APPEL EN ABSENCE…. (Suivi de c’était l’hiver)


Photo à  la une:  via Ville de Neuchâtel *(Switzerland) 

 

Elle croyait à l’amour, à la tolérance, au partage, à la confiance. Entière, impulsive, tendre, elle préférait donner plutôt que de recevoir. Elle aimait rire, mais elle pleurait facilement, de colère, de tristesse, d’émotion. Elle n’avait pas peur de la souffrance, de la mort, de la vieillesse.

Tatiana de Rosnay (Le coeur d’une autre)

 

Ce correspondant a cherché à vous joindre et vous a laissé un message:

 

Afficher l'image d'origine

Ma starlette du jour était surbookée dans tous les sens du terme.
Quoi de plus normal qu’un jour comme celui-ci ma libellule soit partagée entre amour et amitié et ses futurs bébés en papiers et/ou numériques… j’espère qu’elle était bien noyée au milieu de ses projets qui la font kiffer…. j’espère que son téléphone n’a pas arrêté de sonner , j’espère que quelqu’un lui a concocté un bon déjeuner, j’espère que ce soir au resto, Elle fait péter le champagne 🥂🍾 et le gâteau 🎂 . J’espère que bébé lui fait plein de risettes et qu’avec son amie… Elle rit !
Oui j’espère tout ça .
Oh je ne vais pas lui sortir un poème , les poèmes entre nous ce sont les 364 autres jours de l’année tout en amouritié ,fidélité, complicité …
J’aurais pu choisir un lien de chanson qui la touche, une citation d’un auteur qu’elle aime, j’aurais pu lui faire envoyer 12 mugs pour ses cafés…des livres, des cahiers, un beau stylo, j’ai plein d’idées pour les jours sans occasion ou c’est encore mieux d’offrir.. juste pour dire qu’on s’aime et qu’il n’y a pas de jour spécial pour ça…
Mais ce soir je n’ai pas de cadeau parce que y’a des jours comme ça ou ma libellule me fait vraiment chier (amie de la poésie bonsoir)
Parce que t’as fait tomber à l’eau ma surprise!
Parce que depuis ce matin j’alerte les réseaux et ton petit monde pour savoir ta localisation d’aujourd’hui ma petite voyageuse , hééééé oui je t’aurais choisi le plus sexy des beaux livreurs de fleurs pour taper à ta porte et dire « regarde ma libellule 🐝ce que ta coccinelle 🐞 t’a apporté »
Alors je le répète : tu fais chier ! Et je sais qu’en lisant ça tu souriras parce que je sais pas faire dans la dentelle et encore pire quand j’aime 💗
Tom se joint à moi pour te souhaiter un très Heureux anniversaire à toi ma puce.

Ludivine, le 15/11/2017

Ps : quand je veux coller nos 2 photos et que je n’y arrive pas pfff suis nulle !

 

Où es-tu SOlène?

 

Photo de Ludo_locat (Intagram) * via Auvergne tourisme *, le lac Pavin 8/11/2017…

 

Absente des réseaux sociaux pour des motifs à la fois professionnels et personnels, Solène a chargé les membres de l’équipe de remercier les très nombreuses personnes qui lui ont souhaité sur Facebook un heureux anniversaire.
Bon week-end à toutes et à tous et merci pour votre fidélité au MDS. A bientôt!

L’équipe du monde de SOlène sur Facebook *

PS: merci également à  tous ceux qui sont passés  hier sur le blog suite aux articles que nous avons reblogués et merci aussi un tout grand MERCI du coeur pour vos messages qui seront transmis dans les meilleurs délais.

 

23561284_1514662875235947_4089971421116539468_n

Petit chaton se fait intello… 

L’arrivée de l’hiver appelle à la lecture et à l’intériorité…. Je pense que je vais choisir un livre ( Christian Bobin)…

Publicités

“Pourquoi ce silence? », ou ma schizophrénie ordinaire… suivi de « Je me manque »


Le monde de SOlène, le blog

Demain est devenu après-demain qui devient demain ou après-demain… ou après après après ou avant.

