Voyage en Suède


-Je ne sais pas… c’est comme si je retournais  chez moi, c’est bizarre. Une nuit j’ai rêvé que j’étais Guritha, une guerrière Viking… une princesse! Vous ne connaissez pas? Bref, j’étais une guerrière chez les Vikings!J’aime les Vikings. J’aime les peuples qui avaient plusieurs dieux. Et des déesses! Je pense que le monothéisme est loin d’être un progrès.

 

 

Oui encore! Je vais encore vous parler de voyage. Pas du voyage de L-F C dont je vous ai rabattu les oreilles, un temps. Et je n’ai pas non plus l’intention de partir en Suède. Justement, moi, ce serait plutôt en Laponie.
Non, plus sérieusement, ce voyage-là c’est celui du dernier roman de Danièle Saint Bois dont l’une des deux heroines –Viviane, nourrit une passion pour les pays scandinaves. Plus particulièrement la Suéde. En fait, elle aime tout de ce pays: les films d’Ingmar Bergman, Ingrid Bergman, le roi de Suéde, le prix Nobel, elle aime Liv Ullmann, elle aime… vraiment tout! Au point qu’elle s’est déjà  rêvée en Guritha, guerrière Viking… une princesse! Alors qu’elle étouffe littéralement dans son village méditeranéen des Maures, entourée de ses deux fils, Marco et Marcello et de son mari, Luigi, un restaurateur mafieux (“parrain en pleine ascension”). Un tyran qui contrôle ses moindres faits et gestes. On ne parlait pas encore de pervers narcissique (Si je me permets cette remarque, c’est que je suis en train d’écrire ce livre et que tout bien réfléchi je dis ce que je veux)*… Sourire.
Enfin bref, tandis que le sort de Viviane semble scellé, celle-ci rêve de paysages blancs, de visages neutres, de fraîcheur et de soleil pâle, mettant tout en oeuvre pour essayer de gagner le concours organisé par un magazine. Premier prix: un voyage en Suède. Jusqu’au jour où un inconnu l’aborde aux caisses d’un supermarché. Un client passant là par hasard? Ou son approche de Viviane ne résulterait-elle pas plutôt d’une traque discrète? Toujours est-il que très vite, il proposera à Viviane de «doubler» Olivia Rochefort, star internationale du cinéma à qui elle ressemble étrangement.On peut même parler de parfait sosie
« S’il vous plaît, Victor, parlez-moi de cette doublure. » (Olivia)… Deux femmes, donc… un destin, une histoire de double… Scénario sidérant en forme puzzle et dans lequel Danièle Saint Bois marie avec brio les ingrédients du polar à l’anglaise plutôt centré sur l’intimité des personnages et du roman noir. Dans lequel rien ne se passera comme prévu.
Mais je ne vous en dirai pas plus, sinon que ce roman, je l’ai dévoré d’une traite. Impossible de le lâcher, une fois commencé!  Des personnages complexes, une écriture à la fois juste et fluide, un goût prononcé pour la critique sociale toujours politiquement incorrecte (et, oui, l’auteur s’y adonne avec une férocité certaine qui n’exclut cependant pas une bonne dose d’humour)…une énigme haletante qui nous entraîne de surprise en surprise et rebondissements incessants dans les méandres de l’âme humaine entre suspense et émotions, Voyage en Suède, un roman en deux parties (de 1986 à nos jours) qui exploite les thèmes de la mémoire et de l’identité,  et qui a tout, vraiment tout (encore une fois) pour séduire ses lecteurs. C’est mon big coup de coeur littéraire de janvier. Je vous le recommande chaudement.

SOlène

Danièle Saint Bois a publié entre autres chez Julliard, "Dies Irae "(2005), Marguerite, Françoise et moi (2009), "L'Âme des noirs" (2010), " Villa Bianca" (2012) et "Ma voisine a disparu" (2012)...
Danièle Saint Bois a publié entre autres chez Julliard, « Dies Irae « (2005), Marguerite, Françoise et moi (2009), « L’Âme des noirs » (2010),  » Villa Bianca » (2012) et « Ma voisine a disparu » (2012)…

 

 

WHAT ELSE?
WHAT ELSE?

Merci pour cette nuit d’insomnie*

ET

L’effet Jaenada*

PARIS, le FLORE (Suivi des amants du Flore)


« Nous nous y installâmes complètement : de neuf heures du matin à midi, nous y travaillions, nous allions déjeuner, à deux heures nous y revenions et nous causions alors avec des amis que nous rencontrions jusqu’à huit heures. Après dîner, nous recevions les gens à qui nous avions donné rendez-vous. Cela peut vous sembler bizarre, mais nous étions au Flore chez nous.

Jean-Paul Sartre

 

12509458_990460760993376_1461047393281026452_n
Avec Sylvain, le 31 décembre 2015

Après-midi, Paris c’est fun, en terrasse, attablé
Regards lourds de sens et connivence pour qui cherche une main

Je n’attends vraiment rien, je viens pour y lire des bouquins
Artaud, Miller puis faut qu’j’aille
Trainer sans raison
De pleurs en frimes, Paris déprime, Saint-Germain s’illumine
Se fondre à la foule, dans la ville aux rencontres faciles
Je n’fais guère attention, les dessins qu’j’ai dans ces cartons
Sont mon unique passion
L’art est ma raison


Si jamais d’aventure, je recherche l’aventure
Café Paris, Le Flore, où tu me dis « je t’adore »
Après minuit, Paris c’est fun, attablé, détaché
Regards lourds de sens et connivence pour qui cherche une main
Je n’attends vraiment rien, je viens pour y lire des bouquins
Artaud, Miller puis faut qu’j’aille
Traîner sans raison.

Etienne Daho*

(Voir la vidéo*  dans les commentaires)

En 1924, Simone de Beauvoir, jeune fille à l’apparence policée, prépare son agrégation de philosophie et fait la connaissance de Jean-Paul Sartre. Ce dernier semble être le seul à connaître la vraie personnalité de Simone et la considère comme la seule femme digne d’être son interlocuteur. Leur amour chaotique sert de prémisse à l’oeuvre majeure de Simone de Beauvoir: Le Deuxième Sexe

Les amants du Flore est un film TV  réalisé par Ilan Duran Cohen.  Avec: Lorànt Deutsch dans le rôle de Jean-Pauk Sartre et Anna Mouglalis, dans celui de Simone de Beauvoir (Le Castror)…

www.kizoa.com_539109_575011952533974_1615769604_n

Le couple heureux qui se reconnaît dans l’amour défie l’univers et le temps ; il se suffit, il réalise l’absolu. –Simone de Beauvoir…

QUOI DE NEUF TODAY

Paris est une fête

WHAT ELSE?