Wish You Were Here


« Une simple chanson a le pouvoir de réveiller les souvenirs les plus enfouis, de ressusciter des ambiances, un état d’esprit. La musique ponctue notre vie, rythme la mémoire. Une mélodie symbolisera plus tard pour nous toute une époque. Une époque où vivre semblait plus simple » -Douglas Kennedy, extrait de « Cinq jours » (page 153)…

 

… « Il y des jours, des heures, des moments comme ça, interminables,  où mon alter ego « n’est plus seulement un manque, c’est un besoin », un besoin urgent… un besoin contenu dans tout ce vide qui me remplit jusqu’au vertige, et qui me fait dire que, sans lui, je ne suis plus rien » -SOlène
… « Il y des jours, des heures, des moments comme ça, interminables, où mon alter ego « n’est plus seulement un manque, c’est un besoin », un besoin urgent… un besoin contenu dans tout ce vide qui me remplit jusqu’au vertige, et qui me fait dire que, sans lui, je ne suis plus rien » -SOlène

 How I wish, how I wish you were here*

Traduction

J’aimerais que tu sois là*

 

 « Mon Dieu qui n’êtes personne, donnez-moi chaque jour ma chanson quotidienne, mon Dieu qui êtes un clown, je vous salue, je ne pense jamais à vous, je pense à tout le reste, c’est déjà bien assez de travail, amen. »…

  Christian Bobin, La folle allure

Alors, alors tu penses pouvoir distinguer le paradis de l’enfer,
Un ciel bleu de la douleur.
Peux-tu distinguer un vert pâturage d’un rail froid en acier? Un sourire d’un voile?
Saurais-tu faire la différence?

Ont-ils réussi à te faire échanger tes héros contre des fantômes?
Des cendres chaudes contre des arbres? De l’air chaud contre une brise fraîche?
Ton confort froid contre un peu d’argent?
Et as-tu échangé un rôle de figurant dans la guerre contre un premier rôle dans une cage?

Oh comme, oh comme j’aimerais que tu sois là.
Nous ne sommes que deux âmes perdues nageant dans un bocal,
Année après année,
Foulant toujours le même sol usé. Et qu’avons nous trouvé?
Les mêmes vieilles peurs,
J’aimerais que tu sois là.

Le miracle de l'amour, c'est de resserrer le monde autour d'un être qui vous enchante –Pascal Bruckner, Les voleurs de beauté…
Le miracle de l’amour, c’est de resserrer le monde autour d’un être qui vous enchante –Pascal Bruckner, Les voleurs de beauté…

QUOI DE NEUF TODAY?

LES PARADIS PERDUS*

GLOUPS

WHAT ELSE?

LALLY BLUES*

LALLY taupe modèle*

 Lally, ses années pension*

L’équipe du monde de Solène vous remercie de votre fidélité, et vous souhaite de passer un agréable moment sur ce blog, où tout est fait pour que vous vous y sentiez bien. A bientôt et, en attendant, prenez soin de vous…  CARPE DIEM.
L’équipe du monde de Solène vous remercie de votre fidélité, et vous souhaite de passer un agréable moment sur ce blog, où tout est fait pour que vous vous y sentiez bien. A bientôt et, en attendant, prenez soin de vous… CARPE DIEM.

J’AI ENVIE


J’ai envie… ! Oui, j’ai envie d’écrire une lettre d’amour. Avec des mots inventés que personne n’a jamais dits. Des mots silencieux. Et lumineux. Des mots que le destinataire serait seul à pouvoir lire entre les lignes… Vous savez, ce serait comme quand on rêve qu’on rêve… Avec des mots aussi légers que des bulles de savon. Et transparents. Peut-être bleus. Ou blancs. Avec juste un soupçon de rose qui trainerait dedans… comme à l’aube de quelque chose… Quelque chose de nouveau…

Oui, j’ai envie, vraiment envie d’écrire des phrases qu’on dit seulement quand on est déphasé. Avec des mots, encore et toujours des mots, mais mystico-textuels, les mots… et leurs grandes envolées lyriques qui me mettraient dans un état extatique. Bref, vous l’aurez compris : des mots sensuels. Sensuellement beaux. Qui ne voudraient absolument rien dire, si ce n’est tout et son contraire… A mettre des points d’exclamation et de suspension partout… !

Mais vous allez voir, je vais l’écrire cette lettre pas banale, juste parce que j’ai envie de dire mon amour des mots. Et parce que grace à eux, les mots, même plus mal, voilà… !

Solène, le 25 /05/2013