(Message envoyé ce jour à 14:12. Et lu à 21:40)

Afficher l'image d'origine

(Ma réponse à 21:42)

Oui, c’est vrai. Je pense que vous l’aurez compris: je passe une période assez « tourmentée ». Quand bien même, le plus gros de l’orage est passé, et que je commence à me foutre un peu de tout et de rien en réalité. L’effet antidépresseurs, sans doute… Jamais pris ça auparavant; et je commence vraiment vraiment à me manquer… je ne me reconnais plus.
Alors est-ce que je remonte la pente? En tout cas, je ne pleure plus, et je trouve que c’est bien con d’avoir autant pleuré pour « ça ». Jamais je n’aurais imaginé que le corps pouvait contenir autant de larmes. Des rivières, j’ai pleuré…. J’ai pleuré l’océan…. Et mal j’avais dans tout mon être, tellement mal que ça ressortait par tous…

View original post 886 mots de plus

Une disparition (Ce que l’éternité doit à l’éphémère)….


Le monde de SOlène, le blog

“La vie, c’est comme une bulle, une petite bulle perdue dans l’atmosphère, et qui éclate un beau jour quand le temps est venu.” – André Major, Le Cabochon….

16195100_1218333458201817_2986214269995297205_n

-Je suis un fan de Solène! Lire la disparition de Fanny* et tenter de solutionner l’énigme, au fur et à mesure des chapitres publiés sur son blog, ça été du gâteau pour moi. Je me suis creusé les méninges mais surtout, je me suis bien amusé. Dommage que ses livres ne soient pas disponibles chez moi, au Québec –Amicalement -Jean-Claude.

Vous voulez que je vous dise? Eh bien, lire un chapitre de « la disparition » en remplacement des croissants avec le café du réveil….ça le fait grave, je kiffe trop. -André.

– Je suis d’accord avec André, l’image des bulles de savon est très pertinente, pourvu qu’en effet elles n’éclatent pas. L’homme de la forêt et ce fameux…

View original post 553 mots de plus

J’AI ENVIE 2 (Attention chaud devant au départ!)


J’ai envie de toi à peine réveillée, comme ça en pyjama polaire,  direct sous mon plaid polaire, lui aussi…
J’ai envie de toi dans la cuisine, sur la toile cirée… J’ai envie de toi sous la table où je cherche un truc, parterre sur le carrelage… j’ai envie de toi debout devant la fenêtre où je mate l’humeur du ciel, j’ai envie de toi aux quatre coins de la pièce, dans l’entrebaillement de la porte et même aux toilettes, prise d’une autre envie soudaine (celle de faire pipi)… J’ai envie de te nommer désir et volupté… de te humer… de sentir la chaleur de ton liquide à l’intérieur de moi… Oooh ouiiiiiiii, j’ai envie de toi, mon p’tit caf’ du matin !!! -SOlène….

 

Afficher l'image d'origine

 

Voila voila, pour tout vous dire: je me suis endormie assez tôt pour le soir devant la télé (Rien vu d’ « Enquêtes criminelles » que pourtant je rate rarement, friande de faits divers, que je suis)…. Bref, j’avais la tête posée sur le plus gros de mes coussins d’habitudes et comme ça, bien au chaud dans mon pyjama polaire et sous mon plaid polaire lui aussi, je suis partie au pays des rêves, à la lueur dansante d’une grosse bougie parfumée.
Ce sont les vibrations de mon smartphone que j’avais sous le nez qui, je crois, ont dû me réveiller.
Moi, j’ai cru qu’on était le matin. Mais pas du tout! Il était à peine minuit.
Le smartphone vibrait de notifs incessantes de WordPress et de Facebook. J’ai répondu à des commentaires ici et là…. lu et partagé deux ou trois posts qui m’intéressaient…. Dont « La casse-couilles »* de mon amie Lydie;  Que j’ai d’ailleurs aussi commenté. Et ce, malgré l’heure tardive.
J’ai partagé sur Facebook (et vous mets le lien ici) parce que j’aime comme tout ce que Lydie écrit. Et pour relire tt ça au réveil. L’occasion de me reprendre un peu d’émotion avec my first coffee… ☕
Résultats: suis en train de vous écrire, mes chers vrais amis de my real life et aminautes de cette merveilleuse planète WordPress et a vous aussi mes nombreux contacts Facebook.. Je vous écris dans le noir et le silence de la nuit, juste éclairée par l’écran de mon Smartphone Je suis toujours allongée sur le canap’ bien au chaud dans mon pyjama polaire et sous mon plaid polaire lui aussi…
J’écris parce que c’est souvent comme ça quand je suis réveillée en pleine nuit par les idées qui se bousculent au portillon en ne demandant qu’à sortir de ma tête bien trop bouillonnante.
Aussi vous savez quoi? Ben c’est clair que je ne me rendormirai plus maintenant. Trés très envie d’un bon café et de me mettre au travail sur l’ordi
Belle journée a vous tous. Bisous et merci à celles et ceux qui auront pris le temps de me lire jusqu’au bout. Du reste, les autres…. je m’en fous 😃
Re- bisous 😘 A bientôt. Si ce n’est pas demain ce sera un autre jour (puisque, je vous le rappelle, je serai sur Paris dans les prochains jours. Ensuite j’ai prévu un p’tit séjour en Auvergne)

