L’APOCALYPSE SELON EMBRUN


I will show you fear in a handful of dust – The Waste Land, T. S. Eliot

Je te montrerai ton effroi dans une poignée de poussière –La Terre Vaine, T. S. Eliot

 

13015358_1782844611946500_3209626949338642656_n

“Elle s’appelait Embrun, comme une parcelle d’océan” (Oui, et pour ça: merci Victor Hugo)… “Embrun , comme tous les enfants était un point d’interrogation: qu’est-ce qui avait pu donner naissance à un tel désastre?”…
Une bien drôle de petite fille, en tout cas. Voire effarante! (On a parfois les yeux ronds comme des O majuscules et les sourcils en accents circonflexes, face aux méfaits de cette sale mouflette) Même pas belle, ni attachante, elle dégage une espèce d’énergie obscure. Bref, une petite fille qui serait le mal incarné. Satanique? Euh… pas comme dans L’ Exorcisme, non. Ce que suggère Stéphanie Hochet est beaucoup plus “subtil” que ça… Embrun n’a que neuf ans, mais c’est clair que la fillette ne rêve pas de devenir Amélie Poulain. Fascinée par le chaos, elle s’épanouirait plutôt dans la cruauté et la perversion. Sa mère et son beau-père deviennent ses proies privilégiées… Et pour mieux régner dans le monde des adultes, elle n’hésite pas à nous la jouer à la petite sainte.

12963366_1782844738613154_7775829255952821462_n

Vous allez me dire que ce n’est pas possible qu’une enfant soit ainsi capable d’un tel stratège, qu’il y a sûrement un problème du côté des parents, que c’est l’époque qui veut ça, la société… la faute de la télévision, Internet, que sais-je encore… … Mais lisez donc, vous vous ferez votre propre idée. Surtout, pas de quoi être scandalisé par le sujet. Car si on veut être honnête avec soi-même, on reconnaîtra volontiers que des mômes qu’on ne supporte pas, y’en a quelques uns… (limite, si ne on rêverait pas de leur mettre des claques!)… C’est, entre autres, sur ce constat plus ou moins inavouable que le roman de Stéphanie nous entraîne, avec toujours bel et bien présente, l’angoisse grandissante de la mère coupable de ne pas savoir aimer sa fille, tout comme celle des autres adultes remplis de bonne volonté, qui tentent désespérément de comprendre l’enfant.
Un style à la fois tendu et retenu, d’une maturité qui m’a fortement impressionnée étant donné l’âge de Stéphanie (27 ans) à l’époque où elle a écrit ce texte qui distille un subtil climat d’inquiétude métaphysique… je vous en recommande la lecture. JUBILATOIRE!!!

 

Lecture en cours...

« Je m’appelle Karl Vogel, j’ai quinze ans et je suis atteint d’un cancer du cerveau. Ma mère m’a conduit à l’hôpital avec la tête d’une femme qui va perdre son fils. Je ne savais pas où trouver la force de lui donner tort. Un jour, j’ai décidé de devenir le Fuhrer de mon corps. Ma rage de guérir avait engendré ma volonté de domination. Mais celle-ci n’allait pas se limiter à mon organisme malade »…. (Lecture en cours)

 

L’homme est une corde tendue entre la bête et le surhomme… une corde tendu au dessus d’un abîme.”

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra…

Lecture en cours...

Lecture en cours…

Stéphanie Hochet a enseigné le français en Angleterre et l’anglais en France. Je ne connais pas ma force est son cinquième roman….
Le dernier: Un roman anglais. A savoir: la sortie de L’éloge du chat, version poche est prévue pour la fin mai.

 
.13012801_1782844671946494_5187756530835803398_n

 

 

On est toujours reconnaissant envers les gens qui ne s’effarouchent pas devant la part de soi qui sombre.

Stéphanie Hochet

13012634_1782844695279825_6629746752759620901_n

Publicités

5 commentaires sur « L’APOCALYPSE SELON EMBRUN »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s