nothomb pour le personnage de Pétronille: Stéphanie Hochet*. Stéphanie qui a fait son petit bonhomme de chemin depuis, et dont je commence juste à lire l’oeuvre. Un récit réussi, en tout cas, et que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire, aujourd’hui samedi (“Le charme discret de l’intestin” entamé hier ne se lit pas d’un trait –enfin pas par moi- aussi intéressant soit-il)…
Merci les filles. En plus, d’être de talentueux écrivains, vous êtes de super héroïnes qui avez fait pétiller ma journée (une journée au cours de laquelle j’aurais pu, en cherchant bien, trouver certaines raisons d’être triste).
A la votre! Champagne-et vive Pétronille!

(Bon, pour moi, ce sera whisky)

13177509_1017065551661943_4725488788287872991_n

 

J’avoue que jusque là je n’avais qu’un roman d’Amélie Nothomb dans ma blibliothèque: “Stupeur et tremblements”, adapté au cinéma et interprété par Sylvie Testut. Acheté  lors de sa sortie (1999), il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Mais je l’ai sorti pour le relire. Puis peut-être que tous les autres suivront…

 

WHAT ELSE?

L’APOCALYPSE SELON EMBRUN*

et

TROIS JOURS POUR…*

 (Clic*)

Publicités

5 commentaires sur « Champagne et – vive Pétronille! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s