 

Bien à vous ❤

 

SOlène*

 

 

En ce moment je procraféine et procrastine…. Grave! La totale: comme un blocage. J’attends. Quelque chose de nouveau, de beau…. Mais je ne sais pas quoi exactement. Un peu perdue ( j’avoue) dans mes nostalgies automnales…. C’est bizarre comme état, la saudade*….

SOlène

(Mais c’était le 27 septembre dernier)

 

WHAT ELSE?

 

CHAUD FROID MAL AUX PIEDS*

 

« Besoin d’un petit coup de pouce avant que PARALLÈLE… ne paraisse.

Me reste encore quelques exemplaires de CHAUD, FROID, MAL AUX PIEDS…« 

Ludivine

 

 

Alors je ne sais pas trop dans quel sens organiser mes mots pour décrire le livre de ta maman mais juste j’ai adoré ! Tout est spontané et parfois même dit très crûment mais moi c’est ce que j’adore et c’est vrai que comme j’ai pu suivre vos péripéties je n’ai pas eu de difficultés pour comprendre… c’est une leçon de force, d’espoir et d’amour, d’accepter ses peurs et ses faiblesses mais de les transformer en positivité et de faire juste comme on a envie car tout est possible tant qu’on s’écoute… j’adore ses jeux de mots, de maux, elle fait des magnifiques descriptions et j’ai pu grave ressentir les émotions. Enfin bref je l’ai commencé aujourd’hui je l’ai fini aujourd’hui et je vais te l’acheter parce qu’il y a beaucoup de phrases qui m’ont fait tilte aujourd’hui et qui sont porteuses de beaux messages mais que j’aurai envie de relire plus tard c’est sur haha 

Sarah à Julie (la fille aînée de Ludivine)

22007845_10214682960607116_3353377353251262093_n

Et même à New-York, on lit Ludivine….

 

Je viens de lire un truc qui m’a inspiré une réflexion profonde:

« L’ homme passe la moitié de sa vie dans son lit et l’autre moitié dans ses chaussures »

Y passe pas un peu de temps dans les Madames aussi ???

#ouaisjesaiscestnul

Mais les jours graves… faut bien rire un peu… parce que y’a vraiment de quoi chialer sur le rebord du monde aujourd’hui !!!!!

 

Ludivine

 

(Encore et toujours! Je l’Adore ma Coccinelle. Et s’il existe sur notre bonne vieille planète terre un homme digne de ce nom, bien sous tous rapports, qui tombe éperdument, sincèrement, profondément amoureux d’elle, qui l’épouse et la rend la plus heureuse du monde, il sera mon pote à la vie à la mort.  -Solène… PS: je suis en paix avec la terre entière, et J’AI ENVIE de voir tout le monde heureux, voilà! )

 

 

« Spécial dédicace pour toi mon p’tit coeur. Tout me fait penser à toi »

Ludivine, SMS du 2/10/2017

(Voilà, c’est ça l’amitié, que dis-je « l’amouritié » selon Ludivine)

 

22090105_1453820467986447_301256329349311788_n

L’écriture est un voyage (Mais la lecture aussi!)

 

Girls In The City *

J’AI ENVIE


« Tout ce qui ne peut pas danser au bord des lèvres, s’en va hurler au fond de l’âme »

(Christian Bobin)

Le monde de SOlène, le blog

Aujourd’hui est un jour où j’ai senti le sang circuler en moi plus vite que les jours précédents. Le volcan est sans doute resté trop longtemps en sommeil et voilà que j’entendais son jaillissement intérieur…

SOlène

Afficher l'image d'origine

J’ai envie… ! Oui, j’ai envie d’écrire une lettre d’amour. Avec des mots inventés que personne n’a jamais dits. Des mots silencieux. Et lumineux. Des mots que le destinataire serait seul à pouvoir lire entre les lignes… Vous savez, ce serait comme quand on rêve qu’on rêve… Avec des mots aussi légers que des bulles de savon. Et transparents. Peut-être bleus. Ou blancs. Avec juste un soupçon de rose qui traînerait dedans… comme à l’aube de quelque chose… Quelque chose de nouveau…

Oui, j’ai envie, vraiment envie d’écrire des phrases qu’on dit seulement quand on est déphasé. Avec des mots, encore et toujours des mots, mais mystico-textuels, les mots… et leurs grandes envolées lyriques…

View original post 127 mots de plus

DOULOURIEUSE…. Suivi de « Mon bonheur en urgence »


On parle beaucoup de la douleur de vivre. Mais ce n’est pas vrai, c’est la douleur de  ne pas vivre qu’il faut dire –Albert Camus….

 

 

 

Elle était riche d’un passé tumultueux, hésitant.
Elle avait la souplesse d’un animal et la liberté offerte.
Elle semblait, en ces instants, une vague heureuse,
épuisée dirait Camus, qui s’abandonne sur la grève.
Elle était femme des turbulences et cherchait un abri.
Elle était rieuse et douloureuse à la fois,
c’est à dire doulourieuse…

Bernard Giraudeau (Les dames de nage)

 

 

 

 

Parce qu’elle se savait éphémère, elle conjugua sa vie au present –Alda Mérini…

 

Afficher l'image d'origine

 

On dit toujours qu’il faut prendre son mal en patience, moi j’ai decidé de prendre mon bien en urgence. Le Bonheur d’abord. Et rien d’autre!! Parce qu’on n’a que deux vies, et que la deuxième commence le jour où l’on comprend qu’on n’en a qu’une… Aussi s’il est vrai que les larmes lavent l’âme, alors me voila bien propre pour commencer cette deuxième vie, plus forte que jamais puisque ce gros chagrin (que dis-je cette déception du siècle) ne m’a pas “tuée”…

(Oui, bon, je sais… y’a du Nietzsche là-dessous. Et même du Confucius….Mais voila, pour tout vous dire, leurs citations –traces de leur passage sur terre, ils me les ont prétées afin que j’en fasse profiter tout le monde. Comme ça, au moins, ils ne seront pas venus ici bas pour rien)

Qu’est-ce que je disais déjà? Euh… ben puisque c’est comme ça, que Swissman ne sait rien faire d’autre que réapparaître en libellule bleue (mâle) et me prendre pour un “marin Breton” (femelle), je vais guérir le mal par le mâle l* -non, je plaisante; ça c’est ma LALLY *… moi je vais continuer ma vie tout simplement sans plus me la jouer “waiting SO” –soeur Anne ne vois-tu rien venir. J’ai pas mal de projets dans l’air, et qui me tiennent à coeur: la sortie de SOUVIENS-TOI D’OUBLIER *, le concert d’Emel Mathlouthi le 17 octobre à Paris… un retour dans mon Auvergne à moi, jolie. Il parait qu’elle m’attend l’Auvergne du T-SHIRT BLANC, MEETOC REEL *… beaucoup d’amis là-bas, et tant de beaux et doux souvenirs d’elle. C’est cela que j’appelle “prendre mon bien en urgence”. Le bonheur d’abord… Du Bonheur er rien d’autre!

Alors avant de vous laisser juste pour aujourd’hui, je voudrais dire à celles et ceux qui passent en ce moment par ce à quoi je suis passée pendant 4 mois, il y a des remèdes: les amis, l’écriture, la musique… les longues balades dans la nature… le silence aussi parfois pour un tête à tête à tête avec soi-même (à l’ombre de nos quatre murs)… et le facteur temps, qui vous apportera tôt ou tard l’heureuse nouvelle de l’oubli. Le plus vite serait le mieux, moi j’dis.

Bisous à toutes et à tous. Et merci, un tout grand MERCI du coeur pour votre fidélité au monde de SOlène. Prenez soin de vous. Carpe Diem…. (oui car il faut toujours garder à l’esprit que le bonheur, c’est tout de suite, ici, maintenant…)…

 

SOlène

 

 

 

Décide-toi toujours pour la douceur. Ayant fait ce choix une fois pour toutes, tu pourras conquérir la terre entière. L’humble amour est une puissance redoutable, plus forte que toutes les autres forces et il n’en est point de semblable au monde. ~

Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski

WHEREVER I GO (musique du blog), à propos….


Duo Mark Knopfler and Ruth Moody

Maybe I’m bound to wander

From one place to the next

Heaven knows why

But in the wild blue yonder

Your star is fixed in my sky

 

Traduction:

 

Peut-être suis-je destiné à errer

D’un endroit à l’autre

Le ciel sait pourquoi

Mais dans ce lieu céleste sauvage

Ton étoile est fixée dans mon ciel

 

 

There’s a place in my heart

Though we’re far apart

May you always know

No matter how long since I saw you

I’ll keep a flame there for you

Wherever I go

Il y a un endroit dans mon cœur

Même si on est éloignés

Puisses-tu toujours savoir

Peu importe depuis combien de temps je ne t’ai pas vu

J’y garderai la flamme pour toi

Où que j’aille

They’re looking to close up in here

They’re pulling down the blinds

But they’ll let you stay awhile

They’re not going to mind

Ils veulent fermer

Ils descendent les stores

Mais ils te laissent rester un peu

Ils ne te dérangeront pas

Now I’ve got to leave you, brother

So this round’s mine

Here’s looking at you, anyhow

You can go on and have another

They won’t call time

I’m going to say my goodbyes now

A présent je dois te quitter, frère

Donc cette tournée est pour moi

En tout cas il te regarde

Tu peux y aller et en boire un autre

Ils ne préviendront pas de la fermeture

Je vais dire au revoir maintenant

 

There’s a place in my heart

Though we’re far apart

May you always know

No matter how long since I saw you

I’ll keep a flame there for you

Wherever I go

Il y a un endroit dans mon cœur

Même si on est éloignés

Puisses-tu toujours savoir

Peu importe depuis combien de temps je ne t’ai pas vu

J’y garderai la flamme pour toi

Où que j’aille

 

 

« Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé… » -Antoine de Saint Exupéry, Le petit prince….

 

 

WHAT ELSE?

Un soir et tant d’autres…*

(Clic*)

Le lundi au soleil, suivi par: et tout le monde fait « waou »!


Regarde ta montre

Il est déjà huit heures

Embrassons-nous tendrement

Un taxi t’emporte

Tu t’en vas, mon cœur

Parmi ces milliers de gens

C’est une journée idéale

Pour marcher dans la forêt

On trouverait plus normal

D’aller se coucher

Seuls dans les genets

 

Le lundi au soleil

C’est une chose qu’on n’aura jamais

Chaque fois c’est pareil

C’est quand on est derrière les carreaux

Quand on travaille que le ciel est beau

Qu’il doit faire beau sur les routes

Le lundi au soleil

( Eh bien oui, dans les coulisses du blog et de la page Facebook * c’est aussi ça « Le monde de SOlène »)

20292950_1393291337372694_9001133296229673807_n

A :Pascalou love ,André (alias Pitou) ,marieliane ,Eveline ,Frédéric , roijoyeux, Michèle, Journal de Marion, La page @mélie,« An Tony’M » ,Charef ,Concentré poètique ,Gyslaine LE GAL , Vanessa Yatch,VOYAGE ONIRIQUE , Spotjardin.com, Cécilou (alias ma Suricate), Jazzy, Marie des vignes , Mamie en cavale, Impermanence (Dédé)SUZANNE35 , Martina, L’essen-ciel, Fred (Synchronicités) …

alors bien sûr cette liste n’est pas exhaustive (j’ai mis là les liens qui reviennent le plus souvent dans les commentaires), mais vous êtes toutes et tous les bienvenus et vous êtes ici chez vous… ❤

20258161_1393291494039345_5861716425706257544_n

14 juillet 2017

 

S’il y a, dans le monde, un endroit où tu peux penser que tu n’es rien, cet endroit, c’est ici. Ce n’est plus la terre, et ce n’est pas encore la mer. Ce n’est pas une vie fausse, et ce n’est pas une vie vraie. C’est du temps. Du temps qui passe. Rien d’autre.
Alessandro Baricco

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Et  c’est qu’il passe vite, en plus, ce foutu  temps, mine de rien.  Nous  voilà déjà dans les derniers jours de juillet qui s’apprête à tirer sa révérence dans des bourrasques de vent et de pluie pas chaude du tout, tandis qu’ août nous montre le bout de son nez dans un rayon de lumière en narguant le ciel gris. Et alors que la veille encore, je criais haut et fort avoir retrouvé cette joie de vivre qui me caractérise, J’ai eu hier mon p’tit coup de blues (pour ne pas dire gros), cause de Facebook  qui , chaque matin que Dieu fait, n’a rien trouvé de mieux que de nous ressortir les souvenirs des années précédentes…

Revoir toutes ces photos et la vidéo de “ce jour là”… Et  se dire que tout un été j’ai vécu comme ça, sur un petit nuage de bonheur….  A un moment j’ai pensé à cette citation d’Eliette Abécassis extraite d’ Un heureux évènement : “Si l’amour c’est aimer plusieurs fois, plusieurs hommes, plusieurs corps, alors je ne veux plus qu’on m’en parle”…  j’ai jeté le reste de mon café dans l’évier et je suis allé me recoucher. Puis j’ai chialé.

Bon au moment où j’écris ces lignes, on va dire que ça va (mieux)…  j’ai reçu un SMS trop mignon de ma Coccinelle, un mail de Danièle (des nouvelles et des mots qui font plaisir) et je viens de parler une petite demie heure avec mon Pitou au téléphone –elle est pas belle la vie?

« Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d’envie de vivre, fous d’envie de parler, d’être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent, comme des feux d’artifice extraordinaires qui explosent comme des araignées dans les étoiles et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait « Waou ! » –Jack Kerouac.

 

 

C’était le 16 juillet 2016  sur le lac de Neuchâtel en face de « chez nous ». Aussi après à 1:34 du matin, nos têtes sur l’oreiller:

« Et si on se faisait des pâtes au beurre? »

 

 

 

Oui bon d’accord le feu d’artifice surprise, les pâtes au beurre et la longue citation de Jack Kerouac ,  tout ça c’est sans rapport avec ma Coccinelle (et quoi que), Danièle ou mon Pitounet, c’est juste  que la citation de Kerouac j’avais prévu de vous la sortir avec ma petite rétrospective de juillet. Et Facebook y a rajouté son grain de sel quotidien.

 

 

 

Juillet donc et son incontournable feu d’artifice du 14 juillet et ses journées caniculaires qui nous ont fait créer des liens fusionnels avec notre ventilateur… Mais pas que, elles furent aussi un excellent prétexte pour buller des heures entières sur la plage à l’ombre du parasol et faire des festins de glaces de la Martinière (le célébre glacier de l’Île de Ré)….  Puis parfois on trouvait plus cool  encore de se la couler douce dans le marais, pour y trouver un peu de fraicheur au green en compagnie des gentilles libéllules qui mangent les méchants moustiques…

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Juillet, je sentais Georgio, j’écoutais Mark Knopflfer, Janis Joplin, Lana Del Rey et Mélody Gardot…  et j’aimais par moments, quand le soir venait,  me laisser envelopper de mélancolie, ce “bonheur d’être triste” (Victor Hugo).

Tout ça, parce que je ne voulais pas et ne veux toujours pas l’oublier. Le coeur a ses raisons que la raison ignore, et moi c’est lui que j’écoute d’abord, mon coeur. Quand bien même pour l’heure, ça peut paraître complètement fou…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

En tout cas,  comme ça le mois de juillet me laissera comme un parfum de bonheur, avec le souvenir des choses qu’on a faites et dites, et qui brûlent, brûlent, comme des feux d’artifice extraordinaires qui explosent comme des araignées dans les étoiles et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait “Waou”!

Bon mois d’août à toutes et à tous!

 

SOlène

 

 

 

WHAT ELSE?

Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne

&

SOUVIENS-TOI D’OUBLIER

NB: Oui comme j’ai dû retirer « Souviens-toi d’oublier » dans l’intégralité, je ne vous ai laissé que les 5 premiers chapitres; ainsi que les cinq premiers chapitres de « Bétail intime, journal d’une conne qui se soigne » (Et bien plus encore).  Mais il est clair que vous n’aurez pas le temps de tout lire, alors n’hésitez pas à revenir en mon absence au mois d’août; vous êtes ici chez vous… ❤

www.kizoa.com_collage_2017-07-13_15-21-52

A PARAÎTRE!!!

Nul bonheur, nulle sérénité, nulle espérance, nulle fierté, nulle jouissance de l’instant présent, ne pourraient exister sans faculté d’oubli -Nietzsche….